Accéder au contenu principal

Savhana, Westland Shopping (Anderlecht)






Oui, vous avez bien lu, je suis à Anderlecht, ceux qui me connaissent se doutent que la démarche n’est pas habituelle. J’ai d’ailleurs dû m’y reprendre à 3 fois pour taper correctement Anderlecht.
C’est lors d’une soirée de Stg que j’ai fait la connaissance de Najoua K., l’heureuse propriétaire de cet établissement, et comme le courant est bien passé, nous nous sommes quittés avec la promesse que je passerais la voir et que je rédigerais un article sur son magasin.

Je débarque donc dans ce vase Shopping et je me mets à la recherche du magasin. C’est simple, on ne sait pas le rater, il est juste en phase de la porte n°1.




Je pensais me rendre dans un tabac shop de grande surface avec quelques cigares et bien figurez-vous que non, je suis tombé sur un humidor qui vaut franchement le déplacement. Il est même presque indépendant de la partie tabac, cigarettes… puisqu’il est attaché à celui-ci et qu’il dispose d’une porte d’entrée côté galerie.
Je me présente à la vendeuse, une jolie blonde, serviable et parfaitement bilingue qui me dit que Najoua va arriver. J’en profite pour visiter la cave à cigares.





Celle-ci est bien achalandée avec des cigares de base, ceux qui font le chiffre d’affaire, mais aussi des nouveautés qui ne sont pas nécessairement mises en valeur au détriment des autres. Je peux ainsi constater que cette cave est Habanos Specialist mais aussi distributeur Davidoff.




Quelques temps après c’est une patronne tout sourire qui arrive en s’excusant de son retard à cause d’un passage à la banque. Cela me replonge dans mon ancienne vie de délégué commercial quand les patrons s’excusaient de me faire attendre pour servir leurs clients. Pourquoi est-ce que je vous dis cela ? Simplement parce qu’on sent Chez Najoua, le plaisir de ce qu’elle fait, l’envie de donner un service parfait à sa clientèle, qu’elle soit de passage ou qu’il s’agisse d’habitués fidèles.
Nous retournons dans la cave et elle me parle de ses cigares, j’ai l’impression d’être au Québec et qu’un ancien me parle des fruits de la Terre Mere.  Elle y met tout son cœur et comme beaucoup de ses collègues, cette patronne dynamique n’essaye pas de me vendre son cigare le plus cher, mais celui qui va correspondre à mon envie du moment. Et elle y arrive très bien puisque je fais quelques achats.
Najoua me propose un café, et j’en profite pour la soumettre au questionnaire, ce qu’elle accepte volontiers

      1.    Depuis quand votre maison est-elle ouverte, et pouvez-vous en faire un bref historique ?
Le magasin a été ouvert il y a 30 ans et j’en suis la troisième propriétaire. Le premier, Monsieur Roger, avait déjà bien développé l’entreprise, mais quand j’ai repris il y a 7 ans, j’ai voulu lui donner une autre orientation et augmenter la partie cigare. Cela a demandé beaucoup de boulot et d’investissement, mais je suis assez contente du résultat, je peux maintenant offrir à ma clientèle des cigares diversifiés comme des Habanos ou des cigares Davidoff, ainsi que des nouveautés sur le marché belge. La cave est bien mise en évidence et elle fait partie entièrement de ma conception du magasin. Avec quand même son côté indépendant, l’amateur de cigare peut y faire son choix, recevoir des conseils avisés sans avoir l’impression d’être dans un tabac et cela était important pour moi.

      2.    Avez-vous des projets au niveau agrandissement, aménagement… ?
Le premier changement est que pour des raisons privées, le magasin est maintenant mon bébé donc je vais déjà changer le nom en Savhana (NDA si vous vous y rendez, sur les indications de la galerie, c’est toujours Avana, mais cela devrait bientôt être mis à jour). Je voudrais aussi embellir la cave avec de nouvelles étagères. 




Peut-être rendre la partie cigares encore plus importante, j’ai déjà une armoire Davidoff en plus (NDA celle-ci se trouve juste à côté de la porte de la cave). Je tiens à chouchouter ma clientèle fixe, car j’ai des clients qui viennent aussi bien de la partie francophone que néerlandophone comme Ninove, Dilbeek… Et aussi fidéliser mes clients de passage. Tu sais, on pourrait croire qu’une civette n’a pas sa place dans une galerie et bien, c’est tout le contraire que je vis, les clients ont de grands parkings, il y a une assez grande sécurité, de plus en faisant tranquillement leurs courses, ils peuvent venir choisir leurs cigares. Et puis je bénéficie de la publicité faite par la galerie, des journées spéciales qu’ils organisent et d’une masse de gens de passage qui seront peut-être mes clients de demain.

      3.    Lorsqu’on a une PME, on souhaite souvent que l’entreprise continue une fois retraité ; avez-vous déjà pensé à la continuité de la vôtre ?
On espère toujours que le moment venu, cela reste dans la famille. Il est vrai que lentement, j’y prépare ma fille, mais elle a encore le temps, je ne suis pas prête à partir, mais si elle le veut, c’est vrai que j’aimerais qu’elle reprenne la succession. Maintenant, le moment voulu, si pour diverses raisons, je devais remettre à un inconnu, je pense que je voudrais qu’il garde le nom de l’enseigne et que je ne le laisserais pas tomber sans lui avoir donné toutes les clés. Je pense avant tout à ma clientèle qui mérite d’avoir toujours le meilleur service possible.

     4.  Quel "plus" apportez-vous à votre clientèle ? Pourquoi un amateur de cigares irait-il dans votre civette plutôt que dans une autre ?
Pour mon sourire (NDA en éclatant de rire), plus sérieusement, je pense que c’est pour ma flexibilité et ma disposition. J’aime me mettre au service des clients, pas dans le sens où le client est roi, mais dans celui que j’apprécie voir un client repartir de chez moi heureux avec dans les mains une pochette avec des cigares qui correspondent à ses envies du moment et/ou des vitoles qu’il a eu envie de découvrir après mes conseils en fonction de son palais, de l’ambiance dans laquelle il va fumer…

       5.    Quel est votre cigare préféré ?
Ce n’est pas à toi que je vais apprendre que cela varie beaucoup et que le monde du cigare est tellement vaste qu’il ne peut être figé, mais je reviens souvent vers le Montecristo Edmundo qui est pour moi une référence et pour le moment, j’apprécie beaucoup le CAO Pilon Robusto et le Davidoff Nicaragua Box Pressed.

Je prends congé de Najoua, en la remerciant de sa sympathie et de son professionnalisme. Et avec le sentiment que certains sectaires, qui pensent toujours à notre époque que le cigare est une affaire d’hommes, devraient venir faire un tour chez Savhana car elle a, à mon avis, rendu cela une affaire d’Hommes. Je suis toujours heureux de voir une femme qui s’éclate dans ce qu’elle entreprend et qui a un véritable amour pour le cigare.

Savhana, Westland Shopping (Anderlecht)
Ouvert du lundi au jeudi et samedi de 9h à 19h30
Et le vendredi de 9h à 20h

Mes impressions : allez la visiter sans hésitations, moi personnellement, j’y retournerai.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices