Springbank 21 ans Single Cask

Springbank

21 ans

Single Cask



Springbank


On va voir si vous suivez la rubrique whisky du blog : est-ce que le nom de Hedley G. Wright vous dit quelque chose ? Non, et bien c’est l'actuel président de J&A Mitchell & Co Ltd (J&A Mitchell & Co exploite les distilleries Springbank et Glengyle à Campeltown) et je vous en ai parlé lorsque j’ai réalisé l’article sur le Kilkerran.

Ce soir je déguste le Springbank 21 ans, plus spécialement une édition particulière de ce breuvage puisque mon eau de vie est une édition brut de fût. Un fût sélectionné par The Nectar, importateur indépendant des spiritueux N°1 en Belgique à l’occasion de leur 10 ème anniversaire.



Springbank


En général en Ecosse, les distilleries pratiquent 2 distillations, ce qui fait la force de Springbank c’est qu’il rajoute ½ distillation supplémentaire, ce qui les amène donc à 2 ½ distillation.

Il est aussi intéressant de savoir que comme beaucoup de bonnes distilleries, Springbank n’ajoute aucun colorant naturel dans son whisky et qu’il ne fait pas de filtrage à froid.

J’ai donc la chance de déguster une des 342 bouteilles embouteillées en 2016.

Si les Springbank 21 ans bénéficient d'un vieillissement exclusif dans des fûts de Bourbon, Xérès, Porto et Rhum, pour celui-ci la société Nectar a choisi un fût de Sherry (Xérès).

L’étiquette de la bouteille est assez basique et n’attire pas trop mon attention, elle est or et noir et reprend des informations de base : le nom, que c’est un single Cask, la ville de la distillerie…


Je me sers donc un dram de ce breuvage et je suis interpellé par la couleur assez sombre de celui-ci, je pense que cela provient en partie du Oloroso Sherry qui était précédemment dans le fut.

Je porte mon verre au nez et je découvre des saveurs de fruits assez poussées, comme de la prune, de l’abricot, un léger sentiment de tabac nourrit mes narines, pas comme le Sir Chill Gin, mais cette sensation me plonge directement dans sa direction. La tourbe est délicatement présente.

Lorsque je prends ma première gorgée, je suis mélangé entre l’orange, l’abricot avec une sensation de girofle et de coco.

La deuxième fois que je porte le verre aux lèvres, j’ai un retour de cuir tanné et de chocolat.

Je laisse tomber quelques gouttes d’eau dans mon verre, et c’est une autre explosion de saveur qui vient directement au nez, beaucoup plus fruitée avec un aspect caramel mou.

En bouche cette fois j’ai le fruit sucré mais aussi l’amertume de l’orange, la tourbe est présente mais sans prendre le dessus, en fait toutes les saveurs se mélangent dans un équilibre juste et parfait.

Au final, la tourbe se fait plus sentir avec une pointe de poivre et du chocolat noir.


Mes dégustations se sont portées sur un Springbank 21 ans Single Cask de 48.2 % ALC.

En conclusion : j’ai vraiment apprécié cette découverte et ce mélange équilibré, je pense malheureusement que vu le nombre très limité et la date de l’embouteillage, il est pratiquement impossible de s’en procurer. Mais si vous avez la chance de tomber sur une bouteille, il faudra compter en moyenne 298.30 euros.

Merci au donateur, il se reconnaitra, de m’avoir permis de faire cette dégustation plus qu’intéressante.


Commentaires

Publier un commentaire