Plasencia Alma Del Fuego Flama


Plasencia

Alma Del Fuego

Flama (Panatela)



Plasencia


La 3 ème âme fait son apparition chez Plasencia, après AlmaFuerte (l’âme forte), Alma del Campo (l’âme de la campagne), voici Alma del Fuego (l’âme du feu).

Ceux qui me connaissent savent que je suis Gardien du Feu chez les Amérindiens, donc ce nom l’âme du feu m’interpelle et je dois avouer que j’ai vraiment hâte de le découvrir.

En regardant ma dégustation du jour, je me dis que si j’avais été débutant j’aurais déjà préparé un deuxième cigare car un cepo 38 ce n’est pas terrible. Et bien pas du tout, c’est souvent les plus petits calibres qui sont les plus puissants.

J’ai une cape hyper lisse et de très belle construction (je suis quand même dans la gamme luxueuse de Nestor Plasencia), elle est décorée de 3 bagues dont la dominance est le rouge, le feu oblige, accompagné de blanc.


Placensia


Les deux première sont assez classiques avec le P encerclé, Plasencia et la marque de la gamme du cigare suivie de la bague aux multiples P encerclés. 


Placensia


Enfin une dernière bague se trouve sur le pied, elle est blanche avec deux traits rouges et au centre en rouge feu la marque de la gamme. Cette inversion des couleurs me fait penser qu’on va aller d’un petit feu de brindilles vers un feu puissant.
Au risque de me répéter, j’apprécie beaucoup cette nouvelle coutume de bague sur le pied du cigare. Elle devient de plus en plus répandue et protège encore un peu plus nos vitoles.

Un dernier regard sur cette sublime cape et je commence le rituel de l’allumage.
Après avoir pratiqué une coupe, je fais un premier test à cru qui me donne des signes d’un bon tirage, avec déjà des sensations de poivre blanc et d’une légère sensation d’acidulé.
L’allumage se fait parfaitement et un beau flot de fumée rempli mon espace, je suis dans le poivre blanc accompagné de cacao doux et de café crème.
Lentement le poivre vire au noir et d’autres épices rentrent en jeux comme la cannelle.

Mon Panatela me donne maintenant un retour de ma sensation d’acidulé du départ. On dirait une saveur minérale, ma vitole est tellement bien équilibrée que ce minéral n’est pas dérangeant, comme dans certains cigares que je n’ai pas réussi à finir, mais cette sensation est assez perturbante pour le souligner.
Le piment rouge, le caramel doux et un peu de salé font leur apparition.


feu


Et c’est le décollage, je me retrouve devant le feu sacré que j’ai eu mission de préparer, d’allumer et d’entretenir pour la cérémonie de la Sweat Lodge. Mes pensées me guident et je revois une multitude de feux que j’ai gardé au cours de ma vie spirituelle.

Le poivre, la cannelle et le piment voyagent dans ma bouche et sont enrobés par le caramel et le cacao et de fruits secs comme la noix de cajou (peut-être est-ce que c’est elle qui donne cet aspect salé), ce qui fait de ma dégustation un moment intense de puissance et de douceur.


Plasencia


La cendre est assez blanche, subtilement parsemée de lignes grisées.
Ma dégustation arrive lentement vers sa fin, sans devenir amer et sans dégazage. Je le repose encore chaud dans le cendrier pour le laisser mourir de sa belle mort.


Plasencia


Parlant de cendrier, je pense que ma collection va bientôt s’augmenter puisque la boite de cette gamme Alma en est toujours accompagnée d’un. Il sera rouge cette fois.

Ma dégustation s’est déroulée sur un cigare puros nicaraguayen de 16.51 cm pour un cepo de 38.

Cape : Sun Grown Jalapa (Nicaragua)
Sous-cape : la région des volcans, Ometepe (Nicaragua)
Tripe : la région des volcans, Ometepe (Nicaragua)

En conclusion : ce cigare qui est prévu pour le marché belge, incessamment sous peu, m’a donné entière satisfaction. Je le classerai en deux entre Alma Fuerte et Alma del Campo. Il varie agréablement entre intense et doux avec une puissance de moyen-haut (4.5 sur une échelle de 5)
J’ai hâte déjà de le retrouver régulièrement dans mes civettes préférées.


Plasencia


Commentaires