Griffin's Special Edition Casino

Griffin's

Special Edition Casino





Je ne sais pas si c’est les parties de poker avec la Monday Team qui m’ont poussé à tester ce cigare que j’ai trouvé à la Maison Dhondt (Tournai) ou si j’ai flashé sur la boite.
Cette édition spéciale est de 2013 et, pour la petite histoire, celle-ci est vraiment dédiée aux jeux.




Elle est commercialisée en deux séries :
Une boite classique de 17 cigares robustos et une boite de luxe qui se compose de 21 cigares robustos (17 classiques et 4 avec une cape maduro -  ce sont les jokers). Mais ce n’est pas tout, on y retrouve aussi des cartes, des dés et des jetons, tous estampillés de la marque Griffin’s. Dans les deux séries, une fois retournée, la boite sert de table de black jack.
Il y a eu seulement 3450 boites de chaque série.

Nous avons un cigare de 13,8 cm pour un cepo 54.
Cape : Equateur
Sous-cape : Rép. dominicaine
Tripe : Rép. dominicaine et Nicaragua

La bague est la bague classique Griffin’s et celle-ci surmonte une autre bague noire avec écrits en gris : casino édition spéciale. Et pour les 4 jokers, simplement le dessin du joker des jeux de cartes.

Voici pour la partie descriptive, passons maintenant mes chers lecteurs à celle de la dégustation.
Mon expérience de ce soir sera un peu faussée, car je m’attendais à retrouver les merveilleuses sensations éprouvées avec les Griffin’s Special Edition Club Series. En même temps, pourquoi faire un autre cigare pour avoir la même chose, me direz vous…

Je coupe donc une très légère partie de la tête et allume ma vitole.
Dès les premières bouffées, le poivre blanc est présent et me remplit la bouche, heureusement cela ne dure pas et cette sensation épicée diminue rapidement pour laisser place à des saveurs plus sucrées et boisées.
La cendre est très friable, et la combustion est bonne ainsi d’ailleurs que le tirage.
Mais très vite, le côté poivré reprend le dessus, au point que j’ai carrément l’impression que le poivre blanc et devenu du poivre noir, cela me laisse une sensation de piquant sur la pointe de la langue qui devient même désagréable.




Je suis déçu par ce Griffin’s qui me laisse sur une mauvaise impression, moi qui affectionne particulièrement cette marque.

Mais comme dirait mon ami Francis : on ne peut pas se faire une idée sur une seule dégustation. Et je ne suis pas de ceux qui dégomment une gamme sur un test, donc la suite à la prochaine dégustation si l’occasion se présente.

Commentaires