Accéder au contenu principal

Davidoff Master Selection 2012

Davidoff 

Master Selection 2012



Davidoff




Davidoff


Pendant tout un temps, Davidoff a concurrencé Marvel car il avait aussi leurs supers héros, leurs The Fantastic Four, avec entre autres Eladio Diaz (l’alchimiste) mais aussi Hendrik Kelner, Hamlet Espinal et Manuel Peralta. Chacun avait sa spécification et ses connaissances. Quand en 84, Eladio a rejoint Kelner qui venait de créer Tabadom (la fabrique Davidoff en Rép. dom.), il roulait des cigares depuis 5 ans.

C’est en 1991 que sa carrière a explosé et qu’il est devenu l’alchimiste en accédant au poste de maître mélangeur ; il crée des cigares à partir de tabacs, qui peuvent provenir de n'importe où dans le monde. C'est un peu comme l'alchimie médiévale dans laquelle les praticiens tentaient de créer des métaux précieux à partir de métaux communs. La grande différence c’est que lui, il obtient ainsi un résultat bien supérieur à la somme de leurs composants individuels. Diaz a été intimement impliqué dans la création des mélanges dominicains de Davidoff ; il ne s'est jamais relâché. Winston Churchill, le Millennium Blend de Davidoff, Yamasá et Escurio, et Zino Platinum ne sont que quelques-uns des mélanges sur lesquels Diaz a travaillé au fil des ans.

Son travail consistait aussi à former et à apprendre aux jeunes de Tabadom l'art de l'assemblage afin que l'entreprise reste un leader dans la fabrication de cigares pour les années à venir. Avec tout ce que l’entreprise lui devait, elle avait instauré une tradition : Eladio se roulait un cigare pour son anniversaire, cigare d’exception et souvent avec des tabacs âgés et rares.

Lorsqu’il a pris sa retraite, la tradition s’est perdurée. Chaque année, les membres hautement qualifiés du Davidoff Master Blending Competence Centre se réunissent en République Dominicaine pour célébrer un nouvel anniversaire des cigares Davidoff White Band (Davidoff Aniversario, Davidoff Dominicana, Davidoff Grand Cru, Davidoff Millennium, Davidoff Signature, Davidoff Winston Churchill The Original Series, Davidoff Winston Churchill The Late Hour Series.)

Depuis un moment et avec leur accord, une petite quantité de ces cigares sont mis en vente pour nous permettre de les découvrir et de les apprécier.



Davidoff


Si la version 2014 mettait en avant Julio Ramirez, un des Master Roller, la version 2012 fait connaitre Pedro Pablo Perez, directeur de la production, de la qualité et de l'innovation chez Davidoff. Et c’est sa signature que l’on retrouve sur les 7.000 boites diffusées dans le monde, juste à côté de la numérotation de celles-ci.



Davidoff


Pour faire ressortir un peu l’aspect à l’ancienne, ils sont fournis sans cellophane dans une boite en bois rustique et tenus en place par un cordon de soie.

J’ai un cigare de type Toro avec une jolie cape parcourue de sublimes nervures : j’ai toujours apprécié ce côté nervure qui donne un aspect vivant à la feuille. Bien évidemment les feuilles doivent être écotées car la nervure centrale est trop épaisse. Trop de gens se plaignent des autres nervures, pourtant, si elles sont bien aplaties (comme c’est très souvent le cas), elles font partie intégrante du cigare.



Davidoff


Mon cigare est doté de deux bagues, aux couleurs blanc, noir et or. Une classique avec juste Davidoff, Genève & Edition Limitée, et l’autre The Master Selection 2012 avec de nouveau la signature de Pedro.

Donc l’œuvre en noir (le mélange) a été conçue en 2012, l’œuvre en blanc (le roulage) il y a deux ans et l’œuvre en rouge (la distribution) cette année. Je vous laisse le loisir de calculer l’âge des tabacs qui rentrent dans cette pierre philosophale qu’est ce Master Selection.

Un petit moment de contemplation puis je pratique mon rituel de coupe et d’allumage.

A froid, je suis vraiment dans un dominicain et un Davidoff avec cette sensation de basse-cour, de foin sec, de terre grasse et de cèdre.

Une bonne dose de fumée arrive dès le départ ; l’allumage est parfait et le tirage une pure merveille. Je constate directement l’aspect vieux tabacs : pas de piquant désagréable, pas de sensation de minéral qui arrache et pas de senteur d’ammoniac.

Cela est donc de bonne augure pour la suite…

Un léger sel me tapisse les lèvres alors que ma bouche se remplit de fumée accompagnée de saveurs d’amandes. Le premier centimètre me dévoile un cigare puissant mais cela s’estompe rapidement : je pense que les tabacs Yamasá visus de la tripe, qui ont été vieillis en fûts de Bourbon, sont en grande partie rentrés dans la danse et apportent cet apaisement de douceur en injectant une dose de café crème et cela au détriment de la terre grasse et du chêne. Ce qui apporte un équilibre très intéressant.

Tout en continuant ma dégustation, j’ai une touche de vanille qui me titille, vous savez à force de me lire que cela n’est pas une saveur que j’apprécie particulièrement mais à faible dose comme c’est le cas ici cela reste agréable.



Davidoff


Nous sommes en période de chasse et pourtant le cuir que je ressens n’a rien avoir avec cette période ; il me fait penser au vieux cuir tanné et qui a déjà bien vécu, comme le tambour en peau de chevreuil d’Aurora (le mien en peau de bison). Et il fait son entrée en grandes pompes, tambour battant !

Je ralentis la cadence pour profiter pleinement de ce moment de plénitude et partir à la découverte d’autres saveurs ; mais avant, une petite retro-olfaction pour avoir un cigare légèrement piquant dans les narines. Je ne suis pas au bout de mes surprises puisque ma dégustation prend des airs de poivre blanc enrobé d’une nuance d’agrume acidulé.



Davidoff


La combustion devient un chouia irrégulier mais cela est minime et elle se régularise d’elle-même. La quantité de fumée est imposante ; c’est dans un brouillard que j’achève ma dégustation et que je vais déposer avec respect le mégot sur la Terre Mère.

Les dégustations de deux modules Toro de 15.2 cm pour un cepo de 52 ont été réalisées pour la rédaction de cet article.

Cape : Equateur

Sous-cape : Hybrid 192 Seco (Rép. dom.)

Tripe : San Vicente Mejorado Visus, Bourbon cask aged Yamasá Visus, Piloto Seco, Hybrid Corojo/Olor Ligero, Dominican Criollo Visus (Rép. dom.)

En conclusion : je pense que la feuille Yamasá a influencé favorablement ma dégustation car si je préfère une vitole plus puissante, l’équilibre apporté par celle-ci m’a scotché. Si j’ai apprécié le 2014, j’ai une petite préférence pour le 2012. D’ailleurs il va falloir que Davidoff arrête de faire d’excellents cigares sinon il va encore avoir des rouspétances quand je vais faire le listing de mes 20 meilleures dégustations de cette année. En attendant, si vous voulez vous faire votre propre avis, je vous invite à vous rendre dans un des magasins Davidoff pour acquérir ce bijou tant qu’il en reste.

Prix au moment de la diffusion : 33 euros.

 

Nous partageons tous quelque chose de vraiment spécial. La joie du plaisir et des choses précieuses. C'est ça, la famille. Pedro Pablo Perez, directeur de la production, de la qualité et de l'innovation.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c
Perla de Calvano Robusto Explications officielles de la société J. Cortès concernant son premier cigare roulé à la main : "Provenant du Nicaragua et plus particulièrement de la vallée d’Esteli, Perla de Calvano incarne la tradition, la qualité et le savoir-faire d’un terroir devenu spécialiste du cigare fait main. La vallée d’Esteli, capitale nicaraguayenne du cigare, profite d’une terre riche, d’un climat propice mais aussi et surtout du savoir-faire des producteurs cubains venus dans les années 60 avec leurs graines et leurs plantes de tabac. Pour la fabrication des cigares Perla de Calvano, seules les plus belles feuilles sont sélectionnées et cueillies à la main pour en faire un cigare d’exception. Les Perla de Calvano sont fabriqués à la main selon les méthodes traditionnelles maîtrisées à la perfection par des rouleurs de cigares expérimentés de la région d’Esteli. Le résultat est à la hauteur : un cigare unique aux arômes ronds et intenses qui évolue

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu