Accéder au contenu principal

Saga Short Tale Tomo VII – Tales of the Land : Navarrete

Saga Short Tale Tomo VII 

Tales of the Land : Navarrete



Saga cigars


Etant grand fan de saga comme Star Wars, Le Seigneur des anneaux, Vikings… Vous comprenez bien que quand j’ai appris que Nirka écrivait un nouveau conte, je me suis précipité aux informations, surtout qu’elle parlait cette fois de l’Histoire du terroir.

Un éloge à Navarrete, le lieu de la première récolte de Piloto Cubano Dominicano en République Dominicaine. La terre où les graines cubaines qui sont le cœur et l'âme de ce cigare ont trouvé, après des recherches de perfectionnement, une seconde maison en profitant pleinement des riches sols dominicains.

Il y a presque 3 ans que la Famille Reyes n’avait plus écrit de livre et le tome VI, Saga Short Tales Tomo VI : The SixthElement : El Tabaco, m’avait fortement impressionné et pas que moi puisqu’il a eu de nombreux prix comme cigare de l’année 2019 par Cigar Coop.

Lors de la sortie en 2016, ils nous avaient promis des cigares de différents terroirs et de modules différents, et c’est encore le cas pour ce Tome VII puisque nous avons un cigare box pressed de type Tamaño (Robusto) avec des tabacs du Nicaragua et de Rép. Dom.



Saga cigars


J’ai un cigare avec une cape de belle construction, légèrement nervurée et huileuse juste ce qu’il faut. Elle est décorée de deux bagues (classiques pour la gamme avec cette magnifique particularité de la découpe).

Le pied du cigare me donne de belles sensations de basse-cour, cèdre, terre.

Après un dernier moment de contemplation, je pratique une coupe droite et approche la flamme vers le pied qui s’embrasse tranquillement mais parfaitement.

La quantité de fumée est assez vaste et elle m’apporte du poivre blanc avec de la bonne vieille terre grasse, un côté viande fumée et écurie.

Alors que la combustion est très bonne et me donne une cendre blanchâtre zébrée de gris, le tirage est remarquablement calculé.



Saga Cigars


Ma dégustation monte un peu en intensité avec un poivre qui vire au noir mais qui est bien encerclé par du chocolat noir, et toujours cette terre grasse

J’ai aussi par moment une sensation d’une pointe de miel et de toast beurré. La retro olfaction va dans ce sens avec une pointe de poivre bien encerclée d’autres saveurs.



Los Reyes


Comme je commence à vous y habituer, j’ai partagé ma dégustation avec un chocolat 75% & noisettes, et son gout renforce mon sentiment de bonheur à l’état pur.

Si vous prenez le temps de vous pauser pour cette dégustation, vous allez comprendre ce que Nirka veut dire avec ce conte de la terre, surtout si vous savez qu’une grande partie des tabacs ont été plantés par son oncle Léo. On sent dans la vision de ce cigare et sa dégustation qu’ils aiment cette terre et qu’ils sont reconnaissants pour tout ce qu’elle leur apporte.

Ma dégustation restera définitivement à moyen-fort, ce qui me convient parfaitement pour ce type de cigare ; il y a un moment pour tout, et là c’est le moment méditation, le moment hors du temps, le moment détente et bien être.

A tel point que je retrouve le côté sacré du tabac et que je me revois faire des cérémonies de Chanunpa dans le cercle avec des gens bienveillants et qu’on sentait l’empathie qui s’en dégageait.

Ma dégustation tire lentement sur sa fin et je pense déjà, encore un mégot qui ne va pas finir au recyclage car il mérite bien un retour à la Terre Mère.

Ma vitole était un Robusto de 12.7 cm pour un cepo 52

Cape : Habano (Nicaragua)

Sous-cape : San Vicente (Rép. Dom.)

Tripe : Piloto Cubano, HVA (Havana Vuelta Abajo), Criollo 98 (Rép. Dom.)

En conclusion : cet article sera surement sujet à une mise à jour, car je n’ai eu l’occasion de déguster qu’un exemplaire de cette vitole. Mais il a tout ce que j’aime sur un cigare, que je classe en moment purement méditatif ou relaxant ; l’intensité est moyennement corsée, et même si la palette des saveurs reste assez classique et peu étendue, la construction de cette vitole apporte un plus dans celle-ci, un peu comme si la palette avait été upgradée.

Alors mes chers lecteurs encore un peu de patience avant de retrouver ce nouveau conte légendaire dans votre civette préférée (sortie prévue chez nous le dernier week-end de septembre) mais je vous invite sincèrement de ne pas passer à côté. Le livre contient 10 cigares.

Le prix au moment de la rédaction : 9.50 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices