Accéder au contenu principal

Black label Salvation

Black label

Salvation



Black Label


J’ai gouté ce cigare dès sa mise sur le marché belge, et je l’ai vraiment apprécié. Et je constate avec horreur, que plusieurs mois plus tard, je n’ai toujours pas rédigé d’article le concernant !

Comme son créateur, James Brown nous expliquait lors de sa visite belge, c’est certainement le cigare le plus doux de sa création. Si vous connaissez les Black Label, vous vous doutez que cela ne fait pas de Salvation un cigare léger.

J’ai bien évidemment un packaging particulier. Pour expliquer celui-ci, vous devez savoir qu’en plus de produire des cigares, James est un artiste et c’est lui qui s’occupe du design de ses bagues qu’il choisit, invente et conçoit en rapport avec ses voyages, sa famille, ses œuvres…

Pour ce cigare au doux nom de Le Salut, qui est un de ses premiers blends de 2013 lors de la création de la Black Label Trading Co, il s’est basé sur une œuvre d'art qu’il a réalisée en 2012. Elle est par ailleurs suspendue dans leur usine et leur rappelle où tout a commencé.

J’ai donc devant les yeux un cigare avec une cape bien huilée ; de belles nervures la parcourent et elle est mise en valeur par deux bagues noir et argent.



Black Label


La première reprend l’œuvre de James : deux mains jointes qui tiennent un chapelet. Elles sont tatouées (on peut y voir le logo de Black Label ainsi que d’autres signes certainement en rapport avec James et/ou Angela). La croix qui pend au chapelet ressemble plus à une croix occitane qu’à une croix chrétienne mais elle pourrait aussi faire penser à une croix maltaise. Sous les mains, on retrouve trois roses.

Je pratique mon rituel de coupe et d’allumage. A froid, je suis surpris par cette saveur d’herbe fraichement fauchée (heureusement que mes allergies ne se déclenchent pas dans ce cas), du poivre blanc et du chocolat au lait complètent la palette.

L’allumage est parfait.

Une belle fumée remplit rapidement la pièce, je suis dans du poivre blanc, du cèdre, du caramel avant que le poivre noir prenne place dans ce mélange.



Black Label


Le tirage est très bon et le plaisir est bien présent. La force de niveau moyen dès le départ monte pour titiller le moyen-fort.



Black Label


Je fais une légère pause dans mon descriptif pour vous signaler que j’ai partagé une de mes dégustations avec une bière malheur blonde et j’ai trouvé ce pairing pas mal du tout : le côté agrume et sa force ont fait que la bière a tenu face au cigare sans prendre le dessus ni modifier mes impressions.

Ma vitole s’oriente vers le piment de Californie (piment moyen-fort) et la mélasse, avec une poussée du poivre rouge pour repartir vers des myrtilles, du pain grillé et de la vanille.

Ma dégustation est très agréable et même si je ne décolle pas, je voyage dans les souvenirs gustatifs avec une belle palette élargie.

Et puis c’est l’explosion, mon cigare passe en mode centrifugeuse pour me donner une complexité équilibrée parfaite, toutes les saveurs font maintenant un bloc homogène et la puissance monte encore d’un cran.

Je suis presque à la belle mort de mon cigare quand je me rends compte qu’en aucun cas je n’ai eu de l’amertume ou un effet trop important de chaleur.

Un bon 70 min après, je dépose un petit mégot (fumer plus cela aurait été risque d’incendie de moustache) dans le cendrier pour sa petite mort avant de rejoindre la Terre Mère.

Les dégustations de l’ordre de 5, se sont portées sur 3 Robusto & 2 Toro, de respectivement 12.7 cm pour un cepo de 54, et de 15.24 cm pour un cepo de 52.

 

Cape : Habano (Equateur)

Sous-cape : Honduras

Trip : Nicaragua

 

En conclusion : Encore un cigare qui est régulièrement dans mes humidors, et comme déjà dit, méfiez-vous ! Le moins fort de James ne veut pas dire léger. Un cigare à prendre en douceur et calmement pour profiter pleinement de sa palette d’arômes.

Merci Angela pour les explications complémentaires sur la bague et le nom.

Prix au moment de la rédaction : 14.40€ les deux modules.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen