Accéder au contenu principal

Plasencia Year of The Rabbit

Plasencia

Year of The Rabbit

 

 

Plasencia

 

Lors de mes pérégrinations, j’ai entendu : chez Plasencia, ils sont comme le lapin blanc de chez Alice, car sortir un cigare pour le nouvel an chinois en avril, ils sont méchamment en retard.

Si ces personnes me lisent, je dirais : Hé les gars ! C’est comme pour les autres marques ; ce n’est pas un cigare qui fête le nouvel an, mais bien un cigare qui met une année à l’honneur, en se basant sur l’astrologie chinoise, d’où son nom année du lapin. De plus, le cigare est annoncé depuis septembre, et sa sortie belge dépend de nombreux paramètres qui nous dépassent comme amateurs.

Perso, je serais plus à féliciter le distributeur Vinche & Koopmans qui a réussi à nous avoir en avril quelques boites sur les 3.000 prévues hors U.S.

Mais revenons à notre sujet : Plasencia sort pour la 3ème année un cigare lors du changement d’année dans le calendrier astrologique de l’Empire du Milieu.

De plus, cette année 2023 met à l’honneur le lapin d’eau qui a les caractéristiques d’être doux et capable de s'adapter facilement à différentes conditions (ce qui caractérise aussi la Famille Plasencia).

 

 

Plasencia


Pour le packaging, nous sommes bien évidement dans du rouge et or, qui comme vous le savez, à force de le lire sur mon site, sont des couleurs importantes en Chine. Symboles de bonne fortune, joie, chance et prospérité.

Si Davidoff est parti sur les petits bonds réguliers du lapin qui se déplace en confiance, chez Plasencia on a misé sur la course rapide d’un lapin de garenne qui passe d’une période à l’autre. Ce n’est pas la première fois que Nestor P. nous parle de changement, de retrouvaille, de famille… Et il remet une couche avec cette vitole. Il a déclaré : Le lapin représente l'animal parfait pour ces temps changeants en raison de sa capacité à s'adapter aux différentes époques avec grâce et élégance. Je pense que cette Année du lapin devrait être une année d'espoir.

Le couvercle de la boite reprend le nom de la marque avec son logo ainsi que le léporidé. Il est entouré d’un cercle dans lequel on peut lire Year of the Rabbit et Edition Limitée.

La boite est scellée d’une bande couleur or avec 2023 et le numéro de la boite.

La face avant nous apprend que nous avons affaire à une vitole de type Toro.

 

 


Plasencia

Plasencia


Enfin l’intérieur du couvercle reprend le lapin avec son cercle d’inscriptions. En dessous, sur le bas du couvercle nous avons l’idéogramme chinois du lapin, le nom de la marque et l’année 2023. Le tout est entouré d’un liseré double qui me fait vraiment penser à des morceaux de bambous.

Mais c’est le moment de s’adapter à un changement d’état modifié et de passer à la sacro-sainte dégustation.

Je sors donc un cigare de ma cave ; mais laissez-moi vite finir le packaging. La cape porte trois bagues aux mêmes couleurs que la boite. En commençant par le haut : une première avec multiple petits logos de la marque, ensuite une avec le logo en plus grand, Plasencia & Year of the Rabbit, et enfin une de pied qui nous rappelle que ce cigare est une édition spéciale et qu’il est fait main au Nicaragua.

La cape est assez claire et huileuse, avec des nervures qui sont parfaitement écrasées.

Après un moment de recherche dans ma filmographie, je décide de ne pas allumer la TV mais de mettre une playlist de John Williams ; je regarde mon cigare une dernière fois et je pratique une coupe droite après avoir retiré la bague de pied.

Je craque une allumette et l’approche de mon Toro ; celui-ci s’embrase, me donne un pied rougeâtre, et me libère un bon flot de fumée.

Vous aurez remarqué que j’ai encore zappé le tirage à froid, car je ne veux pas être influencé par les premières impressions de saveurs qui ne sont pas toujours représentatives de ce que le fumage va délivrer.

La toute première saveur que je perçois est du poivre. Tiens ! il est blanc ce qui est surprenant pour un puro Nicaragua.

J’ai ensuite une bonne dose de cèdre, et puis un aspect citronné. Mélangé au poivre ce citron me rappelle quelque chose mais quoi au juste…? Les neurones se mettent en marchent et Euréka ! Ce passage de ma dégustation me fait penser à la recette du riz à l’indienne avec sa traditionnelle cardamone.

 

 

Plasencia

 

Alors que la musique de E.T. sort des diffuseurs, je décolle direction la forêt boréale et je me revois avec Montana en train de faire la récolte de thé du labrador. Ce thé des Innus, est un peu comme le thé vert mais sans théine. Encore une ou deux aspirations sur ma vitole et me voilà devant le tipi, assis près du feu, une tasse de thé à la main.

Mes souvenirs m’entrainent vers d’autres lieux, quand mon cigare me plonge dans un passage étroit aux saveurs du nougat avant de repartir vers le poivre blanc.

La combustion est pratiquement parfaite et les minimes imperfections, qui peuvent survenir, se régularisent automatiquement.

 

 

Plasencia

 

La cendre est compacte et a une belle couleur.

Mon cigare qui est resté longtemps dans une intensité cataloguée comme bas augmente légèrement pour venir taquiner le moyen alors que la palette des saveurs est douce et magnifiquement équilibrée.

Je reviens de voyage, tranquillement pas vite et finir par être rendu dans mon living car je commence à avoir difficile de tenir le tout petit mégot qu’il me reste.

Waow ! quel bon moment passé, hors du temps…

Au moment où je dépose le mégot avant d’aller plus tard le rendre à la Terre Mère, la musique de Hook commence ; il n’y a pas de hasard, cela me replonge dans d’autres souvenirs, mais c’est une autre histoire qui n’a vraiment rien avoir avec les cigares.

La dégustation s’est portée sur un Toro de 16.51cm pour un cepo de 54.

Les tabacs de ce puro proviennent de différentes fermes de la Famille Plasencia mais avec une concentration sur la région de Jalapa.

En conclusion : Plasencia nous a habitué depuis un moment à jouer dans la cour des grands avec ses séries Alma & Cosecha ; cette troisième édition de Year of… est à mettre dans la même catégorie. Et je pense avoir trouvé le cigare que je fumerai dès que je serai installé en Normandie.

Prix au moment de la rédaction : 52 euros.

Donnez-moi vos retours et impressions sous cet article. Merci.

 

 

Plasencia

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

CAO Amazon Basin Extra Añejo

CAO Amazon Basin Extra Añejo C’est en 2017 que la folle aventure STG en Amazonie a commencé avec la version CAO Amazon Basin. Pour ceux qui s’en souviennent, la Belgique a été ignorée un moment de ce lancement ; puis quelques privilégiés ou rapides en réaction ont pu en déguster quelques-uns, car la direction belge a récupéré des boites du marché américain. Depuis nous sommes dans le planning de distribution, mais vu le nombre limité de boites, elles sont uniquement disponibles dans les 28 magasins PartnerShip. Nous avons donc eu la chance de découvrir les versions suivantes : CAO Amazon Fumo em Corda, le CAO Amazon Anaconda et le CAO Orellana. Aujourd’hui c’est la toute nouvelle gamme que je vais avoir le plaisir de vous faire découvrir. Dans un premier temps, je ne vois pas de changements, puisqu’une partie de la tripe est toujours le tabac Bragança ; tabac que General Cigar Co. tire de la forêt amazonienne, qui est toujours récolté une fois tous les 3 ans et qui sort d’Ama

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c