E.P. Carrillo Inch C99 N°70

E.P. Carrillo

Inch C99

N°70










Ma dégustation se porte sur un n°70, mais une édition particulière puisqu’il s’agit de la série C99.

Sachez mes amis que la particularité de la marque Inch est que la sous-cape est exclusivement du Nicaragua.
Cette série particulière a une cape hybride, la corojo 99, dont les premières graines proviennent de Cuba et ont été développée pour être plus résistantes aux maladies. Le corojo pousse sous la protection des tapados, sortes de serres faites d’un voile blanc, très léger, qui atténue les effets du soleil. Les feuilles, ainsi protégées, sont plus fines. Mais le corojo, en dépit de ses qualités gustatives, a un défaut : sa vulnérabilité aux divers parasites du tabac – notamment le moho azul (mosaïque bleue du tabac, ou mildiou). Après un désastre économique en 1980 dû au moho azul et qui a vu la quasi-totalité de la récolte disparaître, les chercheurs cubains ont mis au point, en 1994, deux variétés de criollo et de corojo : le habana 92 et le habana 2000. En 1999, ce sont les criollo 98 et criollo 99 qui ont vu le jour. Telles sont les quatre variétés aujourd’hui utilisées à Cuba. (cubania.com). Certains diront qu’on n’est plus dans le naturel, je répondrai si, sauf que l’homme a donné un coup de pouce à la nature.




J’ai un cigare d’un cepo de 70, ce qui est un bon calibre, pour une longueur de 17.8 cm. Je me doute que je vais en avoir pour un moment (140 min pour être précis).
Ce « monstre », est fortement apprécié par mon ami Marc S., a une belle couleur de cape et est serti de deux bagues.





Une au pied, qui reprend en lettres dorées sur fond rouge C-99 et le nom du fabricant et l’autre qui est le design d’une règle antique en inch.

L’allumage est assez long et prend du temps, le démarrage est relativement doux mais c’est un leurre car après quelques minutes, mon cigare tient bien la tête à mon whisky Talisker 10 ans.




La combustion est irrégulière mais se régularise d’elle-même. La fumée est complexe avec par moment très peu de celle-ci et juste après j’ai un beau nuage avec une cendre compact et ferme. Attention, vu son calibre, prévoir un cendrier assez grand. Les arômes sont simples : une odeur de café accompagne tout le cigare avec par moment des pointes de poivre blanc et de fève de cacao. Par moment, j’ai l’impression de déguster un cake.
Pour la petite histoire, j’ai fait plusieurs dégustations de ce module, et je peux vous dire qu’après une soirée avec un bon repas copieux et bien arrosé, finir avec ce cigare et prendre du coca à la bouteille, cela n’est vraiment pas une bonne idée.

Evidement, toujours avec mon problème de ne pas avoir de coupe cigare assez large pour ce genre de module, je suis obligé de dégazer régulièrement pour arriver au terme de celui-ci.




La dégustation du jour a porté sur un cigare d’un cepo de 70, ce qui est un bon calibre, pour une longueur de 17.8 cm.

Cape : Equateur (habano corojo 99)
Sous-cape : Nicaragua
Tripe : Rép. dominicaine

En conclusion : c'est avec regret que j'ai appris que ce cigare n'était plus commercialisé chez nous, car malgré son calibre, il était agréable.





Commentaires