Accéder au contenu principal

Les Poilus qui fument Saison 4

Les Poilus qui fument

Saison 4



Bouton d'or


Cela est devenu un événement incontournable, le mois d’août rime avec les Poilus qui fument. Cette année était un peu particulière car la deuxième placée sous le signe de la pandémie et donc de mesures particulières au niveau sanitaire, mais aussi parce que le comité, à la demande de plusieurs participants, souhaitait garder l’ambiance bande de potes, esprit familial et bon enfant.

C’était aussi notre troisième saison de collaboration avec la Maison Davidoff représentée par le Maitre des événements Francis V. qui avait encore organisé celui-ci comme un chef. Mais revenons au commencement.

Dès 9h cela s’active frénétiquement aussi bien en cuisine que dans la salle et sur la terrasse, les chefs donnent leurs consignes et les petites mains font de leur mieux pour les appliquer.

11h arrivée de Francis, je vois avec lui les derniers détails : distribution des pochettes, tombola, planning des interventions…



lespassionsdeker


12h les premiers participants arrivent et reçoivent une pochette contenant 3 cigares (Zino Nicaragua, Avo Heritage et Davidoff  Dominicana) ainsi que la carte de visite de mon site (ils ne savent pas encore que cela servira aussi pour tirer la tombola) puisqu’on est en zone Covid comme tout le pays, on distribue aussi un masque orange, couleur du premier cigare de la soirée.

Au son de la musique, nous attendons les retardataires mais suite à des échanges téléphoniques nous décidons de commencer le spectacle. Dans un balai orchestré de mains de Maitres, Florence & Marlène remplissent et reremplissent les verres de Sangria (j’ai eu vent de la composition et je peux vous dire qu’elle est digne des grands cocktails). Parfois Flo dépose sa cruche pour saisir un moment avec son appareil photo et je l’en remercie. 



Zino


Alors que le flot de potion magique concocté par Roch et accompagné de petites saucisses fumées continue, je prends un moment la parole pour remercier les participants, Roch et Florence et la Maison Davidoff puis cède le flambeau à Francis avec qui nous découvrons le contenu de la pochette : un Zino Nicaragua, un Avo Heritage et un Davidoff Dominicana.



Davidoff


Les échanges vont bon train, et nous commençons la dégustation de ce Zino pendant que les Porteuses de cruches serpentent entre les tables, espacées de 2m, pour étancher notre soif.

Pendant ce temps, dans la cour arrière de ce vaste domaine d’Or, le chef est perdu dans un flot de fumée qui le change car il ne vient pas de son cigare mais de l’allumage du barbecue.

Mais le ventre nous tient et suite à l’appel nous nous levons d’un seul Homme pour rejoindre les tables et les places qui ont été attribuées par le Maitre de Cérémonie, votre serviteur.



bouton d'or

bouton d'or


Le service de nos sublimes assiettes se peaufine puis nous recevons un ensemble de 4 viandes de la Boucherie Originelle à Emines et ses accompagnements : pomme de terre Macaire, salade variée et tomates en salade. Rien que la brochette de bœuf (à écrire ces mots je salive) méritait le petit détour sur mon trajet car on dirait qu’elle sort tout droit d’un livre de contes et de légendes. Comme nous sommes entre nous, elle est juste à se taper le cul par terre et plusieurs d’entre nous ont difficile de croire que c’est du BBB.

Entre deux bouchées, on entend rire à gauche et à droite et notre table n’est pas en reste. Il faut dire que je suis en forme, ainsi que Mic et qu’une charmante dame qui passe pour une sage en général, nous démontre de manière magistrale qu’elle était blonde dans une autre vie.

Mais l’esprit du tabac est taquin, et à peine la dernière bouchée engloutie, il déclenche chez nous un fumant irrésistible. Je ne sais pas si c’est par pitié ou s’il est frappé par le même soucis que nous, mais en grand seigneur Roch décrète une pause entre le plat et le dessert ; donc nous filons vers l’extérieur pour allumer un deuxième cigare.



Orval

Irish


Accompagné de boissons multiples comme Orval, Irish…

Les groupes se séparent, d’autres se forment, on parle, échange, discute parfois de sujets sérieux, mais surtout on rit et on fume.



bouton d'or


Le dessert est servi avant que nous passions à la discussion suivante, et déjà le 3ème cigare pour certains.



psycho


Ils vont se servir dans leur pochette ou leur réserve personnelle mais je suis agréablement surpris de voir que de nombreux participants prennent un cigare de l’humidor Davidoff du restaurant.

Après une question subsidiaire toute simple, nous remettons les lots de la tombola aux heureux gagnants.

Je retrouve mon équipe du soir (qui en fait est l’équipe de toutes les soirées) et je me prends un nouveau cigare en lâchant une petite pique amicale à mon ami Renaud quand j’entends un brouhaha à la table derrière moi. C’est le futur papa qui est tout sot car il vient de sentir pour la première fois son futur Baby : nous souhaitons donc longue vie à Mila.

Mais les heures défilent et les premiers artistes prennent la route du retour. Et bon sang de bon sang, c’est encore les irréductibles qui restent.



poilus qui fument


A ce moment, notre hôte, habitué d’être à l’affut, lance la phrase : et si on allait chercher des pizzas ? Celles-ci enfle et se répand comme une trainée de poudre, l’argent remonte d’un côté, la commande est passée de l’autre et peu de temps après un carrosse (désolé Alex A. ce n’était pas une Ferrari) nous dépose une magistrale pile de 14 pizzas. Flo les découpe et elles finissent sur les différentes tables avant de faire une ronde pour que chacun profite d’un peu toutes les saveurs.

Cette fois, ça y est, il ne reste plus qu’une petite poignée de convives. Nous clôturons par le traditionnel verre de whisky, avant de faire un bilan de la journée.

Mais avant cela, nous avons une initiation à faire pour l’intronisation d’un nouvel amateur de cigare. Pour marquer le coup, nous lui dédicaçons une casquette Zino (je pense qu’il a dormi avec).

Un rapide décompte des cendriers, nous prouve que l’esprit de famille a été respecté, et c’est fatigué mais heureux du bon travail accompli que nous nous installons dans le divan avant d’aller rejoindre nos lits car demain c’est un autre jour.

Je voudrais au nom des organisateurs vous remercier de votre chaleureuse participation qui a fait de cette journée une fête. Remercier Francis V. et la Maison Davidoff Benelux pour son partenariat et son dévouement. Sans oublier Florence & Roch qui ont dirigé la manœuvre comme des Chefs ainsi que les petites mains qui ont été d’une très grande utilité. Et je vous dis à l’an prochain pour notre 5ème BBQ les Poilus qui fument.

Merci aussi à Florence Weibel, Alexandre Rebelo, Mic Mazy, Christophe Plétinckx & Alexandre d’Aprile pour leurs superbes photos que vous retrouverez sur ma pageFacebook.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices