Accéder au contenu principal

Davidoff Nicaragua E.L. 10ème Anniversaire

Davidoff

Nicaragua

E.L. 10ème Anniversaire



Davidoff


Bien avant la naissance du site, la Maison Davidoff sortait le Davidoff Nicaragua. C’est en 2013, que ce qui allait devenir la célèbre bande noire voit le jour avec une première exploration vers les tabacs du monde entier. Depuis j’ai développé Les Passions de Ker Mc Gwalch avec 895 articles, j’ai fumé plusieurs fois ce cigare que j’apprécie, pas plus tard encore que la semaine passée en Normandie… Quelle ne fût donc pas ma stupeur de constater que je n’en avais jamais fait un article !

Et pourtant, il a amplement sa place dans mes passions. Heureusement serai-je tenté de dire, 10 ans après ils remettent le couvert avec une édition limitée. Mais que nenni, puisque vous vous en doutez, elle est différente de la première édition sinon il n’y aurait aucune raison de faire une nouvelle gamme. Donc dans la foulée de cet article, je corrigerai mon oubli.

En attendant parlons un peu plus de ce 10ème Anniversaire.

Si l’édition classique est la plus vendue de la bande noire, c’est parce que les équipes ont travaillé sur la recherche de la chaleur et de l’intensité des volcans du Nicaragua pour ensuite les adoucir et faire un cigare riche en saveurs.

Pour cette édition Anniversaire, ils ont été encore plus loin. Ils sont montés jusqu’au sommet des volcans pour nous donner un cigare au maximum de sa capacité en saveurs.

Vous savez tous que nos vitoles se composent de plusieurs feuilles de tabac : 7 dans le cas de ce cigare. Pouvez-vous imaginer que le vieillissement de celles-ci a duré un total de 45 ans. Et ce n’est pas tout : une des feuilles de la tripe a à elle seule 9 ans d’âge (une première dans les cigares Davidoff). Cela laisse présager un bon moment de dégustation, surtout que quand il n’y en a plus, il y en a encore.



Davidoff

Davidoff


Cette feuille de 9 ans est restée en finition 6 mois dans des fûts ayant contenu du rhum.

Devant cette déferlante de bonnes nouvelles je me sens comme Haroun Tazieff au pied des volcans, mais je dois d’abord revêtir mon kit d’explorateur : chapeau, coupe cigare, cendrier Davidoff, Briquet Winston Churchill, le couteau et le fouet à la ceinture… 13°10′ N, 86°24′ O, me voilà. J’ai placé le camp de base à la limite de La Villa de San Antonio de Pavia de Estelí, et je me dirige vers le pied du volcan du même nom. Je suis arrêté par un jeune Miskitos qui me tend une boite : il m’explique que c’est tout ce qu’il a réussi à sauver des mains des colons (nom donné par les indiens aux pilleurs de leur terre ancestrale). Puis il disparait dans les montagnes aussi rapidement qu’il est apparu.



Davidoff


Je regarde ce coffret en bois attentivement, le couvercle noir est martelé de petits triangles (représentation typique des volcans nicaraguayens, même reprise sur le drapeau du pays). En son centre, on retrouve des informations comme le fait qu’on a des cigares de type Gran Toro, que c’est une édition limitée Nicaragua. Dans le coin supérieur droit, un autocollant estampillé 10th Anniversary rappelle l’occasion particulière de cette gamme.



Davidoff


Je fais sauter au couteau cette fichue bandelette fiscale, et par un coulissement du couvercle, je laisse apparaitre les joyaux qui sont un réel plaisir pour les yeux.

Je prends délicatement un des Gran Toro et je l’examine de plus près. La cape est juste parfaite, une belle couleur brun clair, avec des bagues noir, orange, blanc. Ce véritable bijou est parcouru de belles nervures qui, au toucher, se révèlent bien écrasées de manière à ce que la cape enserre parfaitement la poupée.

Je ne reviendrai pas sur la bague classique, mais l’autre porte sur fond noir et écrit en blanc 2013-2023, avec entre les deux dates un grand 10th orange, et dessous sur fond orange on peut lire Anniversary.

Je ne peux que marquer un temps d’arrêt, comme tous les explorateurs avant un moment important, que cela soit Indy, Allan Quatermain ou Benjamin Gates.

Je décroche mon coupe cigare de ma ceinture et je tranche délicatement un morceau de la coiffe de tête. Heureusement, il n’y a pas de pièges et il ne se passe rien, je décide donc de le porter aux lèvres.

Des saveurs de noix grillées, de cèdre et d’épices se dégagent de ma vitole. L’air circule librement.

Il ne m’en faut pas plus pour porter la flamme du briquet vers le pied ; celui-ci s’embrase, ce qui déclenche l’astucieux mécanisme qui libère un beau flot de fumée.

La confirmation des noix grillées arrive rapidement sur mon palais. Elles sont accompagnées de cuir fraichement tanné comme sur la peau d’un tambour lors de sa construction. J’ai également une sensation de cardamone et de genévrier. Le tout est présenté dans un cocon parfaitement équilibré.

Comme tout se passe à merveille, je continue ma découverte plus en profondeur du cœur de ce cigare. J’arrive maintenant comme si je passais un palier invisible : les épices fraiches ont partiellement disparu pour donner place à une importante quantité d’eucalyptus. Cela me fait sourire en pensant au logo sur la boite, fumer tue ; et bien avec celui-ci, je soigne mes bronches. J’ai aussi du chêne, du café crème et du chocolat au lait. Ce contraste de mélange corsé et doux me laisse admiratif tellement c’est bien équilibré et dans une intensité de moyen–fort.



Davidoff


Il ne m’en faut pas plus pour décider de faire une autre dégustation sur le site sacré de Wéris accompagné d’Aurora, ma correctrice en cheffe.

La combustion est pratiquement parfaite pour un cigare fumé en plein air et par de belles rafales de vent purificatrices.

Je passe maintenant au-delà de l’emplacement de la seconde bague, et je m’éloigne du côté crémeux, voire laiteux, pour me retrouver plongé dans du café strong, du pain toasté et de la fougère.

Il est temps de me dire Waow ! Déguster ce cigare au moment de Lugnasad, la fête des moissons, quel cadeau des Dieux et des Maitres Mélangeurs de la Maison Davidoff !

Les dégustations se sont faites sur 3 Gran Toro de 15.2cm pour un cepo de 56.

Cape : Equateur.

Sous-cape : Jalapa seco (Nicaragua).

Tripe : Esteli seco cask aged (rhum), Esteli Semilla B visus, Esteli Semilla A ligero, Jalapa visus, Condega seco (Nicaragua).

En conclusion : j’arrête de suite les grincheux sur le prix du cigare ; oui ce n’est pas donné, mais on a tout le travail de recherche, d’âge des tabacs, du travail de finition en fût ayant contenu du rhum. Pour ma part, j’ai adoré ces moments de purs plaisirs et je suis déjà certain qu’il sera dans mon top 20 de fin d’année. Un cigare de belle intensité avec des moments de douceur, qui m’a fait voyagé et qui est un moyen approuvé pour fêter les 10 ans d’une gamme : j’adhère pleinement. Donc, comme à l’accoutumée, je vous invite à courir chez votre dealer pour vous faire votre propre opinion. Il n’y en aura pas longtemps car il n’y a que 14.585 boites pour le monde.

Et j’attends vos retours sous cet article, merci d’avance.

Prix au moment de la rédaction : 36 euros.


 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

CAO Amazon Basin Extra Añejo

CAO Amazon Basin Extra Añejo C’est en 2017 que la folle aventure STG en Amazonie a commencé avec la version CAO Amazon Basin. Pour ceux qui s’en souviennent, la Belgique a été ignorée un moment de ce lancement ; puis quelques privilégiés ou rapides en réaction ont pu en déguster quelques-uns, car la direction belge a récupéré des boites du marché américain. Depuis nous sommes dans le planning de distribution, mais vu le nombre limité de boites, elles sont uniquement disponibles dans les 28 magasins PartnerShip. Nous avons donc eu la chance de découvrir les versions suivantes : CAO Amazon Fumo em Corda, le CAO Amazon Anaconda et le CAO Orellana. Aujourd’hui c’est la toute nouvelle gamme que je vais avoir le plaisir de vous faire découvrir. Dans un premier temps, je ne vois pas de changements, puisqu’une partie de la tripe est toujours le tabac Bragança ; tabac que General Cigar Co. tire de la forêt amazonienne, qui est toujours récolté une fois tous les 3 ans et qui sort d’Ama

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c