Tripel Karmeliet Bière d'abbaye non reconnue

Tripel Karmeliet

Bière d'abbaye non reconnue





C’est devenu une tradition lors des soirées Les Cigares des Templiers, notre petit groupe des commanderies l’Homme, les cigares… et Los Puros Del Renegado, nous commençons souvent par une Tripel Karmeliet.
J’ai vraiment un faible pour cette bière que je trouve très rafraichissante et qui s’associe généralement bien avec mes dégustations de cigares.
C’est en 1679, que le couvent des Carmes de Termonde a mis au point cette recette, elle est toujours brassée de la même façon par la Brasserie Bosteels, qui utilise 3 variétés de céréales: le froment, l'avoine et l'orge.
Elle tient son nom de tous ces paramètres : Tripel pour les 3 céréales, parce que les moines donnaient cette appellation à leurs bières qui étaient souvent plus travaillées et plus fortes, mais aussi, parce qu’elle a subi une refermentation en bouteilles. Et Karmeliet, simplement en souvenir des moniales carmélites qui l’ont élaborée.
Ce soir je fais une dégustation à la maison pour rédiger le mieux possible cet article et vous donner j’espère l’envie de la gouter.
J’ai une bouteille capsulée de 33 cl avec le verre adapté, mais commençons par la bouteille, juste sous la capsule se trouve une petite bague sur laquelle on va retrouver : 1679, un blason et les 3 céréales qui rentrent dans la composition.





Permettez-moi de m’attarder sur le blason : il est inspiré de celui de l’ordre du Carmel, avec ses 3 étoiles et la représentation les deux pans blancs du manteau carmélitain s'ouvrant sur la robe de bure (brune), simplement on a remplacé le brun de la bure par du rouge et on a ajouté une fleur de lys. Elle n’a rien à voir avec la royauté française, mais serait plus symbolique, un peu comme la fleur de lys sur le blason du scoutisme mondial. Dans le langage des fleurs, le lys rouge symbolise la passion.
L’étiquette principale est plus fournie, elle reprend en français et néerlandais : un mini-historique de la bière, les 3 céréales, le nom de la bière et une représentation des moissons de l’ancienne époque.
Le verre a été dessiné par Antoine Bosteels, il est toujours à ce jour décrit comme l’un des verres les plus élégants de Belgique. Le haut de celui-ci est décoré du nom de la bière, de son année de fabrication et du blason.


Très mal servie

Bien servie 


Ce qui est intéressant c’est que la base du verre est décorée de deux lys blancs assez grands, symbole de l’amour pur. Je vous ai souvent dit que déguster sa bière dans un verre adapté avait son importance, c’est vraiment le cas ici, car pour bien servir une Tripel Karmeliet, le verre doit être réfrigéré et le col de mousse doit s'étendre du sommet du lys au bord du verre.
Après tout ces palabres, place à la dégustation…

J’ai une mousse onctueuse qui tient bien au verre, ma bière est douce avec des saveurs de vanille, citron, orange. Une saveur de froment est bien ressentie sur le palais. En arrière-goût, je retrouve des sensations de coriandre et d’abricot.
Je comprends mieux pourquoi cette bière a bien du succès lors de nos réunions.

En conclusion : j’ai une bière tirée à 8.4 %, mais qui ne pête pas à la tête, elle est rafraichissante avec une grande complexité de saveurs. La mousse est assez étendue, mais le verre laisse de la place pour la bière. Prix au moment de la rédaction de cet article ± 1.50 euros. Je classe celle-ci dans une de mes bières préférées, et vous invite franchement à la tester.

Commentaires

  1. Merci pour les détails Patrick, j adore cette bière et n ai rien à ajouter de plus !!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire