Accéder au contenu principal

Meerapfel Cigar Uber Luxury Richard

Meerapfel Cigar

Uber Luxury

Richard



Meerapfel

Je pense que je ne dois plus vous présenter Jeremiah Meerapfel : vous l’avez déjà rencontré, ou au moins entendu parler. Mais pour ceux qui veulent se rafraichir la mémoire, je vous invite à lire mon article précédent.

Cette fois, on rentre dans la cour des grands, car la seule dentelle qu’on va faire c’est sur les bagues. Jeremiah, comme beaucoup de personnes dans le monde du cigare, est très attaché à la famille et aux traditions ; mais il sait aussi que notre civilisation est en perpétuelle modification avec de nouvelles technologies toujours plus grandioses. Il va donc se baser là-dessus pour réaliser Uber Luxury, raffinement élevé, et lancer la première gamme Richard. Il était naturel de commencer par cette gamme, puisque c’est bien son papa Richard, qui a donné les lettres de noblesse à la société avec le tabac du Cameroun dès 1969. Richard crée le miracle du tabac camerounais, en établissant des relations uniques avec les cultivateurs, les familles et les communautés locales. Il ne se contente pas de construire les fondations de la feuille la plus précieuse et la plus sacrée, mais il apporte également une opportunité, un espoir et un salut sans précédent aux populations d'Afrique centrale et du Cameroun.

J’y reviendrai plus tard (lors des explications de mon ressenti de dégustation) mais la bague de cette gamme, qui ressemble à de la dentelle, représente une feuille de tabac pour bien marquer l’apport de Richard dans le monde des tabacs et plus spécialement avec les feuilles du Cameroun.

J’ai très peu de communications à vous fournir sur la composition, l’âge des tabacs ou l’endroit de fabrication, car Jeremiah n’est pas friand de ces informations. Pas qu’il soit surprotecteur de sa création contre les piratages, mais plus parce qu’il dit que ces informations sont sans grand intérêt pour la dégustation. Je peux donc vous dévoiler que le cigare à une cape camerounaise, qu’il a utilisé uniquement des tabacs âgés (déjà avec la gamme la Estancia, il nous a montré que les tabacs âgés n’étaient pas une difficulté pour sa société) et qu’ils sont roulés en République dominicaine. NDA : il faut déjà de très bons rouleurs pour faire ce genre de cigare de prestige, peu de fabriques terminent leurs cigares par des têtes recherchées ou élaborées ; les Richard ont une queue de pie, les familles Meerapfel et Fuente sont bien plus que des collaborateurs, ou même des amis… il ne m’en faut pas plus pour que je suppose (mais cela ne m’a jamais été confirmé ou infirmé) qu’ils sont roulés chez Fuente.



Meerapfel


J’ai une cape soyeuse avec de fines et agréables nervures qui la parcourent. Elle est mise en valeur avec une bague, conçue par une dentelière belge, qui ressemble plus à une œuvre d’art qu’à une bague de cigare classique. Elle est toute en couleur or avec des parties pleines et un fond aspect dentelle. Je vais d’ailleurs commencer par celle-ci : elle incarne la représentation d’une grande feuille de tabac (je pencherais une feuille de cape camerounaise). Avec sa découpe, elle laisse paraitre le brun de la vraie cape et cela nous donne un effet bluffant. En son centre, comme une table d’alchimiste ou un carré magique, se trouve 9 lingots d’or qui reprennent les 9 lettres du nom Meerapfel.

De chaque côté de la dentelle se dresse une colonne ou une tour, si vous avez une loupe vous verrez que celle-ci est parsemée en filagramme de la date 1876. C’est à cette date que Meir II Meerapfel construit la première fabrique de cigares du Clan à Untergrombach en Allemagne.

En général, on aime retirer la bague sans abimer la cape ; mais pour celle-ci j’ai aussi envie de garder le plus intacte possible cette œuvre d’art qui restera dans mes souvenirs. Je regarde donc comment je vais m’y prendre lorsque le moment sera venu. Jeremiah a pensé à tout, il y a une petite patte qui est superposée, il suffit de la soulever délicatement et le tour est joué.



Meerapfel


Mais elle attire aussi mon attention : je reprends donc ma loupe et je découvre sur celle-ci un lion. Si Jeremiah est très attaché à son clan, à ses amis, il n’a jamais non plus renié ses convictions et ses origines, le lion est un des deux sigles du clan car il est d’une grande importance dans le Vieux Livre.

Vous constatez que cette fois j’ai joué assez bien sur la déduction et/ou sur ma passion de la symbolique ; bien évidement ceci ne regarde que moi et ne peux en aucun cas être pris comme une formelle vérité.

Je terminerai en vous disant qu’à l’arrière de la bague se trouve l’inscription Van Tintelen Printing Art, un imprimeur néerlandais bien connu en Europe pour la réalisation de bagues.

Un dernier regard sur ce vénérable bijou et puis je commence ma cérémonie de la coupe et de l’allumage. La coupe droite se fait d’une façon nette qui me donne une ouverture plate et parfaite. A froid, ma vitole du jour me donne des saveurs de terre fertile et de blé, de fruits secs et de café crème. Je trouve que ce mélange est déjà très subtil et ma foi hyper agréable.

Le pied s’allume correctement lorsque je l’embrase et me donne un admirable panache de fumée.

Je ne suis pas surpris par la rondeur et la douceur, typiques des tabacs âgés, dans cette dégustation elles sont accompagnées de chêne et de caramel. Je suis maintenant à l’entrée du marché des épices d’Istanbul, où ma Mamy m’a demandé de lui ramener un mix de clou de girofle, muscade et cannelle, vous voyez ce mélange connu sous le nom de piment de Jamaïque qu’on retrouve dans le pudding anglais, le pain d’épices…

Un mélange subtil qui parfume parfaitement ma dégustation.

Après 5 bons centimètres, mon Uber devient d’une onctuosité subliminale qui ferait damner un saint. La rétro-olfaction accentue cette impression de bonheur absolu tout en libérant une fine pellicule de vanille.

Je n’ai vraiment pas à me forcer pour fumer lentement car j’ai envie que ce plaisir dure encore et encore.

Une fois passé l’emplacement de la bague qui s’enlève parfaitement et simplement, une saveur de noisettes grillées vient s’ajouter aux autres déjà décrites.

Je suis simplement au Valhalla et je refuse catégoriquement d’en redescendre, mais malheureusement toute bonne chose a une fin et me voilà donc en direction de mon jardin pour y déposer avec respect le mégot sur la Terre Mère : ce qui vient de la terre retourne à la terre.



Meerapfel


Ce cigare double Robusto de 14.60 cm pour un cepo de 52 est fourni dans une boite en bois extrêmement léger, avec dix cigares par boites : ils sont déposés sur un plateau luxueux qui peut servir de cendrier.

Prix de vente au moment de la rédaction de cet article 94 € pièce.

En conclusion : avec son aspect, son design, sa grande qualité aussi bien visuelle que gustative, je pense que ce cigare sort du lot et je comprends parfaitement qu’il ne soit pas trouvable dans toutes les civettes ; on ne va pas acheter une Maserati chez le concessionnaire du coin, et vu les petites quantités produites (seulement 6.130 cigares par an) la liste d’attente des grandes maisons reconnues mondialement qui veulent commercialiser ces bijoux risque d’être longue.

Il aura fallu presque 150 ans pour retrouver un cigare Meerapfel sur le marché mondial mais cela valait la peine d’attendre.

Je vous laisse avec Jeremiah : Un hommage à notre passé, dans le respect de notre avenir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c
Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu