De Kelle Cigars

De Kelle Cigars

Overijse





C’est lors d’un souper Aroma G que j’ai fait la connaissance de Christof De Volder, puisque nous étions à la même table. De suite, son franc-parler sur certains cigares m’a plu, il me rappelait un président de club cigare qui était également à mes côtés (pour ceux qui auraient des doutes oui, je parle bien de ce grand amateur de cigares bien fait et de desserts). C’est d’ailleurs lui qui m’a conseillé de rendre visite à Christof.
Quelques mois plus tard, je prends donc la direction d’Overijse, pas pour rédiger un article, mais j’y avais rendez-vous avec Didier V. Houvenaghel pour un entretien. Celui-ci est bien connu de Christof puisque c’est lui qui a développé le Nicarao Petit Salomon à la demande de Chris et Alain.

La deuxième visite sera la bonne, je peux enfin m’attarder dans cet antre assez particulier pour un cigare.  En effet, je me retrouve dans les anciennes librairies de ma jeunesse avec des étagères et présentoirs bien remplis et bien répertoriés. Cela va du livre de cuisine assez rare aux bandes dessinées pour adultes en passant par des romans pratiquement introuvables. Dans le fond droit de ce magasin trône un walk-in humidor de premier choix.




Je dirais que Christof est tombé dans la librairie en étant petit, mais que sa passion première est le cigare et qu’il est superbement bien épaulé dans la gestion de ce Cigars, Books & Comics par Nancy, son épouse.




Je fais un tour de l’humidor, ici aussi le fond de commerce est bien installé puisqu’ils sont Habanos Spécialist et Puros de Nicaragua Ambassador (les premiers de Belgique, je pense). A côté de cela, vous pouvez retrouver quelques nouveautés.




Nancy m’explique que les étagères sont en fait des panneaux qui coulissent pour me permettre de découvrir encore d’autres cigares derrière.
Je trouve ce système astucieux : voilà comment avoir un très large choix et réduire le besoin d’espace.





Je choisi un cigare et nous prenons la direction du salon fumeur. Vous avez bien lu mes chers (chères) ami(e)s, ce magasin dispose d’un salon dans lequel vous pouvez déguster votre cigare, et même le faire accompagner d’un bon verre. Je vais opter pour une Omer.




Christof en profite pour m’expliquer qu’il a des problèmes avec certains cigares. Pour lui, il n’y a pas de discussions possibles : un cigare, c’est de la qualité visuelle, de la qualité gustative, fait main et de belle construction. Il sait que la perfection n’est pas possible, mais il apprécie ce qui s’y rapproche le plus. Tout en l’écoutant et prenant des notes, je constate que je me sens agréablement bien dans ce salon convivial et au bout de quelques minutes tout le monde se parle. Une fois encore, j’ai la preuve que les problèmes communautaires sont de la bêtise de politicards, car tous, nous faisons l’effort linguistique pour nous comprendre parfaitement. C’est ainsi que je me retrouve à parler de chiens de garde avec un biker néerlandophone.
Mais vous vous doutez bien que dans ce genre de salon, les conversations tournent beaucoup autour du cigare.
Je me sens tellement comme un poisson dans l’eau que je vais rechercher un deuxième module dans le walk-in humidor, recommande une bière et ne vois pas les heures passer.
Faut dire que j’ai quelques renseignements à demander à Christof comme le fait qu’on retrouve des Nicarao Petit Salomon en Allemagne. La réponse est simple : oui, tu as raison, mais ce cigare n’a pas la même composition de tripe que les nôtres.
Parlant de renseignements, il est temps de passer aux questions.

      1.  Depuis quand votre maison est-elle ouverte et pouvez-vous en faire un bref historique ?
C’est en 1991, que mes parents reprennent le fond de commerce d’un marchand de journaux dans le centre d’Overijse, De Kelle. C’est en fait une source d’Overijse qui aurait donné son nom au magasin. En 2002, ils me le cèdent et petit à petit je vais y apporter ma griffe en développant la collection de livres et de bandes dessinées. En 2012 alors que les éditeurs et les marchands de journaux vivent une crise à cause du numérique et du digital, nous sommes en progression grâce à notre spécialisation et nos recherches constantes pour dénicher des perles rares. C’est cette année-là qu’avec Nancy, nous avons décidé de déménager dans un espace plus grand. Il y avait déjà un moment que le côté cigares m’appelait, mais j’avais toujours reporté à cause du manque de place. Les nouveaux locaux allaient me permettre de réaliser mon rêve. Plus d’une fois depuis, j’ai voulu abandonner la librairie et me consacrer pleinement aux cigares, mais chaque fois, j’ai été rattrapé par l’héritage de mes parents, les vendeurs de journaux ferment les uns après les autres dans la région et par soucis du bien-être des clients, nous ne pouvons pas les laisser tomber.

      2.  Avez-vous des projets au niveau agrandissement, aménagement… ?
Oui dans un espace-temps de 2-3 ans, je voudrais agrandir l’humidor, peut-être aussi y rentrer d’autres marques de qualité. Par contre, nous tenons à ce que le fumoir reste convivial et ouvert. J’ai constaté que les gens qui ne doivent pas y être ne se sentent pas bien et ne restent pas, je dirais qu’une sélection naturelle se fait et c’est bien ainsi.

      3.   Lorsqu’on a une PME, on souhaite souvent que l’entreprise continue une fois retraité ; avez-vous        déjà pensé à la continuité de la vôtre ?
Bonne question, comme il n’y a pas de descendant, je me verrai dans l’obligation de remettre à un inconnu, je ne suis pas spécialement attaché à la marque De Kelle mais je tiens à remettre à un passionné, un connaisseur. Ce n’est pas donné à tout le monde de vendre des cigares. C’est un Art qui ne doit jamais se faire au détriment de l’amateur.

      4.  Quel "plus" apportez-vous à votre clientèle ? Pourquoi un amateur de cigares irait-il dans votre           civette plutôt que dans une autre ?
Je dirais en premier pour le service d’un passionné pour des passionnés, un service à la hauteur de la demande et des envies de mes clients, terme que je n’apprécie pas trop.  J'oserais les nommer mes dégustateurs car je pense que j’ai une autre relation avec quelqu’un qui vient m’acheter un cigare plutôt qu’avec quelqu’un qui vient pour un journal ou un livre. Tu sais, Patrick, et je ne vais pas me faire des amis, je vends des cigares pour satisfaire ma clientèle et pas pour gagner un voyage avec tel ou tel fournisseur. Je fournis de bons produits qui me plaisent au palais, mais surtout qui plaisent à ma clientèle, mais mon palais est le premier critère. Je ne dis pas que mes goûts sont ceux de tout le monde, loin de là, mais lors d’un conseil et lors du choix de mon assortiment, je suis plus à l'écoute de mon palais que de mon portefeuille.

      5.  Quel est votre cigare préféré ?
Pour le moment, j’aime beaucoup les Ramon Allones, le Vive Le Roi et le PDR Maduro

Après avoir fait une commande, je prends congé de mes hôtes en sachant que je reviendrai. Merci Nancy et Christof pour votre dévouement, votre sympathie et votre professionnalisme.

De Kelle Cigars, Overijse

Ouvert Lun - Ven : 06h00 - 19h00
             Sa : 06h00 - 18h00
Fermé le dimanche et jours fériés


Mes impressions : un peu loin pour y passer régulièrement et c’est dommage, mais quand j’ai une après-midi à tuer, j’y retournerai, car franchement, le fumoir et l’ambiance sont vraiment au top, et puis les Nicarao Petit Salomon sont dans mes cigares préférés.

Commentaires