Accéder au contenu principal

Skinhead Red Caïman

Skinhead

Red Caïman



Skinhead


Vous prenez un français qui a de bonnes idées et des connaissances dans le monde du cigare. Il est peu connu de mes lecteurs belges et pourtant il a sa renommée en France et à l’international puisque Sandro Stroili est la tête pensante d’Eurotab France depuis 1995, société de distribution de grandes marques comme Furia, la Ley, Nicarao, Rocky Patel, E.P. Carillo…

Je vous ai dit qu’il avait des idées, donc direction le Nicaragua pour y rencontrer une grosse pointure dans les cigares, j’ai nommé A.J. Fernandez.

Les deux gaillards se connaissent, ils ont déjà travaillé ensemble sur d’autres projets.

Sandro explique son concept à A.J. qui est emballé, et c’est en résumé ainsi, que la production de skinhead est née.

Un Toro réalisé uniquement avec des tabacs du Nicaragua âgés de 3 à 5 ans. Une fois ceux-ci roulés, ils passent encore un moment en Aging Room au Nicaragua avant de prendre la direction de la France, pour un nouveau repos (ce qui porte le total de celui-ci entre 6 mois et un an).



Skinhead


Ensuite, ils sont décorés de la bague en cuir qui vient d’Espagne, et mis dans de belles boites en provenance du Portugal, pour enfin atterrir dans les meilleures conditions dans nos civettes.

Skinhead : voici bien un drôle de nom pour un cigare ! Je rassure les puritains : il ne s’agit nullement d’un rapport avec des fans d’une équipe de foot (je vais rester vague par respect pour les fans du PSG) qui s’entrainaient 2 heures par jours dans les casemates de la capitale ; aucun rapport non plus avec ces jeunes anglais, portant des Dr. Martens, des jeans avec le bas retroussé, des bretelles et qui se sont rasés le crâne en signe de contestation contre la Dame de Fer et la guerre des Malouines.

Alors pourquoi ?

Pour comprendre, il faut prendre le problème à l’envers. Sandro a son projet, il a son fabricant et décide de s’attaquer à la bague, pendant la production de ses cigares. Vous devez savoir, qu’il a un faible pour, comment dire, les highly original rings (bagues très originales en français dans le texte). C’est d’ailleurs lui qui a insufflé l’idée du fil de laine à Didier V. pour les Furia.



Skinhead


Pour ce cigare, il est parti sur une bague en cuir avec deux entailles aux extrémités pour l’attacher. Et pendant qu’il réfléchissait à la question, il a eu une inspiration : Skin en français c’est peau, et Head c’est tête, donc la peau sur la tête du cigare. Le nom Skinhead à ce moment coulait tellement de source que rien ni personne ne pourrait lui faire changer d’avis.

Et comme pour cette première gamme, la fameuse bague est rouge, en cuir façon croco (de l'ordre des Crocodiliens, et pas l’animal) et que l’animal de cette famille qui vit en Amérique Centrale et en Amérique du Sud est le caïman … Skinhead Red Caïman est ainsi devenu le nom du module de cette gamme.

La petite histoire ne nous dit pas si ses réflexions viennent d’un esprit savant ou perturbé (mais connaissant Sandro j’ai ma petite idée), et encore moins si elles se sont déroulées avec autant de rhum que les discussions concernant la bague du Furia.

Voilà donc le décor planté, je vais pouvoir commencer ma dégustation.

Je profite de l’été indien pour m’installer confortablement en terrasse ; je sors ma vitole de sa boite et je la regarde attentivement. La cape d’une belle teinte d’un brun foncé (Maduro) est huileuse et parsemée de belles nervures parfaitement écrasées qui lui donne ses notes de noblesse. Le rouge de la bande de cuir tranche sur le brun et attire immanquablement le regard.

Je décide de ne plus trainer et de pratiquer la coupe droite, au moment où le serveur m’apporte ma chouffe 50cl.

A froid, l’air passe parfaitement, le poivre est présent mais aussi le cuir fraichement tanné.



Skinhead


Il y a un peu de vent sur le bord de mer de Fécamp, donc j’utilise un briquet torche ; le pied s’embrase et la fumée fait son office.

Elle m’apporte son lot de poivre noir, de cannelle et clou de girofle. Mais vous le savez maintenant cette explosion d’épices ne dure généralement pas plus qu’un bon centimètre sur les nouveaux cigares.

En effet, il diminue d’intensité pour laisser place à d’autres sensations comme le café strong, la fougère, le cacao, la basse-cour, le cèdre et le chêne. Pourquoi je vous les donne pêle-mêle ? Simplement parce qu’elles m’arrivent dans un pack équilibré frisant un terme que je n’aime pas, la perfection.

Une gorgée de bière s’impose car mon cigare me dessèche les lèvres et je dois avouer que la fraicheur de la bière accompagnée de la coriandre me donne un super mélange avec les saveurs de mon cigare.



Skinhead


Ma seconde dégustation se fera au nid accompagné cette fois d’un café, et là aussi le mélange est enchanteur.

La fumée est imposante ; la cendre compacte accroche bien au cigare.

C’est à ce moment que les voyants passent au rouge : Warning ! Vu la rondeur du cigare et l’absence d’agressivité, vu l’âge ancien des tabacs choisis, il ne faut pas oublier de fumer doucement car la nicotine est bien présente.

Je ne sais toujours pas s’il a été favorable à mon voyage dans mes souvenirs en voyant les bateaux rentrés au port et s’il m’a aidé à me retrouver à la Ciotat, Calla Figuera, Hvar ou au milieu de la Manche pour une plongée… Mais ce dont je suis certain, c’est qu’il m’a permis d’atteindre un état modifié de conscience et il y avait belle lurette que je n’étais plus à la terrasse de la Boucane quand j’ai vu ma chère Aurora se matérialisée devant moi après sa deuxième séance de sport hebdomadaire.

Les dégustations se sont portées sur deux Toro de 15.24 cm pour un cepo de 58.

Cape : Nicaragua.

Sous-cape : Nicaragua.

Tripe : Nicaragua.

En conclusion : une très belle découverte, et même si on la doit à Sandro, on reconnait quand même la marque de fabrique d’A.J.

Un cigare qu’il vaut mieux ne pas fumer le ventre vide et de prendre le temps de la dégustation.

Bon on ne va pas encore revenir sur le prix… Vous savez maintenant que la crise qui dure depuis quelques années a entrainé une flambée des prix à tous les niveaux et que nos précieux moments de bonheur en ont aussi souffert.

Je ne peux que vous conseiller de vous rendre dans une civette française ou suisse pour vous faire votre propre idée et de me donner vos retours sous cet article.

Et pour mes lecteurs belges patience : Sandro cherche un distributeur chez nous.

Prix au moment de la rédaction : 22.50€.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

CAO Amazon Basin Extra Añejo

CAO Amazon Basin Extra Añejo C’est en 2017 que la folle aventure STG en Amazonie a commencé avec la version CAO Amazon Basin. Pour ceux qui s’en souviennent, la Belgique a été ignorée un moment de ce lancement ; puis quelques privilégiés ou rapides en réaction ont pu en déguster quelques-uns, car la direction belge a récupéré des boites du marché américain. Depuis nous sommes dans le planning de distribution, mais vu le nombre limité de boites, elles sont uniquement disponibles dans les 28 magasins PartnerShip. Nous avons donc eu la chance de découvrir les versions suivantes : CAO Amazon Fumo em Corda, le CAO Amazon Anaconda et le CAO Orellana. Aujourd’hui c’est la toute nouvelle gamme que je vais avoir le plaisir de vous faire découvrir. Dans un premier temps, je ne vois pas de changements, puisqu’une partie de la tripe est toujours le tabac Bragança ; tabac que General Cigar Co. tire de la forêt amazonienne, qui est toujours récolté une fois tous les 3 ans et qui sort d’Ama

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c