Davidoff Royal Robusto Gifting Edition

Davidoff 

Royal Robusto

Gifting Edition



davidoff


Ma situation sanitaire a voulu que j’ai dû étendre en longueur les festivités de mon 60ème anniversaire, ce qui s’est répercuté dans mes publications et le retard de celles-ci. Je m’en excuse mais, en compensation, cela m’a donné aussi l’occasion de découvrir un tas de nouveautés grâce à mes cadeaux. J’ai donc de la matière à partager avec vous.


Davidoff


Et je commence de suite avec ce petit bijou de la maison Davidoff.

Un cigare qui fait partie de la ligne royale, et qui est doublement vintage car fait à partir de tabacs longuement vieillis, et puis l’ami qui me l’a offert l’avait depuis un temps certain dans sa cave (2015).

Une gamme royale faite pour des moments exceptionnels voilà le slogan de marketing utilisé pour mettre cette gamme en avant.

Et pour encourager le partage de ce cigare lors des moments exceptionnels de la vie, ce cigare est le premier de la gamme à être vendu en boite de 10 cigares (au lieu des boites de 50 habituelles pour les Davidoff Royal) d’où son nom de Gifting Edition.

J’ai une certaine hésitation, il y a quand même 6 ans qu’il est dans l’humidor personnel de mon pote. Je n’ai rien à perdre, on verra bien.



Davidoff


Je le sors de sa boite en carton dans laquelle il me l’a offert, et je le retire de sa cellophane.

J’ai une cape de couleur moyennement foncée, avec de fines nervures et malgré son âge ancien, je la trouve encore assez souple et huileuse.



Davidoff


Elle est décorée par deux bagues blanches (classique Davidoff) sauf que, qui dit royauté dit or ou en tout cas doré. Donc sur la première, entouré d’une ellipse dorée et poinçonnée, on peut lire en lettres d’or Davidoff. Et juste dessous, la deuxième bague avec cette fois deux liserés dorés et poinçonnés entre lesquels on lit, toujours en lettres d’or, Royal Robusto.

Première constatation, la coupe est parfaite et je n’ai pas de particules de tabacs séchés qui en tombent. A cru, je suis dans une caractéristique de tabacs vieillis : terre glaise, beaucoup de bois et du poivre blanc.

Encore un moment de réflexion et go, la double flamme de mon briquet Winston Churchill fait son office ; et en bon maitre de cérémonie, je tourne ma vitole au-dessus des flammes pour bien embraser le pied sans bruler la cape.

Le tirage me semble juste et parfait, le flot de fumée est imposant.

Dju qu’est-ce que c’est bon ! Pas la moindre trace d’amertume, d’acidité minérale, juste du bois, de la fougère, des noix et du poivre blanc.

Tellement bon que je dois me forcer pour rester dans cet état de conscience et découvrir les autres saveurs qui se dégagent de ma dégustation.

C’est ainsi que je découvre pêle-mêle de la vanille, des noisettes, de la cannelle, des champignons des bois.

La combustion est très bonne avec une cendre ferme.

Cette dégustation est vraiment particulière car tout, lors de sa vente, a été calculé pour passer un super moment hors du temps : des tabacs dont le plus jeune a 10 ans de vieillissement, une tripe composée de 5 feuilles dont 4 de ligero. Celles-ci donnent une belle force dans les saveurs à ne pas confondre avec la puissance de son intensité qui restera moyen à moyen-fort toute la dégustation. Par exemple, le poivre est bien présent dans toute la dégustation ; le boisé est particulièrement présent dans le dernier tiers et pourtant le poivre reste blanc, et le boisé est sous sa forme de cèdre.

Oui, je pense que le pari est réussi : on est dans la cour des grands, dans l’art royal… Un cigare pour des moments marquants de la vie.

Mais toute chose dans la vie a un commencement et une fin donc je dépose le mégot, pour lui rendre hommage, sur la Terre Mère, et je la remercie des bienfaits qu’elle nous offre.

Ma dégustation s’est déroulée pendant 75 minutes (la fiche technique parle de ± 60 minutes) alors que je fume vite en général ; je voulais vraiment profiter de ce moment hors du monde de la nécessité. Ma vitole Robusto est un cigare de 13.97 cm pour un cepo de 55.

Cape : Habano (Equateur)

Sous-cape : Rép. Dom.

Tripe : Piloto Ligero (10 ans), San Vicente Ligero (11 ans), Piloto Seco (10 ans), Hybrid Olor/Piloto Ligero (11 ans) et San Vicente Ligero (15 ans) (Rép. dom)

En conclusion : un cigare, qui est bien préparé et bien conservé, peut garder longuement ses caractéristiques et nous donner un très bon moment. Donc oui, avec de bons cigares vous pouvez les garder dans vos caves. Est-ce qu’il va pour cela se bonifier, je ne pense pas avec ce genre de cigare qui a quand même déjà un minimum de 10 ans quand vous l’achetez, mais en tout cas les années supplémentaires ne vont pas l’altérer.

Un cigare qui donne aucune remarque désagréable, qui donne juste une grande satisfaction. Merci au généreux donateur.

Maintenant vu que c’était un cigare de 2015, il devient assez compliqué d’en trouver mais si vous en avez l’occasion, foncez sans la moindre hésitation.

Prix au moment de sa sortie : 34 euros.

Commentaires