Accéder au contenu principal

Tic, Tac, Toc Society Débarquement en Normandie (Résumé humoristique)

Tic, Tac, Toc Society

Débarquement en Normandie (Résumé humoristique)



haute normandie


C’est la veille du First October 21 que notre société discrète a pris la direction de la Normandie et de son incontournable calvados. Pour ce faire nous avions tout prévu : Une petite réserve de cigares :

  1. Nicarao especial reserva
  2. NBK robusto
  3. Bishops robusto
  4. D8 Emperador
  5. viking robusto
  6. AB gate keeper toro
  7. saga short tales VI
  8. Morphine lancero
  9. AF sun grown
  10. Psyko maduro toro
  11. saga blend 7 robusto
  12. AB projest 40
  13. Davidoff dominicana robusto
  14. SOA Robusto
  15. CAO Bones Toro.
  16. Man of War

Et une petite gourde pour la soif : GlenAllachie 18 ans, HighLand Park Valkyrie & Nomad Edition limitée Belgium.

Le départ est mouvementé car le 4ème larron fêtait son anniversaire la veille ; donc bien que le groupe soit à l’heure, les esprits sont chauds comme de la braise.

Première étape, le restaurant Crocodile où, même s’il y a prescription, je ne peux dévoiler l’état de certains. 



normandie


Après une pause, nous démarrons vers notre base de QG située sur les terres d’Anna qui, comme une comtesse, règne sur son fief. En l’absence de la Maitresse des lieux, c’est Enrique qui nous reçoit.



davidoff


Il nous propose de nous montrer nos chambres, mais nous préférons fumer notre premier cigare et prendre un Davidoff pour marquer le début de cette aventure.

Et nous le dégusterons avec un calva offert par notre hôte. Les conversations vont dans tous les sens et l’ambiance est au rendez-vous, à tel point que notre stagiaire prend ses aises, vautré dans le divan comme un pacha.

Nous sommes rejoints par Anna avec qui nous partageons un autre cigare avant de nous diriger vers le premier restaurant : le latin, une pizzeria très sympa.

De retour à Calatrava, nous reprenons la direction du salon pour continuer la soirée : cigares, calva, whisky… Le moment de la découverte des chambres est arrivé. Tic, qui avait subi le séisme en République Dominicaine, a pris les devants et se retrouve avec notre stagiaire (qui a déjà le statut d’apprenti) ; et moi j’ai la joie immense de me retrouver avec Tac.



normandie


Après un petit déjeuner digne de ce nom, nous papotons avec un cigare avant de prendre la route de Rouen. Une tempête est annoncée et nous avons un sérieux doute sur le cigare à la terrasse du Coyote Café. En effet, il n’y a pon de terrasse. Mais cela ne nous arrêtera pas, et nous mangeons à l’intérieur entre E.T. & Michael Jordan. Nous prenons ensuite la direction de la Cathédrale pour assister à un miracle ; la Ptite Jeanne située en contre bas et protégée par l’imposant édifice a mis sa terrasse. Donc cela sera 4 bières 50 cl et 4 cigares. Notre moment détente est perturbé par une manifestation antivax et par deux de ses protagonistes qui viennent essayer de nous convaincre du bien-fondé de leur action ; elles sont très vite refoulées : on ne dérange pas la society quand elle est en dégustation !

Il est temps pour notre jeune apprenti d’aller voir Monsieur le curé et de faire sa longue confession. Pendant ce temps, nous visitons la cathédrale. Nous sommes rapidement rejoins par Salva, qui vu la nombreuse file d’attente, a abandonné son idée d’expier ses fautes. Faut dire aussi que bonjour la discrétion de ce sacrement, avec le covid, le curé se trouve dans une salle vitrée et derrière un bureau.

A notre sortie, la tempête est bien présente avec ses rafales, mais aussi une pluie qui tombe de plus en plus fort. Nous trouvons refuge dans un établissement près du Gros Horloge. Celui-ci est sympa, la serveuse souriante, mignonne et courtoise, mais faut pas se cacher, même le plus jeune de nous quatre fait un peu tache dans la clientèle.



rouen





Nous trouvons donc refuge au 2ème étage. Tic n’est pas trop rassuré quand nous rentrons dans une salle de 9m² avec une très petite fenêtre dont on a retiré les poignées. Mais nous sommes au sec et nous pouvons nous adonner à notre passion.

Que le temps passe vite en bonne compagnie, il est temps de se rendre au clou du spectacle.



Rouen


La Taverne Saint Amand, qui nous a été recommandée par Anna. Elle se situe dans le vieux Rouen, sa façade typique nous accueille au 11 de la rue du même nom. L’intérieur est rustique, cosy et on s’y sent bien dès que nous avons franchi le seuil. Je ne vous en dirai pas plus, car vu la manière dont nous avons été reçu, je consacrerai un article complet sur l’établissement.

Comme nous avons été forcés de s’arrêter en chemin, qu’il y a beaucoup de monde, je préviens Anna que nous aurons une 1/2h de retard car nous n’avons pas pris la clé de notre logement. Cela était évidemment sans compter sur notre Frérot Tac qui sort la phrase qui tue tous mes espoirs d’être rentré à l’heure : et si on prenait un trou normand ? Ses mots ne sont pas encore sortis de sa bouche que mes deux autres associés de périple acceptent et que la commande est passée. C’est à ce moment que Tic se rend compte de l’heure tardive, trop tard pour faire machine arrière. Je dois dire qu’en buvant mon café (bob oblige), je revis la fureur de vivre avec James Dean. Mes 3 amis gobent littéralement leur boule de glace, et affonent le calva. 5 minutes chrono et nous réglons l’addition, enfin notre trésorier-banquier s’en charge. A peine dans la rue, nous sommes violemment agressés par des trombes d’eau : il pleut comme vache qui pisse. Vu l’ampleur de l’averse, je ne trouve rien de mieux que de proposer un raccourci pour rejoindre rapidement la voiture. Eh bien, vous me croirez ou pas, mais c’est 4 canards qui sont arrivés à l’endroit du parking. Nous avons tourné longuement dans les petites rues de la ville. Un moment, j’ai remercié les fabricants de Samsung de les avoir fait étanches : je ne voyais plus l’écran de Google maps piéton tellement qu’il ruisselait. De plus, en le regardant je n’ai pas vu une flaque et mes chaussettes ont fait buvard.

Heureusement qu’on ne change pas une équipe qui gagne ! C’est en passant près du XXL (un night-club repéré de la journée) que nous avons enfin réussi à nous orienter et à rejoindre le sec de la voiture.

Chauffage à fond, anti buée au maximum, nous avons repris la route. Le coyote me disait 30 minutes mais vu la situation climatique nous avons mis un bon 1/4h de plus ; c’est donc avec plus d’une heure de retard que nous sommes rentrés. Anna était toujours debout, nous avons donc partagé un cigare avant de se coucher ainsi qu’un ou deux whiskys offerts par Enrique.

Si la première nuit était agréable, pour la seconde mon compagnon de chambre s’est transformé en Jason Wynyard, une légende du bûcheronnage, 13 fois champions du monde.

Dimanche, une courte nuit, un bon déjeuner et nous voilà déjà sur la route… Enfin non, nous sommes toujours dans le domaine, le GPS du bob du jour (l’apprenti) refuse catégoriquement l’adresse de notre visite ; par dépit Salva tape château et bingo l’appareil nous en donne un paquet dont le Château du Breuil, lieu de notre destination.



Normandie


10h tapante nous sommes devant la porte de la réception ; je ris car mon vi cadet de Mimi déroule son pass covid en papier, alors que c’est si simple avec l’application. Et bien tel est pris… Michel a déjà remballé son papier que j’essaye toujours d’avoir une connexion dans ce trou du cul du monde normand. Notre charmante hôtesse me dit qu’ils ont le wifi et que cela passera mieux avant de nous tendre 4 parapluies. La majorité de la visite se fait à l’extérieur. Et c’est parti pour I’m singing in the rain, direction le château en évitant les flaques cette fois.

Elle nous explique que le Château aux tuiles roses a été construit aux XVIème et XVIIème siècles et a été la propriété de grandes familles nobles qui y séjournèrent, que la prestigieuse distillerie La société Château du Breuil a été fondée en 1954.

Nous revenons dans une cour intérieure pour apprendre que les allemands ont réquisitionné le château lors de la seconde guerre ; puis nous rentrons dans le premier chai, nous montons jusqu’au deuxième étage pour voir des fûts entreposés dans une grande pièce particulièrement appréciée des pigeons. Mimi qui est au taquet demande si la différence de température ne joue pas sur la qualité du breuvage, mais notre guide le rassure (enfin presque car une semaine après notre retour il nous en parlait encore). Direction second chai, cette fois plus luxueux avec des tonneaux bien plus grands ; et on termine par un son & lumière projeté sur ceux-ci. Enfin ceux qui nous connaisse, le spectacle final : la dégustation.



society


Comme je parle avec un chien avec un chapeau, et que notre guide est sympathique… très vite le patron des lieux se présente à nous. Il nous explique qu’il va faire des gites de luxe dans le château et que son associé étant amateur de cigares, ils vont faire des coins fumeurs voire même une dégustation Calvados et cigares. Cette entrevue nous permet aussi d’augmenter considérablement le nombre de verres dégustés : calva, crème de calva, whisky…

Il est temps pour nous de quitter le lac du château pour nous diriger vers des mers inconnues à la découverte du Dauphin, restaurant gastronomique de la région.



Breuil


Et pas n’importe lequel puisque des familles royales sont venues spécialement dans la région pour y déjeuner, comme notre Roi Philippe ou la Queen Elisabeth. Ici, on ne badine pas avec la sécurité ; nous n’avons pas encore franchi le seuil que le serveur et le Maitre de rang nous accostent assez sèchement : masque, pass, gel pour vous désinfecter obligatoire. Ce qui a l’art de passablement énerver notre sanguin Tic (vous aurez compris que je me moque de notre nounours national qui ne ferait pas de mal à une mouche).

Nous optons pour des plats variés comme le tout est bon dans le cochon ou le poulpe cuit 3h.



jeanne d'arc


Après un rapide tour dans la région, en particulier à Liseux où nous avons la chance de rencontrer le Forrest Gump du coin (un belge qui est parti de chez lui jusqu’à cette ville, à pied et en longeant la côte, je vous le donne en mille, il est carolo), nous reprenons la route de notre lieu d’hébergement.

Je ne sais pas si c’est la soif, la faim ou simplement l’envie de fumer, mais notre chauffeur a une tendance à appuyer sur Lutèce. Et pour combler le tout dans ce drôle de pays normand, tous les restaurants ou presque ferment le dimanche soir.

Donc un petit détour s’impose par Rouen, si on ne veut pas finir au Buffalo grill ou au Mc Do.

De nouveau, comme un fin limier attiré par la proie, Salva se surpasse et il nous trouve une place juste devant un salon de massage. Comme nous avons pris note de la fermeture des restaurants que nous connaissons dans la ville, nous déposons nos carcasses à la Taverne Paul sur le parvis de la cathédrale. Cette fois, comme nous avons la clé en poche pas de soucis pour le calva de fin de repas.

Lorsque nous rentrons, nous avons la chance de voir que notre Comtesse Anna est toujours là et donc s’est reparti pour un cigare et quelques verres digestifs.

On parle de choses et d’autres comme de voitures de société, et Salva se fait reprendre de volée quand il vante les Skoda prestiges alors qu’il roule en Mercedes.

Cette fois, le roi des bucherons ne m’aura pas, je m’éclipse et m’endors avant qu’il ne rejoigne la chambre, pour me réveiller en sursaut : Tac s’est trompé de bouton et a coupé le courant sur les prises au lieu d’allumer, et donc éteint ma machine pour mes apnées. Le temps de retrouver le sommeil, j’ai un frérot endormi profondément à côté de moi. Il a décidé de changer de registre, cette fois c'est un bûcheron qui a réussi ; à présent il abat des colonnes de marbres et il les attaque au marteau piqueur. Impossible de dormir autrement que par intermittence. Et le matin c’est par un : Bien dormi ? qu’il me salue ! Alors que j’ai beaucoup d’estime pour mon frérot, j’ai quand même des envies de meurtres.

Pendant que nous sommes dans la salle coquette du petit déjeuner, au moment où je vais mordre dans mon pain au chocolat, je vois qu’il se passe un truc entre Tic et Salva ; ils n’osent pas se regarder sans éclater de rire. Je me demande si la conversation de la veille (baise main, dormir au pied du lit, croix de st André…) n’y est pas pour quelque chose.

Le rituel du cigare du matin réalisé avec brio, nous prenons la route vers Fécamp mais avec une halte prévue dans une brasserie pour diner avec une dame très chère à mon cœur. J’observe mes deux amis du coin de l’œil, et je les sens au bord de l’éclatement de rire nerveux.

Quand Aurora repart, nous nous dirigeons vers la terrasse, la température nous permet de prendre le pouce avec un cigare.

Arrivés au palais de la Bénédictine, nous commençons la visite par le musée avant de descendre dans les caves pour la distillerie. La visite est intéressante mais trop secrète à mon goût en fait c’est : suis, écoute, vois ce qu’on veut bien et surtout ne pose pas de questions. La fin de ce parcours du combattant se fait dans une superbe salle de dégustation, devant nous un pupitre avec 3 verres + un verre d’eau.

En face de nous un couple, au premier verre la femme fait des grimaces comme un enfant de 5 ans qui découvre un nouveau produit et qui ne l’apprécie vraiment pas.

J’ai même cru qu’elle allait avoir besoin d’un seau, bon ok c’est sucré mais pas à ce point. En sortant, il y a un bar à cocktail et miracle une terrasse…

Fin de la pause cigare, nous nous rendons sur le port, enfin je devrai plutôt dire dans le port car on se demande quand même si on ne nous a pas vanté les mérites d’un coupe gorge. Au détour d’un chemin, avec vue sur la fin du port et la mer nous trouvons enfin un super endroit avec terrasse couverte et chauffée, un lieu parfait pour les 4 épicuriens que nous sommes (de nouveau un article spécial sera bientôt publié).

C’est à une heure bien avancée que nous rentrons au manoir pour… partager un dernier cigare avec Anna.

Mais toute chose a une fin, même si elle est provisoire ; c’est déjà le dernier petit déjeuner dans ce havre de paix dédié aux cigares.

Pendant le repas, Tac fait un élogieux discours sur les quelques jours de notre apprenti, puis nous passons au vote et nous sommes heureux de le recevoir comme Tuc dans notre society. On fête cela au salon avec le cigare du matin puis mes amis se mettent en route ; je les rejoindrai plus tard à Rouen car ils doivent passer chez un producteur de Calva de la région.

Rouen, le rendez-vous est fixé devant la boutique la Belle-Iloise. Quand j’y arrive, j’ai un pissant de curé et ne tenant plus je demande à la vendeuse si je peux utiliser ses toilettes. Tic, Tac & Tuc arrivent un peu après. A peine rentré Tuc demande aussi pour aller aux toilettes, ce qui ne fait pas rire la dame qui se demande ce qu’ils ont les belges ; mais quand elle a vu la facture de nos achats, elle a retrouvé le sourire.

Tac passe vite au magasin du terroir normand, on dépose tout dans ma voiture et direction la taverne Paul pour notre dernier repas sur le territoire normand.

Oufti, le dimanche soir c’était parfait mais là, nous sommes tombés sur la serveuse la plus pressée du monde. Nous n’avons pas encore fini notre bière qu’elle a déjà demandé 5 fois si nous avons choisi notre plat.

Il n’en faut pas plus pour me mettre en pétard et lui dire assez sèchement : non, et nous vous appellerons quand cela sera fait.

Nous mangeons enfin tranquillement en faisait un premier débriefing de notre périple ; comme celui-ci est plus que satisfaisant nous prenons rendez-vous pour 2022 mais en Alsace cette fois.

Nous disons au revoir à cette magnifique région et nous rejoignons nos pénates.

Merci à Anna & Enrique de la façon magistrale qu’ils nous ont reçus, d’ailleurs si vous passez dans le coin, je vous recommande une halte à Calatrava (mais lisezd’abord mon article, car il faut rentrer dans les normes exigées), merci à Tic, Tac, Tuc pour les fous rires, la super ambiance et la franche amitié.

D'autres photos sur la page Facebook 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero (Nederlands)

The Black Label Morphine Vintage 2020 Lancero Zoals ik in een ander artikel al zei, de oprichter van dit merk heeft een eigenzinnige geest. Dit moet het geval zijn om de naam Morphine te geven aan een van zijn gamma's, onnodig te zeggen dat het zowel in de Verenigde Staten als hier tot controverse heeft geleid. Maar laten we positief zijn, zeker als deze sigaar net zo goed aan mijn verwachtingen voldoet als de Last Rites.   Ik ben verbijsterd door de donkere kleur van de wikkel en door de ruwe en niet vette wikkel, alsof James Brown eens te meer zijn afstandelijkheid ten opzichte van de andere producenten wilde tonen.   Ik word onmiddellijk aangetrokken door de ring die mijn proeverij van de dag siert. Het intrigeert me, het lijkt veranderd te zijn.   Na wat onderzoek ontdekte ik dat deze vintage editie in feite de 7e editie van de reeks is en dat James de gelegenheid wilde markeren. Om te beginnen ontwierp hij nieuwe illustraties. We zitten niet meer in de doodskop met gek

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen