Accéder au contenu principal

Trinidad Esmeralda Dinoras

Trinidad

Esmeralda

Dinoras



Trinidad Esmeralda  Dinoras


Les amateurs de cigares cubains ont souvent une référence c’est la marque Cohiba, d’autres diront que c’est une renommée et que Cuba a plusieurs grandes marques qui sont très bonnes. Mais tous sont d’accord pour dire que la marque Trinidad, aussi historique que Cohiba, est une marque de référence.

Ceux qui me suivent depuis le début, savent que je ne suis pas un grand fan de cigares cubains et pour diverses raisons : je les trouve souvent trop jeunes, trop doux (dans le sens que je ne suis pas rassasié et que souvent je fume un autre juste après) et trop de problèmes de tirage. Même si ce dernier point s’est fortement amélioré en diminuant simplement le taux d’humidité pour mes cigares cubains.

Mais il y a des marques que j’apprécie comme Bolivar, Monte Cristo, Partagas… et je n’ai jamais été déçu par Trinidad.

Beaucoup de personnes pensent que la marque est une jeune marque puisqu’elle est apparue sur les marchés sous sa forme actuelle en 1998 et pourtant en 2019, Cuba fêtait les 50 ans de la marque.

La première mention de Trinidad dans les pages de Cigar Aficionado a eu lieu à l'automne 1992, lors d’un reportage sur les cigares cubains, un encadré disait : Trinidad : le secret le mieux gardé à Cuba. Ce cigare est si secret, que peu d'individus, y compris des cadres de Cubatabaco, dirigés par le gouvernement, sont conscients de son existence.

En fait, la famille Trinidad est dans le cigare depuis 1969, mais pendant ± 30 ans, les cigares servaient juste de cadeaux aux diplomates. Si Fidel gardait la distribution des Cohiba pour ses cadeaux personnels et sa consommation, les autres diplomates cubains offraient des Trinidad. Et Trinidad est le nom d’une des trois villes historiques de Cuba.

Cela est la version Habanos mais celle de la Famille Trinidad est un peu différente.

Diego Trinidad a fondé Trinidad y Hermanos en 1905 en tant qu'entreprise de tabac. Diego Trinidad Jr. a repris l'entreprise familiale en 1920, et l’a rebaptisée, en 1958, TTT Trinidad. Quand l’entreprise a été confisquée après la révolution, la famille s’est exilée aux States. Là-bas, ils se sont associés avec les Fuentes pour fabriquer un cigare Trinidad non cubain. Les premiers ont été lancés à Tampa en 1968, et leur collaboration va durer presque 10 ans. Pour se retrouver de nouveau en 1997, pour une courte durée.



Trinidad Esmeralda  Dinoras


En 2001, les Trinidads gagnent un long combat aux tribunaux américains contre Cuba et sont autorisés à vendre aux États-Unis des cigares Trinidad fabriqués en Rép. dominiaine. Enfin en 2002, ils vendent la marque et ses droits américains à Altadis U.S.A., qui fabrique des Trinidads non cubains à ce jour.

Mais ce soir, c’est bien une version cubaine que je vais déguster. Rendons à César… Merci Alex R. pour ce cadeau d’anniversaire.

Si on garde la version Habanos comme cette marque est le nom de la ville Trinidad, Esmeralda en est une rue assez connue de la ville.



Trinidad Esmeralda  Dinoras


J’ai un cigare dont la cape est d’un brun claro avec une jolie nervure qui la parcoure. Comme tous les Trinidad que j’ai dégustés, sa tête terminée par une perilla (finition en tire-bouchon) n’attend qu’une coupe droite pour me libérer ses saveurs.

Avant de procéder à celle-ci, je m’attarde un moment sur la bague, classique de la marque avec les TTT Trinidad dans un beau cercle jaune ocre. De chaque côté, les TTT sont reproduits à l’infini et on peut lire à sa gauche : HABANA et à sa droite CUBA.

Bon, go, je me jette dans l’arène et je coupe, à cru des saveurs de chocolat, et de cuir léger comme une peau de chevreuil.

Le tirage me semble parfait, le pied ne résiste pas à la flamme de mon allumette et la fumée douce fait son apparition.

Je suis dans du humus, du cacao, du cèdre.

Lentement mon cigare évolue vers du poivre noir, de cuir plus fort comme celui des sacs en peau de chameaux en Tunisie juste à leur sortie de la maroquinerie, le chêne et l’érable, la menthe poivrée.

Une note de fougère vient perturber mon plaisir, mais elle s’estompe rapidement.



Trinidad Esmeralda  Dinoras


Je suis étonné par la blancheur de la cendre ainsi que sa compacité.

Un peu d’amertume fait son apparition, cela n’est pas dérangeant juste assez présent pour que je m’en rende compte.

Ma dégustation s’est portée sur une vitole d’un nouveau format Dinoras qui est un cigare Robusto de 14.6 cm pour un cepo de 53.

En conclusion : pari tenu pour ce nouveau cigare du portefeuille Trinidad, un cigare qui m’a procuré du plaisir. Même si je suis resté dans une puissance moyenne, il a été rassasiant et je suis satisfait de ce moment de plaisir. Je pense qu’il sera encore meilleur dans quelques mois, bien reposé en cave.

Pour ma part je pense que je vais le reprendre dans une de mes civettes préférées.

Prix au moment de l’élaboration de cet article : 17.60 euros.

J’attends votre avis ou votre retour en commentaires au bas de cet article.


Commentaires

  1. Magnifique vitole et merci pour le voyage. Je ne sais pas si vous lisez mes retours car je n'ai jamais eu de réponse. Je voulais juste vous aviser qu'avec un ami, nous venions de créer le CERCLE CHAMPENOIS DU CIGARE et que j'ai publié un petit encart sur votre blog. Tout cela est fait dans la convivialité pour se faire rencontrer les amateurs de cigares afin de partager un moment. Nous ne prétendons pas être des spécialistes mais nous aimons fumer de bonnes vitoles et les accompagner de bons produits...Je vous invite donc à nous visiter et à nous faire signe et, qui sait, peut-être aurons-nous la joie de vous recevoir dans notre région pour partager cette passion commune. A vous lire. Eric LEPAN
    lepan.eric51@gmail.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizarre car je réponds à tous les post, merci pour l'invitation je viens d'aller faire un tour sur votre groupe

      Supprimer
  2. De loin mon cigare Cubain préféré !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne suis pas un grand fan des cubains mais certaines marques sont top et celui ci en fait partie

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices