Accéder au contenu principal

Davidoff Dominicana

Davidoff

Dominicana

Short Robusto, Robusto, Toro



Davidoff


Je pense que nous sommes bénis des Dieux avec la pléthore de bons cigares que nous avons la chance d’avoir pour le moment sur notre marché. Qu’ils vous plaisent ou pas cela est une autre démarche.

La Maison Davidoff n’est pas en reste avec la sortie de sa nouvelle collection Dominicana.

Edward Simon, directeur du marketing chez Oettinger Davidoff AG déclare : Pour faire honneur à notre héritage, nous avons créé la ligne Dominicana qui reflète la vitalité et la culture colorée de la République dominicaine. Pour ce faire, nos maîtres-mélangeurs ont combiné cinq tabacs dominicains avec une Sous-cape équatorienne et ont agrémenté la création d'une cape dominicaine pour composer le Davidoff Dominicana.

Suivez-moi dans la dégustation de ce petit bijou à la vue.



Davidoff


J’ai une cape de superbe construction avec 3 bagues. En commençant par le haut, une bague classique Davidoff, suivi d’une bague blanche et liseret or avec l’inscription DOMINICANA et au pied, une bague or avec liserets blanc et or portant cette fois la date 2014.

Cela demande quelques explications : Dominicana, ce n’est pas un cigare puro puisqu’il y a un tabac d’Equateur, mais la cape est de fabrication Davidoff ; il s’agit de l’Hybride 257 de Rép.dom.

2014 : c’est la date de la récolte des tabacs qui ont ensuite été laissés au vieillissement pendant 6 ans avant d’être roulés et dont les cigares ont encore reposé un an avant de se retrouver dans nos civettes pour notre plus grand plaisir.

Je m’attarde encore un moment sur cette cape qui se termine par une queue de cochon, comme si la Maison Davidoff avait voulu insister sur la maitrise de ses rouleurs.

Je me décide enfin à pratiquer la coupe droite ; à cru l’air passe plus que correctement, le cigare m’envoie un aspect épicé et boisé.

J’utilise mon briquet Davidoff et le pied s’embrasse sans aucune réticence et de façon harmonieuse. J’aspire quelques bouffées et c’est parti pour un bon moment de dégustation.

Dès le début (ce qui m’est confirmé plus tard par mon ami Alexandre R.), la vitole me donne des saveurs de poivre noir accompagné d’une belle Ercunia (Chênaie), on sent bien le bois qui donne ses lettres de noblesses au cigare.

Le tout est accompagné d’épices comme une pointe par-ci par-là de menthe, un moment la sensation caractéristique de la sauge se fait sentir, si en plus de donner de la bonne fumée, ce cigare purifie l’air c’est un vrai bonheur.

Cette première partie de dégustation me renvoie en souvenir vers la dégustation du Davidoff Yamasa.

Le coté poivré s’estompe un peu, comme pour un appel des grands fonds, je plonge vers une douce crème épaisse parfumée au chocolat noir et accompagnée d’un vieux cuir tanné comme les peaux de mes tambours.



Davidoff


Et on est parti pour la remontée sans palier de décompression : je débouche dans des fruits secs, le retour en force du chêne et des épices fraiches comme de l’origan.

Comme vous l’aurez compris, je ne suis pas resté un seul moment dans mon living ; cette dégustation de ce cigare de grande intensité m’a littéralement fait voyagé ; j’étais un peu comme une Aeling (fée de l’air), petit clin d’œil à ma lecture du moment.

Mais malheureusement chaque chose à une fin et c’est avec une pensée de remerciement que je laisse mon mégot dans le cendrier.

Mes dégustations au nombre de 4 se sont déroulées sur Robusto et Toro.

La gamme se compose d’un Short Robusto de 10.2cm pour un cepo de 50, un Robusto de 13 cm pour un cepo de 52 et un Toro de 15.2cm pour un cepo de 54.



Davidoff


Cape : Hybrid 257 (Rép. dominicaine)

Sous-cape : Hybrid 151 (Equateur)

Tripe : Criollo 98 San Vicente Visus, San Vicente Mejorado Seco, Piloto Visus, Dominican Corojo 99 Seco et Yamasá Visus (République dominicaine)

En conclusion : une fois de plus la Maison Davidoff montre son savoir-faire dans des cigares de grandes qualités. Oui, je sais certains vont encore être bloqué par le prix de la dégustation, mais 6 ans de vieillissement, 1 an de repos… cela a un cout ! Et puis personnellement, je suis arrivé à un stade où je préfère fumer moins mais fumer de la qualité.

J’ai vraiment passé un super moment de dégustation et je reviendrai vers ces modules. La Maison Davidoff ne parle pas d’édition limitée pour cette nouvelle gamme mais vous l’aurez compris il y a un quota de cigares qui ont été roulés avec ces tabacs de 2014, donc quand il y en aura plus, il sera trop tard. Ainsi je vous conseille de foncer chez votre dealer Davidoff et de vous faire vos propres impressions. Si le cœur vous en dit laissez-moi un petit commentaire retour de votre dégustation.

Prix au moment de la dégustation : Short Robusto 16.5€, Robusto 19.5€ et Toro 22€

Il y a dans les gestes lents, dignes, mesurés du fumeur de cigare une cérémonie qui permet de retrouver des rythmes oubliés et de rétablir une communication avec soi-même (Zino Davidoff)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices