Accéder au contenu principal

Oliva Serie V Melanio Edición Año 2022

Oliva

Serie V

Melanio Edición Año 2022



Oliva


Depuis 2017, Fred et les équipes de VCF ont mis sur le marché un cigare de la fabrique Oliva en Edition Limitée et conçu spécialement pour le marché non américain.

Et il vient d’arriver dans vos meilleures civettes. Alors qu’ils nous ont habitué à une version box pressed, cette année ils innovent avec un cigare rond et de format Lonsdale. Ce qui méritait aussi un nouveau nom : Edición Año 2022 au lieu du traditionnel Edición Limitada.



Oliva


Le packaging extérieur est pratiquement identique à celui des autres années avec le carton noir et or. Dessous on retrouve une boite en bois naturel.



Oliva Melanio


Avec à l’intérieur, 10 cigares protégés par un large ruban doré et un encadrement qui va renforcer l’étanchéité de la boite et maintenir son précieux chargement en place.



Oliva Melanio


Si on regarde plus près, on va constater que le concepteur de la boite a placé une entretoise à mi-hauteur de la face avant de l’encadrement pour faciliter le retrait des cigares.

Inutile de vous dire que cet emballage est de toute beauté et que la couleur naturelle du bois donne un contraste avec la cape des cigares qui a tout son effet.

Mais place à mon moment préféré : la dégustation.



Oliva Serie V


La cape est d’un brun chocolat avec des veines très apparentes, ce qui lui donne un air de sauvage : rien qu’en la regardant mon esprit vagabonde déjà. Elle est habillée des deux bagues classiques pour la marque et la gamme, auxquelles s’ajoute une protection de soie rouge et or portant l’inscription 2022 sur le pied.

Je suis un peu fébrile car ce cigare fait partie d’un rituel : c’est souvent par lui que je commence mes longues dégustations lors des festivités de fin d’années calendaires.

Je le contemple donc encore un moment puis je me décide à lui pratiquer une coupe droite. A froid, je sens que le tirage est parfait : des saveurs de chocolat et poivre blanc sont présentes ainsi que la terre grasse des zones volcaniques.

L’allumage se fera ce soir à l’allumette, il se montre juste et parfait car le pied s’embrase et me donne une bonne couleur rougeâtre en même temps que la tête libère déjà ses premiers flots de fumée.

Comme de nombreux cigares nouvelles générations, il démarre sur les chapeaux de roues et j’ai un poivre certes blanc mais de force intense, et comme ses prédécesseurs cette sensation dure maximum un petit centimètre.

Je suis sournoisement infiltré par des fumets de café au lait, chocolat, terre grasse.



Oliva


La cendre est belle et très compacte, le tirage est parfait ainsi que la combustion.

Mon passé professionnel me fait penser à une équipe de recce avant le déploiement de l’infanterie blindée du Bn 12ème de ligne (petit clin d’œil à mon ami Michel Vael).

En effet, un peu après par flots successifs, ma bouche et le début de la gorge se remplissent de caramel, cèdre, poivre blanc, cacao et noix.

Un véritable arsenal bien spécifique s’installe et prend position de ma zone gustative.

Et tout cela dans un ordre impeccable et un équilibre parfait.

A ce stade, il n’y a rien d’autre à dire : Que du bonheur à l’état pur.

Après l’installation, les patrouilles commencent : le poivre blanc qui s’est camouflé laisse la place libre au poivre noir, le cèdre est rentré à la base et a remis sa partie du terrain au noble chêne. Le café marque des stries plus fortes.

Juste sous la bague Melanio, ma vitole libère un jet piquant, pas irritant même plutôt très agréable ; au même moment une fine couche de sel se dépose sur les lèvres et cela me plonge directement dans les raviers de cacahuètes mélange Chili quand on se battait presque pour avoir les rouges, les plus piquantes.

Je me dis que c’est le moment de faire un test de rétro-olfaction, et le résultat confirme mes impressions : c’est piquant mais pas excessif, et royalement équilibré.

Je suis dans un moment de plénitude avec ce bon cigare, un thé de qualité supérieur et le concert Tournée Acoustic de Roch Voisine.

Il me reste un peu plus qu’un centimètre quand ma vitole diminue d’intensité et rend le commandement au poivre blanc et au cèdre.

Je crois bien que c’est le signal : Escape ! Les blindés replient leurs filets de camouflage, les transmissions descendent les antennes, les moteurs s’emballent et le Bn se met en route pour un dernier voyage vers la Terre Mère en hommage à ce plaisir éprouvé.

Mes dégustations de ce Lonsdale se sont portées sur deux modules de 16.51 cm pour un cepo de 44.

Cape : Sumatra (Equateur)

Sous-cape : Nicaragua

Tripe : Nicaragua

En conclusion : je pense qu’une fois de plus VCF a réussi son challenge avec cette production. En fait non, je ne pense pas : je suis certain que cette production de seulement 40.000 cigares est juste à déguster avec obligation.

Je vous conseille donc de vous rendre dans votre civette spécialisée VCF et d’acquérir ce cigare pour faire votre propre avis sur le sujet.

N’hésitez pas à me laisser vos retours et commentaires sous cet article.

Prix au moment de la rédaction : 20 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c
Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu