Accéder au contenu principal

Plasencia Ehtëfal Edition Especial Qatar 22

Plasencia

Ehtëfal

Edition Especial Qatar 22



Plasencia


Nous avons vécu des moments très difficiles au niveau mondial pendant deux longues années ; cela a été pire pour certains, car on ne pouvait même pas se réconforter par des câlins. Mais cela devrait être derrière nous.

Quel est le premier évènement mondial après ces moments de crise ? Simplement la coupe du monde de la FIFA, qui une fois le premier coup de sifflet donné, a fait taire les polémiques et réuni des gens du monde entier.

Cet évènement a inspiré Nestor Plasencia qui y a vu une célébration ; pas celle du football, ni celle du business de la FIFA ou de ses partenaires, mais la célébration de se retrouver entre membres de sa famille, de son entourage mais aussi de ses amis, des amateurs de cigares et de passer un moment convivial tous ensemble.

Je pense que c’est important de préciser la chose : Nestor n’a pas créé ce cigare pour fêter le mondial comme temple du ballon rond, mais pour la symbolique qu’il représente comme rassembleur d’Hommes.



Plasencia


Pour le packaging, il s’est focalisé sur le vert, le blanc, le bordeaux & l’or dont la plupart sont les couleurs de UEA (United Arab Emirates, Émirats Arabes Unis) et du Qatar. Le vert & le blanc ont aussi des symboliques qui rentrent parfaitement dans le cadre de l’idée de Nestor : la fertilité et la paix. La fertilité des rencontres familiales ou entre aficionados ; on échange, on apprend, on partage… Et la paix, en général : on ne parle pas de sujets qui fâchent, pas de politique ni de religion…

Commençons par la boite. Le couvercle est tout en vert et or ; il reprend le nom de la marque ainsi que son logo, et le nom de la gamme « Ehtëfal », qui est un nom arabe et qui signifie en français célébration dans le sens de la fête. La boite est scellée par un ruban noir qui en plus des communications classiques comme faits à la main, nous montre une représentation de racines qui m’interpelle.



Plasencia


Pour avoir des explications, il faudra attendre d’ouvrir le couvercle dont l’intérieur est recouvert d’un carton vert également, martelé de racines sur lesquelles repose un trait comme une corde enroulée, et des inscriptions en deux langues.

Tout comme les racines des sols du Nicaragua et du Honduras s'unissent dans cette boîte, nous nous unissons tous pour collaborer à la vie avec cette édition spéciale du Qatar.

Une édition qui porte en elle cinq générations d'efforts et d'affection pour obtenir un tabac d'excellente qualité issu de l'union de deux cultures. Une union forgée avec passion qui donne naissance à d'excellents cigares à partager et à apprécier avec tous ceux que vous appelez mes proches.



Placencia


Ensuite, les bagues qui sont au nombre de trois avec de haut en bas :

Une bague classique avec les petits logos de Plasencia (un cercle à l’intérieur duquel se trouve un P qui est décentré, ce qui donne au tout un aspect de spirale).

La bague principale, avec Plasencia, le logo et Edition Especial Qatar 22.

Enfin la bague de pied (la seule où on retrouve du bordeaux) qui porte le nom de la gamme.

Sortez les tambours, les maracas et le marimba : célébrons la vie avec un air de Punta Music ! Place donc à la dégustation…



Plasencia


Arrivé ici je me suis demandé : mis à part cacao, chêne, chocolat au lait très crémeux, poivre rouge, qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter sur ce cigare ?

J’entends déjà d’ici les rageux, qui parvenus à cette partie, disent « ben merde ! pour le prix qu’il coute ! ». Attendez, laissez-moi terminer. En fait, il est tellement bien équilibré, qu’il n’a pas une saveur qui prend le dessus : il est juste et parfait du début à la fin. Donc, ne cherchez pas un ordre chronologique dans les saveurs que j’ai repérées : il n’y en a pas. Avant de commencer, je dois vous préciser que la majorité des tabacs ont 10 ans d’âge.

All right, ladies and gentlemen, let's go !

J’ai une merveilleuse cape d’un brun assez sombre, rehaussée par les couleurs des bagues. Le cigare est bien plein sur toute sa longueur.

Après une coupe droite, l’air passe bien et je suis déjà profondément dans la crème. L’allumage est parfait avec un pied qui s’embrase, fournit un feu rougeâtre et un grand flot de fumée. Pas un moment, je n’ai une autre sensation que celle d’un bon tabac âgé, parfaitement bien vieilli.

Je suis dans une chênaie entourée de cacaotiers. Le sol est tapissé de chocolat praliné double lait qui monte jusqu’à la moitié des troncs, à tel point que je m’attends à tout moment de voir surgir l’éléphant de chez Côte d’Or.

Une voute de poivre rouge encercle le tout et en fait un agglomérat homogène.



Plasencia


La combustion est splendide. Le tirage parfait m’accompagne tout le long de ma dégustation. Un peu après la moitié de la bague, la puissance monte d’un cran, avec un poivre rouge qui est plus présent et qui fait bascule sur les sensations, pour passer de moyen à moyen-fort.

La cendre de couleur blanche zébrée de gris, quant à elle, est bien restée compacte toute la dégustation.

Je me surprends par le timing mis pour arriver à la belle mort de cette vitole. Je n’ai pas dû me forcer à ralentir la cadence. Fumer doucement ce cigare est d’une évidence irréfutable. Vous l’aurez compris : encore un mégot qui ne mérite pas la poubelle mais bien le retour à la Terre Mère.

La dégustation du jour s’est déroulée sur un Toro de 15.2 cm pour un cepo de 52.

Cape : Jalapa (Nicaragua)

Sous-cape & Tripes : Tabacs de 10 ans d’âge (Honduras, Nicaragua).

En conclusion : ce cigare, produit seulement à 50.000 exemplaires, répartis 50% pour le marché U.S., et 50% pour le reste du monde, va rejoindre mon Temple de la Renommée des cigares dégustés depuis 2005.

Je pense malheureusement, que son prix va en freiner plus d’un. Mais franchement, si vous avez une seule fois cette année l’occasion de vraiment vous faire plaisir, je vous conseille de ne pas passer à côté de ce petit bijou réalisé par Nestor.

Prix au moment de la rédaction de cet article : 65 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c
Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu