Accéder au contenu principal

La Barba Ricochet

La Barba

Ricochet



 

La Barba

 

La Barba Cigars a été fondée en 2010 par Tony Bellatto et Craig Rossi. Le nom de la Barba a été trouvé par Craig en honneur de celle qu’ils portaient fièrement.

Très vite, ils ont développé une philosophie intéressante pour le passionné que je suis :

C'est tout ce qui entoure le cigare et qui n'est pas le cigare lui-même. C'est le café. C'est la bague. C'est le briquet. C'est le vin. C'est la montre. C'est le bourbon. C'est tout ce que vous apportez à la table avec votre La Barba. C'est secrètement sacré pour tout le monde, le rituel est personnel. Comment vous le coupez. La façon dont vous l'allumez. Les gens avec qui vous le partagez. L'endroit où vous allez pour vous détendre. Le cigare est la raison, mais la culture est la façon dont il devient une partie de vous.

Lorsque nous fabriquons un cigare, nous pensons aux personnes qui vont le fumer, ce qui joue un rôle dans notre philosophie. Nous pensons qu'ils viennent de tous les horizons, qu'ils ne sont pas qu'un seul type de personne. En gardant cette diversité à l'esprit, nous nous efforçons toujours de rendre nos cigares personnels, uniques et mémorables, de leur profil de saveur à leur forme et même au design de leur boîte. Chaque composant est important. Chaque détaillant est important. Chaque client compte.

En 2018, une nouvelle gamme est annoncée : les cigares Primitivo rapidement remplacée par Ricochet car Primitivo était déjà une marque déposée dans le monde des cigares.

C’est Tony qui a l’idée de cette gamme ; puisqu’il a été sommelier de niveau 3 du Wine & Spirits Education Trust, il veut faire des cigares qui s’associeraient bien avec le vin.

Et comme il est italo-américain, il s’est tourné vers le vin Primitivo pour sa première association.

 

 

La Barba

 

Une fois le décor planté, suivez-moi au cœur du sujet : la dégustation !

J’ai une cape avec de jolies nervures qui sont particulièrement plates, une belle quantité d’huile et un aspect général de velours. Elle est rehaussée… Je dirais plutôt : le regard est attiré par deux bagues qui vont en choquer plus d’un. Elles sont d’un orange éclatant. Ce qui est vraiment inhabituel dans le vaste monde des fabricants de cigares. Cela me laisse perplexe : pourquoi faire un cigare en association avec un vin reconnu pour être de couleur pourpre rougeâtre et mettre une bague orange ? Je me tourne vers l’importateur belge qui me dit qu’il y a déjà une gamme purple chez la Barba.

Les bagues sont donc orange mais aussi or ; la principale porte La Barba séparé par la représentation d’un rasoir droit. Ce qui me demande de nouveau un appel à l’équipe ; cette fois c’est Timmy Beylemans qui s’y colle : A mon sens le rasoir droit est certainement la meilleure façon de se raser mais aussi la plus difficile et celle qui demande le plus de dextérité et de précision. Maintenant, c’est vrai que ce genre de rasoir est stylé et a tout son effet.

La seconde bague reprend le nom de la gamme : Ricochet

 

 

La Barba

 

Toutes les inscriptions sont en relief.

A froid, les saveurs sont déjà bien présentes, comme le poivre de Cayenne, le café strong, la basse-cour, la fougère.

Dès que le pied s’embrase, le café arabica s’installe avec un poivre rouge. Ils seront rapidement suivis par le chocolat crème et le cèdre, le tout enveloppé d’une saveur fruitée.

 

 

La Barba

 

Dans cette première partie de ma dégustation, je suis dans une puissance moyenne avec une intensité des saveurs moyen-fort.

Je passe maintenant dans un gout anisé et acérola, pour revenir rapidement vers le café strong ainsi que de la menthe poivrée.

 

 

La Barba

 

Je pense que ma vitole serait une bonne association avec un vin cigar box ou Karnobat bulgare.

Je suis presque à la moitié quand la puissance augmente d’un cran. Le tirage est parfait, la cendre de belle couleur et la combustion très bonne.

C’est aussi à ce moment qu’il prend sa vitesse de croisière avec une concentration des saveurs dans un bloc parfaitement homogène ; et de petites piques ici et là comme du pain grillé, de la noix de muscade et de la cannelle.

Vers la fin, un petit changement s’opère avec la présence de vieux cuir tanné et de la viande grillée.

Ma dégustation est des plus agréable au point que je l’ai déjà proposée à plusieurs amis et qu’ils ont tous été satisfaits.

Donc encore une découverte que je classerai dans les très bonnes sur le marché belge.

Pour cet article, j’ai fait trois tests du cigare Ricochet de 15.24 cm pour un cepo de 54 et deux du 14.6 cm pour un cepo de 46.

Cape : San Andres (Mexique)

Sous-cape : Indonésie

Tripe : Rep. dom., Nicaragua, Pennsylvanie (U.S.A)

En conclusion : encore un cigare qui sera régulièrement dans mes caves et que je prends plaisir à fumer. Je ne peux que vous encourager à vous rendre dans une civette qui le commercialise pour vous faire votre propre idée, mais je pense que vous ne serez pas déçus.

Prix au moment de la rédaction : 11.40€ pour le 46 & 14.40€ pour le 54.

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

CAO Amazon Basin Extra Añejo

CAO Amazon Basin Extra Añejo C’est en 2017 que la folle aventure STG en Amazonie a commencé avec la version CAO Amazon Basin. Pour ceux qui s’en souviennent, la Belgique a été ignorée un moment de ce lancement ; puis quelques privilégiés ou rapides en réaction ont pu en déguster quelques-uns, car la direction belge a récupéré des boites du marché américain. Depuis nous sommes dans le planning de distribution, mais vu le nombre limité de boites, elles sont uniquement disponibles dans les 28 magasins PartnerShip. Nous avons donc eu la chance de découvrir les versions suivantes : CAO Amazon Fumo em Corda, le CAO Amazon Anaconda et le CAO Orellana. Aujourd’hui c’est la toute nouvelle gamme que je vais avoir le plaisir de vous faire découvrir. Dans un premier temps, je ne vois pas de changements, puisqu’une partie de la tripe est toujours le tabac Bragança ; tabac que General Cigar Co. tire de la forêt amazonienne, qui est toujours récolté une fois tous les 3 ans et qui sort d’Ama