Accéder au contenu principal

Chez Dan



C’est à la demande de mon ami Thierry S. que je me suis rendu à Jemeppe sur Sambre pour une soirée cigares – rhums arrangés. J’ai embarqué quelques amis de la Monday Team et Angelo qui est toujours dans tous les coups.
Et c’est ainsi que j’ai rencontré Julien et son épouse Danielle.

Je suis plus dans une librairie que dans une civette, en effet, c’est l’occupation première du bâtiment, mais petit à petit Julien modifie l’espace pour s’orienter davantage vers les cigares et les spiritueux.
On sent l’enthousiasme dans ce couple de commerçants, mais aussi l’envie de bien faire, la générosité et surtout le coté conseiller bien avant celui de vendeur ce que j’aime dans le monde du cigare. 





Actuellement, Dan est surtout servi par les marques vendues par STG, Agio… mais il a d’autres fournisseurs. Ainsi, on peut trouver chez lui quelques bons cubains, des Griffin’s…
Donc si vous êtes de passage dans la région, n’hésitez pas à leur rendre visite ou à passer sur leur page facebook.
Et pour mon pur bonheur, j’y ai encore trouvé des Griffin’s 2015.




Très amicalement, Dan a accepté de se plier à mon traditionnel questions-réponses

      1.    Depuis quand votre maison est-elle ouverte, et pouvez-vous en faire un bref historique ?
Nous avons repris notre point de vente en mai 2008, mais la librairie existe depuis près de 30 ans. Les premières années, nous avons fait en sorte de remonter un commerce qui était au bord de la faillite et nous avons d'abord fait en sorte que la librairie elle elle-même redevienne rentable. Mon épouse et moi avons tous deux quitté notre emploi sous CDI (encore des fous, vous allez me dire) et avons revendu notre maison pour acheter le bâtiment, le stock et le fond de commerce. En 8 ans, nous avons eu la possibilité de prendre le temps de choisir la voie que nous voulions emprunter.  Cela fait maintenant presque 4 ans que nous avons lancé notre spécialisation dans le cigare, ses accessoires et ses dérivés.

       2.   Comment est venue votre envie de vous orienter vers les cigares alors que vous aviez déjà une             belle librairie ?
Je dirais qu'il y a 2 raisons qui m'ont donné cette envie.  La première est que j'aime fumer un bon cigare, même si comme je le dis souvent à mes clients, je suis loin d'être totalement capable de décrire les arômes dans mon cigare, je sens bien quelques références, mais  j'aime ou je n'aime  pas, c'est un libre arbitre avec lequel je suis parfois en opposition avec certains commentaires bien que je respecte l'avis de chacun, le goût des uns n'est pas le goût des autres, il n'y a pas de mauvais goûts pour moi, et ça n'engage que mon avis de novice.
La deuxième raison est que je voulais proposer dans mon point de vente, quelque chose de différent des autres, je ne voulais pas faire un Xème magasin comme d'autres. Nous avons donc commencé à nous diversifier dans les cigarillos avec la société Cortès et sa gamme Honduras, puis sont venus les cubains, et ensuite, la gamme « Balmoral ».  Après ce démarrage réussi, nous avons entrepris ensuite de proposer les cigares faits main. Pour cela, nous avons commencé avec la gamme Balmoral  dans un petit humidor de comptoir, il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour que notre clientèle s'y intéresse de près. Peu de temps après ce lancement, un deuxième et presque tout de suite après un 3ème.
Petit c'est bien, mais  … ça reste petit.
Nous avons donc rapidement opté pour des modèles plus grands qui nous permettent de proposer un minimum de gamme et des quotas de conservation plus précis.

      3.    Avez-vous des projets au niveau agrandissement, aménagement… ?
Oh oui, le but est dans les 3 ans de proposer une cave digne de ce nom aussi bien au niveau présentation, qu'au niveau conservation. Dans le même temps, augmenter la part réservée aux spiritueux et enfin continuer dans la spécialisation avec les articles et tabacs pour fumeurs de pipe.
Notre volonté est clairement une spécialisation dans les articles de qualité pour le fumeur et les spiritueux, mais  avec des conseils, de l'accueil, du temps, mais surtout dans un esprit plus « passion » que commercial puisque tout part de là.

      4.    Lorsqu’on a une PME, on souhaite souvent que l’entreprise continue une fois retraité ; avez-vous         déjà pensé à la continuité de la vôtre ?
Je dois bien avouer que non, il est vrai que la plus grande de mes filles adore l'odeur des cigares (elle est trop jeune pour fumer), mais ce sujet n'a jamais été abordé, mais vu le temps qu'il me reste devant moi, elle aura tout le loisir de découvrir plus tard,  si cet univers lui plaît.

      5.    Quel "plus" apportez-vous à votre clientèle ? Pourquoi un amateur de cigares irait-il dans votre           civette plutôt que dans une autre ?
Puisque pour moi, le cigare (et les spiritueux) part d'une passion, j'essaie d'en parler et de le conseiller dans cette idée.  Il est bien entendu que fin du mois, il faut payer les factures, mais j'écoute d'abord ce que le client recherche et j'oriente mes propositions en fonction de ce qu'il recherche et non pas en fonction de ce que je voudrais bien vendre. Pour mon épouse et moi, notre but premier est que le client qui sortira de chez nous reparte avec le produit qui lui convient et qu'il soit content de ses achats et des conseils reçus, en précisant toujours bien que je n'ai aucune prétention et que c'est d'abord une passion.
      6.    Quel est votre cigare préféré ?
Pour l'instant, je ne peux pas dire que j'ai vraiment un cigare préféré.
Le dernier qui m'a marqué est le Rocky Patel Vintage 03 Cameroun.
J'ai eu un énorme coup de cœur pour le El Credito Trunk Show (j'ai fumé le dernier de ma réserve ce w-e) qui n'est plus distribué.

Sinon, j'aime bien aussi :

Balmoral Anejo XO
Bolivar Royal Coronas

Et dernière info, j'ai pu goûter ce week-end le nouveau Kentucky Fire Cured, et j'ai été très fortement étonné dans le bon sens, n'étant pourtant pas super fan des whiskys tourbés



Commentaires

  1. Magnifique enseigne à découvrir agrémentée d'un excellent reportage,que j'aimerai y être !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices