Accéder au contenu principal

Chimay Grande Réserve Cuvée 2021 Edition Rhum

Chimay 

Grande Réserve Cuvée 2021

Edition Rhum



Chimay


Alors que l’édition 2020 se trouve toujours pour un temps très court dans les rayons des Colruyt, et que la version 2022 au whisky belge est chez les cavistes :

Avec un ami nous dégustons ce jour la version Rhum, plus précisément la 38.092 sur 40.000 bouteilles.

Si vous avez lu l’article précédent vous connaissez le principe, la bière subit une triple fermentation en cuve, en barrique et en bouteille.

Nous avons toujours notre assemblage de barriques mais avec une petite différence par rapport à l’édition précédente : fûts de Rhum (27%), fûts de chêne français (24%) et de chêne américain (49%).

Il est intéressant de savoir que la bière fermente d’abord de 3 à 5 jours en cuve, ensuite passe en barrique pour une période de 4 mois et ½ pour lui permettre de prendre un maximum des saveurs données par le bois, puis finit en bouteille pour une période de 21 jours, avant d’être distribuée.

Je ne vais pas m’attarder cette fois sur l’étiquette de base puisque je vous ai déjà communiqué tous les renseignements sur celle-ci lors de l’article précédent.

Juste pour votre information je dis de base car la brasserie vous permet via leur site internet d’avoir vos étiquettes personnalisées pour vos bouteilles au format Magnum et/ou Jéroboam.

On s’installe donc pour la dégustation de ce breuvage mis en bouteille en septembre 2021 ; la Chimay peut se garder plusieurs années en cave.



E.P. Prequel


J’ai opté pour une dégustation tempérée à 10-12° accompagnée d’un cigare E. P Carrillo Pledge Prequel.



Chimay


Je verse un liquide brun foncé avec une mousse crémeuse de belle tenue au verre. Au nez j’ai un aspect de vanille et de fruits secs.

La première gorgée me donne du caramel, de la vanille, de la pêche, de l’abricot. Je me fais la réflexion que je la trouve plus équilibrée que la version Armagnac, plus subtile aussi. Le sucre Candy cherche à prendre le dessus mais il est rapidement happé par le reste des saveurs avant de revenir sur le devant de la scène. Mais avant de s’en rendre compte, il a de nouveau disparu.

Par moment aussi j’ai l’impression de mordre à pleines dents dans une tranche de pain d’épices ou un gâteau sec aux amandes.

Concernant le partage avec le cigare, une partie de ses saveurs ressemblent un peu à la bière, tandis que d’autres diamétralement opposées font de ce pairing un aspect plus que très intéressant et que je reproduirai volontiers.

Ma dégustation s’est faite sur une bière tirée à 10.5° Alc. embouteillée à 75Cl.

En conclusion : si je n’étais pas conquis par la version Armagnac, celle-ci c’est carrément une autre histoire puisque je la trouve particulièrement bien équilibrée entre les saveurs de la bière et les différentes approches apportées par les fûts. Nous l’avons bue tempérée mais vous vous régalerez aussi en la prenant fraiche.

Les prix au moment de la rédaction varient en fonction du caviste et/ou de la vente par internet mais comptez ± 20 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

CAO Amazon Basin Extra Añejo

CAO Amazon Basin Extra Añejo C’est en 2017 que la folle aventure STG en Amazonie a commencé avec la version CAO Amazon Basin. Pour ceux qui s’en souviennent, la Belgique a été ignorée un moment de ce lancement ; puis quelques privilégiés ou rapides en réaction ont pu en déguster quelques-uns, car la direction belge a récupéré des boites du marché américain. Depuis nous sommes dans le planning de distribution, mais vu le nombre limité de boites, elles sont uniquement disponibles dans les 28 magasins PartnerShip. Nous avons donc eu la chance de découvrir les versions suivantes : CAO Amazon Fumo em Corda, le CAO Amazon Anaconda et le CAO Orellana. Aujourd’hui c’est la toute nouvelle gamme que je vais avoir le plaisir de vous faire découvrir. Dans un premier temps, je ne vois pas de changements, puisqu’une partie de la tripe est toujours le tabac Bragança ; tabac que General Cigar Co. tire de la forêt amazonienne, qui est toujours récolté une fois tous les 3 ans et qui sort d’Ama