Patrick Kerz

Qui suis-je ?







Je suis Patrick Kerz (connu sous le pseudo Ker Mc Gwalch dans le milieu celtique et sur Facebook), je suis né le 02/04/61 à Ougrée (région liégeoise) en Belgique et père d’une fille de 20 ans. Voilà pour le côté profane.
Pour le reste, je suis un passionné : de whisky ou whiskey, de bières, de gin et de cigares.
Etrangement, ces passions sont étroitement liées avec ma spiritualité.

En mai 2002, j’ai eu la chance de passer 10 jours dans la forêt boréale près du lac Saint Jean au Québec (Canada) et d’y rencontrer des amis qui étaient dans la voie rouge (spiritualité des Indiens d’Amérique du nord) et donc de participer régulièrement à des cérémonies de la « pipe sacrée », moi qui était non fumeur. J’ai donc découvert le tabac ! J’ai surtout appris que cette plante sacrée a été donnée aux indiens par le Créateur dans le but de prier, de méditer et/ou de prendre des décisions. A mon retour, mon palais avait pris goût aux arômes du tabac, je m’en suis donc procuré pour fumer la pipe ainsi que des cigarillos.
Je continuais sur le côté à utiliser le tabac « sacré » pour mes cérémonies.







Il était primordial pour moi de ne fumer que du 100% tabac, et pas du naturel et sûrement pas des cigarettes qui sont tout sauf du « tabac ».
J’ai commencé par des cigarillos de Sumatra de la maison Baelen (connue sous le nom de « L’empire de la pipe ») à Juprelle.





Suite à une rupture de stock, je me suis tourné vers la maison Demoulin à Liège, toujours en tabac de Sumatra.





Un jour, un ami, qui est aussi le trésorier du « CLUB LIEGEOIS DES PASSIONNES DE CIGARES », m’a offert un cigare et cela a été comme un déclic. Depuis j’ai rejoint le club et trois autres.

Pour le whisky, je pense que c’est un juste retour aux sources, revenir à la pureté de cette eau de vie qui a tué tellement d’indiens car elle a été frelatée. Même s’il n’y a pas beaucoup de whisky bio, cet alcool est pur : eau, orge, levure. Et puis son origine est irlandaise, et cela me tient à cœur pour mes croyances celtiques, même si je ne refuse jamais un bon écossais ou un whisky du monde.

C’est aussi mon côté celtique et belge qui me fait apprécier la bière. En 2004, un « presque Abenakis » (tribu amérindienne du Québec) m’a conseillé de me tourner vers la culture et la spiritualité de mes ancêtres. Je me suis vite rendu compte que la bière y joue un rôle important même si la cervoise de l’époque n’avait pas le merveilleux goût des bières actuelles.

Alors que dans la société païenne, l'hydromel était la boisson de la classe sacerdotale très liée à la fonction magico-religieuse, la bière, elle, était la boisson de la classe guerrière. La bière libère l'esprit des guerriers et permet la connexion avec les Dieux et la Terre. Elle est véritablement la boisson d'immortalité des hommes de guerre. Elle les invite à s'unir avec leurs Dieux tutélaires. C'est ainsi que dans la tradition germanique, la consommation de la bière était particulièrement recommandée le jeudi. Ceci est un détail révélateur lorsqu'on se rappelle que le jeudi est le jour dédié au Dieu Donar (Thor), le Dieu guerrier du panthéon germano-nordique. Ce jour-là il était coutume de faire une offrande de bière à Donar, aux ancêtres, aux Elfes, et aux Esprits du foyer. On versait de la bière sur les lieux sacrés dédiés aux différents cultes. Pour le Dieu Donar, cette offrande se faisait généralement au pied d'un chêne, l'arbre consacré à ce Dieu.

Chez les Germains existait aussi la tradition de boire de la bière pour le nouvel an. La boire durant cette nuit sacrée de la grande transition annuelle invitait le guerrier à s'élever au rang des Immortels.

Chez les Celtes, on retrouve exactement la même tradition avec la célébration de Samhain, le nouvel an celte. Boire de la bière durant cette grande nuit de Samhain, pendant laquelle les portes des différents mondes s'ouvraient, invitait les hommes à entrer en communion avec les Dieux. Dans la tradition celte, la bière joue également un très grand rôle comme boisson des guerriers. Elle est bue en grande quantité lors des fêtes rituelles. Il semblerait que chez les Celtes, la bière n'était pas seulement la boisson de la classe guerrière mais aussi celle de la classe souveraine.

Source :
"Dictionnaire des symboles", Jean Chevalier et Alain Gheerbrant



Ker Mc Gwalch

Commentaires