Accéder au contenu principal

Davidoff Signature N°1

Davidoff

Signature N°1



Davidoff


Pour cette découverte, j’ai fait appel au Doc et sa DeLorean DMC-12, et nous sommes partis pour un voyage dans le temps…

Nous avons atterri au Cap Kennedy, plus précisément à la base de lancement de Cap Canaveral. Dans nos écouteurs sophistiqués, bien trop pour l’époque nous devons nous faire discret, nous entendons ce drôle de message : Commandant Neil Armstrong, Buzz Aldrin, pilote du module lunaire et Michael Collins, pilote du module de commande, ici la Nasa ; prêts pour le décollage ?

Ici le commandant, l’équipage d’Apollo 11, nous sommes parés pour un petit pas pour l’homme, un grand jour pour l’humanité.

Vous aurez compris, notre voiture très particulière nous a ramené en 1969 ; mais pourquoi cette année-là ?

Doc me suggère de remonter à bord avant d’être grillé par les réacteurs de la fusée, car le compte à rebours a commencé : five, four…

Il y a un papier sous l’essuie-glace : ils avaient une façon singulière de mettre des P.V. pour stationnement dans une zone sécurisée dans ces années-là. Mais ce n’est pas cela, c’est un mot qui dit : Pour avoir les réponses, rendez-vous à Genève et trouvez la bague de la bande blanche.

Pendant que Doc tourne les manettes pour communiquer les renseignements de notre destination future, L'homme à l'harmonica d’Ennio Morricone résonne dans mes oreilles pour me concentrer sur cette fameuse bande blanche.

La DeLorean nous dépose cette fois rue de Rive 2, où un certain Grand Monsieur tient une boutique de cigares…

Nom de Zeus ! La bague : ce n’est pas une bijouterie que nous cherchons mais une civette. Et pourquoi donc bande blanche ? Attendez un peu : ce Monsieur au drôle d’accent, et originaire d’un pays qui subit une invasion, c’est Zino Davidoff. Doc, nous devons retourner à notre époque, mais rester en Suisse. Direction Bâle au siège de Oettinger Davidoff.

Bonjour, nous revenons de 1969 où nous avons rencontré différentes choses qui nous ramènent toujours vers une fameuse bande blanche.

Oui, alors qu'Apollo 11 s'envolait pour la lune, nous avons lancé notre Classic N°1 ; aujourd'hui, il renaît pour vous sous la forme de la collection Davidoff Signature No. 1 Limited Edition. C’est le premier lancement d'une série de 4 éditions limitées exclusives de la collection Davidoff White Band et elle constitue donc l'objet de collection ou le cadeau idéal pour tout aficionado.

L'histoire de la marque Davidoff est riche en innovations exceptionnelles en matière de cigares et en réalisations emblématiques. Parmi ces innovations passées, ce Panetela Larga avec une queue de cochon était révolutionnaire et a fait sensation dans le monde du cigare grâce à son excellence dans la fabrication et son caractère unique. Pour de nombreux aficionados, les cigares de cette période sont des créations légendaires dont ils se souviennent. Le Signature No.1 est un format et un mélange qui ont été amoureusement retravaillés par les rouleurs un demi-siècle plus tard.

Je pense que c’est le bon moment pour laisser partir Neil vers la lune, et Doc vers d’autres aventures dans le temps, pour nous consacrer à la dégustation de ce cigare remasterisé.



Davidoff


Comme vous l’avez vu plus haut, j’ai un cigare Panatela Larga. Ce n’est pas un hasard s’ils ont décidé de remettre ce module sur le marché en 2023 ; car ce format Panatela a de nouveau son heure de gloire : il est apprécié des aficionados et plusieurs marques en font leur cheval de bataille.

La tête de ma vitole est en forme de queue de cochon, ce qui demande un rouleur expérimenté. Sa cape est d’un beau brun et elle est ornée des fameuses bandes blanches qui ont fait la renommée de la marque.

Après avoir officié ma cérémonie de coupe, je constate que l’air passe suffisamment pour une agréable dégustation. J’ai également la nette impression que ma dégustation va m’immerger dans le vaste monde des céréales.

Je suis surpris de la facilité avec laquelle le pied s’embrase au contact de l’allumette.

Allez ! On est parti pour un moment de bonheur ; en tout cas cela s’annonce bien cette affaire-là !

Dès les premières bouffées, je me sens tiraillé : est-ce que je décolle vers Saint Yves (Cornouailles) et son Porridge d’orge ou vers Essaouira (Maroc) et sa soupe Tchicha ? Ou comme les Enfants Perdu de Peter, vais-je partir dans un monde imaginaire (pour moi) et visiter l’Ecosse et ses champs d’orge qui servent aux distilleries de whisky ? Le temps de me décider, je suis projeté dans l’ancienne cuisine de mes parents : devant moi un bol de café au lait et un paquet de Pelletier, pain grillé au blé complet.

Le noble chêne est de la partie ainsi qu’une note de poivre blanc.

Alors que je continue mes investigations, je plonge dans une source de crème onctueuse accompagnée de sucre de canne.

Pendant que celui-ci s’estompe, une montée en puissance se fait fortement ressentir avec une mutation sans génétique du poivre blanc en poivre rouge. Le chêne se retire également de cet agglomérat des saveurs pour faire place à son serviteur monsieur cèdre.



Davidoff


Ma dégustation se termine tranquillement pas vite. La Maison Davidoff conseille de partager ce cigare avec un café au lait aromatisé ; perso j’irais plus vite vers un lait russe que vers un latté saveur pain d’épices. Donc je vous conseille de regarder les aromates de votre café avant de le déguster. J’irais pour ma part plus vers un café et un verre d’Amaretto Disaronno, et mon ami Roch verrait plus un café avec un verre de poire-cognac.



Davidoff


Les dégustations se sont portées sur deux Panetela Larga de 19.5 cm pour un cepo 39.

Cape : Connecticut (Equateur)

Sous-cape : Hybrid 151 Seco (Equateur)

Tripe : Piloto Seco, Hybrid 192 Seco, San Vicente Seco (Rép.dom.)

En conclusion : j’ai toujours trouvé que les Davidoff Signature étaient des cigares très bien construits mais qui manquaient de coffre et d’un petit quelque chose pour me combler ; c’est chose faite avec cette édition malheureusement limitée. Par sa longueur et le petit coup de rein dans la dernière ligne droite, il est parfaitement dans mes goûts et rassasiant à souhait : pas du tout envie de fumer un autre cigare dans la foulée. Je vous invite donc à vous rendre chez votre spécialiste de la marque pour vous faire votre propre appréciation. Ne trainez pas trop, car il n’y a que 150.000 cigares produits pour la consommation mondiale.

Prix au moment de la rédaction : 21 €

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

CAO Amazon Basin Extra Añejo

CAO Amazon Basin Extra Añejo C’est en 2017 que la folle aventure STG en Amazonie a commencé avec la version CAO Amazon Basin. Pour ceux qui s’en souviennent, la Belgique a été ignorée un moment de ce lancement ; puis quelques privilégiés ou rapides en réaction ont pu en déguster quelques-uns, car la direction belge a récupéré des boites du marché américain. Depuis nous sommes dans le planning de distribution, mais vu le nombre limité de boites, elles sont uniquement disponibles dans les 28 magasins PartnerShip. Nous avons donc eu la chance de découvrir les versions suivantes : CAO Amazon Fumo em Corda, le CAO Amazon Anaconda et le CAO Orellana. Aujourd’hui c’est la toute nouvelle gamme que je vais avoir le plaisir de vous faire découvrir. Dans un premier temps, je ne vois pas de changements, puisqu’une partie de la tripe est toujours le tabac Bragança ; tabac que General Cigar Co. tire de la forêt amazonienne, qui est toujours récolté une fois tous les 3 ans et qui sort d’Ama

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c