Accéder au contenu principal

PLASENCIA COSECHA 149 AZACUALPA

Plasencia

Cosecha 149

 Azacualapa



Plasencia


Néstor Andrés, Gustavo, and José Luis Plasencia nous avaient déjà gâté avec l’édition 146 ; 3 ans plus tard ils reviennent avec le 149. Comme son nom l’indique ce cigare est fait avec des tabacs de la 149ème récolte (Cosecha 149) depuis la création de l’entreprise à Cuba. Pour votre information cette récolte s’est déroulée en 2014.

Petite nouveauté quand même, cette édition est un puro hondurien : la cape provenant d'Olancho, San Agustín, la sous-cape de la vallée de Jamastran et la tripe d'un mélange de tabacs de la vallée de Jamastran, d'Olancho et de Talanga. Cette récolte donne une gamme de 3 cigares (deux en Belgique) qui porte le nom de province du Honduras, ce soir je m’attaque au Azacualpa qui est un format Toro.

Pour le packaging, ils se sont concentrés sur une boite assez luxueuse avec de belles et imposantes charnières, et sur les couleurs noir, blanc et orange foncé.



Plasencia


J’ai une cape assez foncée de teinte brune, elle est peu huileuse et ressemble à du velours lorsque je passe les doigts dessus. Elle est décorée de 3 bagues et je m’attarderai uniquement sur l’inscription de celle de pied : « Récolte Privée », comme sur la version 146. Par ces quelques mots Néstor veut insister sur le fait que ce tabac est une exclusivité pour des cigares portant sa marque. N’oubliez pas que l’usine fabrique depuis 1986, 1 million de cigares par an pour ses différents clients.

Lors du tirage à cru, je suis assez surpris par le poivre noir pour un puro d’Honduras.

Après un court moment d’hésitation, le pied s’embrase magistralement et libère un beau flot de fumée qui m’apporte des saveurs de crème épaisse, de café strong en grains, de chocolat noir et de cèdre intense.

L’arrivée de la terre est un déclencheur de décollage et je me retrouve hors du temps, je flotte littéralement en état modifié de conscience.

Ma dégustation m’offre une onctuosité malgré le train qui pousse à l’arrière avec la terre grasse, le café et le poivre noir.



Plasencia


Le tirage est parfait ainsi que la combustion même si la ligne de brulure varie un peu mais elle se régularise d’elle-même. A ce stade le goût est moyen et la force est moyen haut.

Tranquillement pas vite, car ce cigare doit prendre le temps de se déguster, j’arrive dans un virage important aux niveaux des saveurs et de la force. Si le premier monte à full, la puissance grimpe d’un cran pour carrément quitter le moyen et sauter dans la case fort (pour votre compréhension je dirai moyen-fort).

Je m’éclate littéralement avec ce module : je trouve un équilibre extraordinaire entre les saveurs et la puissance. À ce stade, je rejoins mon ami Christof (DekelleCigars) qui trouve que ce cigare surpasse tous les Plasencia qu’il a dégusté jusqu’à maintenant.

Mais même si toute bonne chose à une fin, il me reste encore du temps pour plonger dans la marée de chocolat noir, terres grasse, crème, café expresso dans un mini volcan de poivre rouge, de noix grillées, de chêne et de cèdre. J’en sors pour rejoindre un grand espace de raisins corinthiens.

Vous aurez compris que je suis subjugué par cette dégustation qui s’est portée sur deux vitoles de format Toro de 15.24 cm pour un cepo de 52.

En conclusion : comme on ne le fait pas assez, je voudrais remercier le distributeur qui a travaillé dans l’ombre pour rentrer cette gamme en Belgique, et pour avoir parlé avec plusieurs d’entre eux cela n’est pas toujours simple. Donc merci Vinche & Koopmans. Chez Plasencia cigars, on a du bon et du luxe comme la gamme Alma et on a Cosecha 149. Je vous encourage à courir chez votre dealer préféré pour vous procurer ce petit bijou et en faire votre propre expérience.

Prix au moment de la rédaction de cet article : 14 euros

N’hésiter pas de me laisser vos impressions et retours sous cet article.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen