Accéder au contenu principal

Plasencia Special Edition the Year of the Ox

Plasencia

Special Edition the Year of the Ox

Salomon



Plasencia


Il est rare qu’une Maison fasse un cigare spécial pour le nouvel an chinois (mis à part la Maison Davidoff), je pense même que c’est la première fois que la Maison Plasencia se livre à cet exercice.

Cela demande quelques explications qui me sont fournies par la fiche technique.

Plasencia est l’un des principaux producteurs mondiaux de tabac de qualité supérieure (en plus de ses cigares, il a de nombreux clients). Comme vous le savez déjà, cette année chinoise est placée sous le signe du buffle (bœuf). Le bœuf est un animal important dans la culture chinoise en raison de son rôle dans l'agriculture. Ils sont reconnus pour leur travail acharné, honnête et de bonne disposition. Jamais au centre de l'attention, et ne cherchant jamais les louanges, le Bœuf gagne sa reconnaissance par son travail.

La famille Plasencia a estimé qu'il était important de reconnaître le travail des agriculteurs et des éleveurs qui, comme le Bœuf, ne sont jamais au centre de l'attention mais continuent à être l'épine dorsale de l'industrie du cigare. Cultivant le tabac depuis 1865, la famille Plasencia a estimé que l’année du bœuf s'inscrirait parfaitement dans leurs traditions et leur passion pour le tabac.

Les masters blenders se sont donc mis à l’ouvrage et ont sélectionné dans l’immensité des tabacs qu’ils ont à leur disposition pour faire un Salomon exceptionnel (la dégustation me le dira).





Plasencia


Pour le packaging, Nestor Plasencia a opté pour du rouge et or, qui sont deux des couleurs principales de Chine. On les retrouve d’ailleurs sur le drapeau du pays mais pas seulement car le rouge est la couleur du feu et du bonheur mais aussi des fêtes, des mariages… le jaune est la couleur du bonheur, de la sagesse et de la culture. C’est aussi la couleur impériale, les habits de l’empereur de Chine étaient toujours jaunes.

Contrairement à son homologue sur la boite Davidoff, le Bœuf est plus massif, on mise plus sur le travail acharné qui demande de beaux muscles.



Plasencia


On peut lire aussi sur cette boite : le logo et le nom de Plasencia, Year of The Ox, Special Edition et Handmade in Nicaragua. Vu le module des cigares, la boite se compose de 8 unités.

Mon cigare a 3 bagues dans les mêmes couleurs, une première avec une série du logo de Plasencia, le fameux P dans un cercle.

Juste dessous, une bague avec de nouveau le logo, Plasencia et Year of the Ox.

Et enfin une bague de pied avec Special Edition 2021.

J’ai un cigare qui demande de prendre le temps d’admirer le travail qu’il y a derrière, il est imposant avec ses 17.78 cm et son cepo de 58. La cape est peu huileuse et lui donne aspect d’un vieux cigare qui aurait été gardé dans de bonnes conditions pour un évènement spécial, un peu comme un bijou qu’on ne sort que pour les réunions de famille.

Personnellement, je trouve aussi qu’un Salomon est un module particulier aussi bien à l’allumage qu’à la coupe.



Plasencia


Je me décide donc à passer à cet acte sacré qui est la coupe, je sais qu’il vaut mieux faire deux petites coupes qu’une trop grande, je sais aussi qu’il ne faut pas faire de mon cigare un Robusto avec une coupe importante. Mais en parlant avec des producteurs, j’ai appris que la coupe d’un Salomon, Piramide ou Perfecto demande assez d’ouverture pour que le tirage se fasse parfaitement, je me fie donc aux explications sur You tube de E.P. Carillo.

A cru le tirage est faible, la forme de la base du cigare y est pour beaucoup ainsi que sa longueur. Donc je sais qu’au début je vais devoir tirer dessus comme on dit.

Je suis aussi surpris par l’aspect fruit rouge alors que je m’attendais à du poivre noir dans ce puros Nicaragua.

Je passe à l’allumage, en premier bien choisir le moyen utilisé, il est nécessaire de ne pas bruler la cape. Je prends donc un briquet chalumeau avec une petite flamme.

Quand le pied commence à bien réagir, je porte le cigare à la bouche et aspire 3 coups pour avoir un démarrage parfait.

Le tirage est parfait, maintenant que j’ai passé le premier cm, j’ai des sensations de noix, de Cranberry accompagné de poivre blanc.

La fumée est abondante, la combustion est superbement régulière.

Voilà encore le genre de cigare qui ne peut que m’inviter à fumer doucement pour jouir pleinement de ce moment privilégié hors du temps.

Ma dégustation se poursuit tranquillement pas vite (comme disent mes amis Amérindiens), le poivre rouge fait son apparition avec sa traditionnelle longueur de bouche.

Son intensité grimpe un peu pour se stabiliser à moyen, je suis dans une dégustation très équilibrée.

Les noix se retirent en douceur pour laisser place à un aspect plus boisé, épicé qui me procure des sensations très agréables.



Plasencia


Lors de ma deuxième dégustation, j’accompagne celle-ci d’un whisky de Highland, un Deanston 13 ans, ce mélange est juste et parfait.

Tiens, le poivre diminue car il semble enveloppé, atténué par une saveur de chocolat au lait directement suivie par un gout prononcé d’after eight.

Lentement, j’arrive à la fin de ce voyage et je dois me résigner à déposer mon mégot dans le cendrier mais avec la satisfaction aux lèvres d’avoir passé un très agréable moment, il n’y a pas à dire quand Plasencia fait du top c’est effectivement dans la classe supérieure.

Mes dégustations du jour se sont portées sur des Salomon de 17.78 cm et son cepo de 58 qui sont puros nicaragua.

En conclusion, je pense que l’idée de mettre en valeur le travail acharné des agriculteurs dans le monde de tabac en se servant de la symbolique du bœuf est un pari grandement réussi.

Ce cigare ne m’a pas fait voyager dans mes souvenirs mais il a plus joué sur le moment de se poser le cl sur la Terre Mere et de profiter du temps présent. La première dégustation m’a pris presque 2 heures de pur plaisir.

Comme toutes les Special Edition, la production est limitée, il y a seulement eu 20000 cigares et tous réservés pour le marché asiatique et européen.

Donc je vous invite à vous rendre rapidement dans votre civette, et de vous procurer ce petit bijou pour vous faire votre propre idée.

Prix au moment de l’écriture de cet article : 35 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices