Accéder au contenu principal

Les cigares cubains Voyage aux 4 coins de l’Hexagone

Les cigares cubains

Voyage aux 4 coins de l’Hexagone

Teddy Pécot



Teddy Pécot


Contrairement à la légende urbaine je ne suis pas anti cigares cubains, même si cela n’est pas mon terroir préféré et mon cheval de bataille, j’apprécie un bon Ramon Allones, un Partagas, un Montecristo, un Trinidad ou un Bolivar.

C’est donc avec plaisir que je me suis procuré ce livre, qui j’espère, va permettre d’enrichir mes articles sur les marques Cuaba, Ramon Allones ou autres vitoles cubaines.

Sur la 4ème couverture, l’auteur explique que le tabac provient des indiens des Amériques, et il termine par merci aux conquistadors. Cela commence très mal, comme sympathisant de l’A.I.M. (American Indian Mouvement), je ne peux concevoir de remercier les responsables de l’origine du plus grand génocide que la Terre Mère a connu.

Je repose donc le livre et j’y reviendrai plus tard. Peu après je reprends celui-ci et je me pose la question pourquoi ce merci ? La réponse est évidente, elle se limite au tabac, merci de l’avoir importé en Europe, ce qui a permis la naissance du vaste monde des cigares.



Teddy Pécot


Permettez-moi de vous toucher quelques mots sur son maitre d’œuvre et de laisser la parole à Teddy Pécot.

J’ai 40 ans, tourangeau, Marié et 2 enfants.

J’ai quitté les études après avoir obtenu un DUT techniques de commercialisation.

Ensuite, j’ai travaillé 2 ans au crédit lyonnais avant de m’orienter dans le commerce pendant 17 ans.

Jusqu’au jour où, en vacances j’ai fumé mon premier cigare. Ce fut une révélation et j’ai directement acheté une cave avec tous les accessoires.

A partir de ce moment-là, tout s’est accéléré, j’ai commencé à m’inscrire sur divers groupes de cigare, à prendre énormément de notes, poser bcp de question et eu des réponses de qualité grave de Mathieu Rebjock, un confrère.

Quelques mois plus tard, étant à 1 heure seulement de Genève, je me suis rendu à The House of Grauer, la Mecque du cigare cubain et là tout a basculé !

Mourade Hendor, le Master Habanos de la Maison Grauer m’a fait visiter les lieux, j’étais comme un gamin... quelques mois plus tard je quittais mon métier pour écrire un livre sur un coup de tête...

Le périple a commencé, j’y suis allé au culot en envoyant des messages, des mails, afin de rencontrer des confrères.

J’ai créé un projet participatif afin de payer une partie de mes déplacements à travers la France et la Suisse et ainsi rencontrer des passionnés et des professionnels.

Au fur et à mesure de mes déplacements, toujours reçu de très belle façon, j’ai agrandi mon « réseaux » et le livre a pris petit à petit de l’ampleur avec des partenariats comme Smoking.fr, Cyril Pelletier, the House of Grauer etc.

Après 20 mois de travail acharné, des nuits compliquées et pas mal de stress le livre a pu voir le jour, et cela grâce aux confrères de la confrérie du cigare.

Aujourd’hui, j’ai ouvert ma S.A.S, dans l’organisation évènementiel en lien avec le cigare (CigarTravelTour)

Projet en cours : club cigare à Tours et voyages à Cuba.


Comme son titre le signale, ce livre, avec ces 24 marques, est dédié aux cigares cubains. Mais il donne également la parole aux amateurs français (Voyage aux 4 coins de l’Hexagone) avec une incursion en Suisse et même dans un club liégeois.

Son format A4, ses 206 pages, les recherches, les sublimes photos font que celui-ci ne peut pas laisser indifférents les lecteurs qui le tiennent en main.

Mais place à sa découverte.

Il commence comme un livre classique avec une préface et une introduction avant d’être plongé dans le vif du sujet : Cuba et ses cigares.

De la page 8 à 14, Teddy nous parle d’histoire, de technique… avec un paragraphe qui intéressera plus d’un : l’authenticité de mon cigare cubain.

A partir de ce moment, on quitte la trame du livre, il n’y a pas vraiment de fil conducteur. Même si les 24 marques sont mises par ordre alphabétique, on ne passe pas automatiquement d’une page à l’autre, on voyage au gré de nos envies, de nos recherches. Attention ce n’est pas un nouveau genre du Larousse des cigares mais…



Teddy Pécot


Comme un exemple vaut mieux qu’un long discours, si je prends Davidoff (hé oui, à l’origine c’était des cigares cubains), j’ai d’abord une page noire avec en lettres d’or le nom de la marque, Davidoff dans le cas présent, puis une page sur la genèse de la marque, une sur les productions de 1969 à 1991 et enfin Gilles Carnavon qui nous raconte une histoire sur son expérience avec ces cigares. Au fil des pages, je retrouve des noms connus comme Matthieu Rebjock, Frederic (Fritz) Eerdekens, Alexandre (Gotl) Durand-Kristofic…

D’autres interventions sont plus personnelles comme à la page 62 où Céline Rocheteau nous parle de sa découverte du cigare.

Enfin dans sa présentation, Teddy nous a parlé de partenariats, il ne pouvait pas ne pas leur laisser la parole. Donc au cours de votre pérégrination, vous entendrez parler d’eux sous forme de témoignages ou de publicités.

Enfin comme tout bon livre, celui-ci se termine par les remerciements et la table des matières.

En conclusion : pour ce premier ouvrage, Teddy a réussi à me faire voyager entre livre à l’ancienne, blog et forum.

Les recherches sont assez complètes, même si à titre perso il me manque des infos sur le choix du nom ou du logo de la marque.

Les photos méritent à elles seules qu’on s’y arrête et les interventions de sa grande famille de fumeurs de cigares cubains sont intéressantes, sincères et dans une narration qui nous donne envie d’y retourner.

Je pense que ce livre devrait passer au moins une fois dans les mains de tout amateur de cigares, et se trouver dans les bibliothèques des amoureux du terroir cubain.

Seul petit bémol, il y a un peu trop de pages blanches cela coupe l’entrain de la lecture.

Prix du livre au moment de la rédaction : 49.90 euros

Pour tout renseignement prendre contact avec Teddy via son Facebook.



Teddy Pécot


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices