Accéder au contenu principal

Oliva Serie V 135 Aniversario Edición Real

Oliva

Serie V

135 Aniversario Edición Real



Oliva


Comme pour de nombreux fabricants, l’histoire d’Oliva démarre à Cuba. C’est en 1886, que Melanio fonde l’entreprise dans la région de Pinard El Rio. Mais en 59, ils sont chassés de la plantation-ferme-fabrique par les communistes de Castro.

Facundo (le fils qui a repris les rênes de l’exploitation familiale début des années 20) visite de nombreux pays : Honduras, Panama, Mexique, Philippines et Nicaragua. C’est dans ce dernier qu’il trouve la meilleure terre pour recevoir ses précieuses graines d’origine cubaine. Et cela fait 135 ans que ça dure.

VCF partenaire exclusif d’Oliva a trouvé que pour cet évènement une Edition Limitée ne serait pas suffisante, cela méritait une Edition Royale.



Oliva


Qui dit royal, dit une sublime boite. Elle a un couvercle qui est dans le même brun que la majorité des boites Oliva mais quand on l’ouvre, le couvercle intérieur représente comme une fresque de l’exploitation d’Oliva à Esteli. Devant le fermier qui inspecte les champs de tabac, il y a des roses d’un beau rouge parsemées de quelques roses roses (symboles de passion, de fougue mais aussi de pureté, de tendresse et de beauté), ce qui en fait un signe idyllique de la vie là-bas.



Oliva


Quand on retire une belle feuille de cèdre qui reprend le nom de la gamme, on tombe sur 12 cigares posés comme un éventail sur un socle de bois clair et magnifiquement travaillé. Au pied des cigares, un rappel sobre Desde 1886. Rien que le regard sur l’intérieur de la boite, et je m’envole sur des souvenirs d’une autre vie ; car ce que j’ai pris pour un éventail pourrait très bien être une bande de cartouches de 50 soigneusement rangée dans sa boite de transport ; ou un système d’auto-injection d’Atropine ; ou un des tout premiers pointeurs laser que nous avons reçu à l’école des transmissions et de l’informatique. Mais je m’éloigne du sujet, pas le moment, je dois rester concentré sur ma découverte pour vous en rapporter le plus de précisions possible. Vous l’aurez compris et vu sur la photo, ce cigare a vraiment une forme space…ciale qui va d’une tête ronde à un pied pointu, et cela en diminuant instantanément de diamètre.



Oliva


La cape est douce au toucher et d’un joli brun avec des reflets rougeâtres ; elle est sublimement mise en valeur par deux bagues. Je ne vais pas m’attarder sur la première qui est une bague classique pour la marque et la gamme. 



Oliva


La seconde, celle de pied, est la représentation de 4 pièce en or. Je distingue sur une d’elles, un blason et sur une autre ce que je qualifierais d’un tournoi de chevaliers. Au centre de cette suite de pièces, on peut voir un cercle avec 135 marqué en or sur un fond brun. Au premier regard cette bague me donne l’impression d’être métallique, comme j’ai déjà croisé sur des cigares d’autres marques ; mais quand je la retire, il s’agit bien de papier à bague.

Je suis admiratif devant la qualité de cette cape. Je me décide donc à marquer un temps d’arrêt avant de lui couper un morceau de la tête.

A froid, l’air passe parfaitement mais avec une certaine résistance due au format Torpedo. J’aspire quelques fois et j’ai la présence de poivre noir, de basse-cour, de terre grasse et de cannelle.

Je suis scotché devant la facilité qu’a le pied pour s’embraser : c’est toujours une opération délicate dans ce format puisque le principe consiste à allumer le cigare sans noircir la cape.



Oliva


La fumée est abondante et me livre des saveurs de poivre noir, d’amande, de réglisse, de cannelle, et de chocolat noir. Le tout dans un pack complet et sans concession. La cendre tombe d’un coup sans signe avant-coureur et pile après 1 cm.

Cela se calme avec la venue du sirop d’érable ; pas celui des aéroports piège à touristes mais celui que j’ai dégusté dans une érablière du Québec, même si la saison des sucres était terminée. Ma dégustation augmente de coffre et obtient sa vitesse de croisière de moyen-fort, avec un moment une pointe légèrement supérieure à la gamme série V en général.

Avez-vous déjà eu l’impression d’avoir la bouche tapissée après un bon verre ou une pâtisserie ? C’est ce que fait ma vitole : j’ai la sensation que ma bouche est remplie d’un aspect crémeux, cela me rappelle la sensation après avoir mangé une buche de fromage Chavroux. C’est persistant, pas agressif et même agréable.

Par intermittence la fumée me donne des souvenirs de foin, de cacao, de café strong… avant de relancer la machine productrice de poivre noir, d’épices et d’amande.



Oliva


Je suis dans la contemplation de ce cigare Oliva 135, quand la cendre tombe pour la deuxième fois et encore après 1 cm ; puis elle se durcit pour tenir parfaitement à la vitole.

Le tirage et la combustion restent dans une exactitude qui mérite des éloges. Et bang, je décolle à nouveau pour me retrouver dans la forêt boréale devant une Aurore magnifique. Si les voiles évoquent la danse des esprits de certains animaux pour la mythologie nordique, ici cela m’évoque le flux et le reflux des saveurs, le ballet équilibré de celles-ci lors de l’évolution de ma dégustation.

Je suis simplement enchanté de cette découverte et hors de l’espace-temps. Je ne sais pas la durée de cet état d’esprit mais je sais que c’est la chaleur au niveau des moustaches qui me ramène dans le monde des vivants et qui me fait atterrir avec une satisfaction de bien-être et de soif étanchée.

Une dernière aspiration pour la soif, et je dépose le reste de tabac pour qu’il connaisse une belle mort avant de retourner à la Terre Mère.

Les dégustations ont été réalisées sur 2 exemplaires de ce Torpedo de 13.97 cm pour un cepo de 54. Contrairement à ce que j’ai lu sur divers sites, il s’agit bien d’un puro nicaraguayen.

En conclusion : si je trouvais que le Melanio 2021 était un peu court pour profiter pleinement de tout ce qu’il avait à offrir, ici je suis pleinement satisfait. J’ai obtenu ce que j’étais venu chercher dans cette dégustation. Ce cigare Oliva prouve encore que la marque mérite son statut de second producteur de tabac issu de graines cubaines au Nicaragua et que c’est une marque qui porte fièrement les couleurs du Nicaragua.

De plus n’oubliez pas en fumant Oliva, vous apportez une pièce à l’édifice de l’éducation de la jeunesse du pays.

Je vous conseille donc vivement de vous rendre dans votre civette préférée pour déguster un des 150.000 cigares produits pour cette édition limitée. Happy B Day et longue vie Oliva.

Prix au moment de la rédaction de cet article : 17€.

J’attends vos retours, vos avis de dégustation en commentaires sous cet éditorial.

Commentaires

  1. merci pour ce beau commentaire. pas vraiment d accord avec la buche chavroux mais avec tout le reste. magnifique cigare rassasiant avec une legere astringence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je dis bien que c'est une sensation de tapissage crèmeux et pas de saveurs de chavroux, mais tu sais comme je dis toujours la partie pure dégustation est tellement subjective qu'elle nous appartient à chacun. N'hésite pas à commenter quand tu veux

      Supprimer
  2. Toujours un plaisir de te lire et de découvrir, grâce à ton expertise, de nouvelles vitoles. Fidèlement. Éric de REIMS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon ami, juste comme je dis toujours la partie théorique j'essaye quelle soit la plus juste et complète possible alors que la partie dégustation m'appartient et il faut faire vos propres impressions.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez ici, vos commentaires, retour sur l'article et/ou la dégustation

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen