Man O’ War Ruination Robusto

Man O’ War

Ruination

Robusto



Man O' War


En plus de « Sons of Anarchy » et « Diesel », STG lance sur le marché belge un nouveau cigare. Celui-ci est fabriqué dans l’usine de A.J. Fernandez, au Nicaragua. Le Man O’ War Ruination en version Robusto (la Toro est prévue pour plus tard).

Alors cet Homme de guerre va-t-il laisser des ruines sur son passage ?

Vous le saurez dans quelques instants…

Ce cigare issu de tabacs de trois pays différents, j’ai eu la chance de le déguster en novembre 2018, lors d’un panel de dégustation et je l’avais mis dans mon top 2 sur les 5 à déguster.
Je sais déjà qu’avec non seulement des terroirs comme le Nicaragua et l’Equateur, mais surtout avec une combinaison importante de tabacs ligero, je vais être dans une puissance qui va me plaire.

Avant de passer à la dégustation, je m’attarde dans ma civette pour regarder le packaging.


Man O' War


Les cigares sous cellophane sont mis par boite de 20 ; celle-ci est de couleur noire avec au centre du couvercle (extérieur et intérieur) le logo de la marque, à savoir un casque qui me fait penser aux films mettant en scène des spartiates comme « 300 » ou « Troie ». 


300


Il s’agit d’un casque de type corinthien surmonté d’un grand panache de crin en forme de crosse fixé sur une crête. Dans la culture populaire, ce casque a été rendu célèbre par « Gladiator » de Ridley Scott (sorti en 2000).
Sous celui-ci se trouve une bannière rouleau terminée aux extrémités par une épée courte, et dans laquelle on peut lire « MAN O’ War ».

Je ne serais pas étonné que les créateurs de cette gamme se soient librement inspirés des spartiates qui étaient reconnus comme de grands guerriers. Les Spartiates furent souvent considérés comme l'un des peuples antiques ayant porté l'art de la guerre à un degré que peu ont égalé. Cette réputation n'est pas surfaite, car c'est l'une des premières civilisations à avoir mis sur pied une armée de citoyens-soldats professionnels. Entraîné au combat dès l'âge de 7 ans le jeune homme devient citoyen à 20 ans et doit son service militaire jusqu'à ses 60 ans.
La bague assez imposante, est faite de couleurs brillantes : noir, argent et bronze. Elle reprend le même type de casque avec en dessous « RUINATION » suivi en plus petit de la marque « MAN O’ WAR ». La base de celle-ci est parsemée d’épées courtes. A l’arrière, un bouclier Dipylon avec deux lances vient compléter les décorations guerrières de la bague.

Place à la dégustation ! Certains diront : enfin…

J’ai une cape assez huileuse et de bonne fabrication.
Je décide de faire une coupe droite. A cru, le tirage me semble parfait. Je suis directement plongé dans le poivre et les épices.


Man O' War


Après un allumage juste et parfait, je peux profiter pleinement de ma dégustation.
Un bon flot de fumée et me voilà embarqué dans des saveurs de chocolat crème, de poivre noir, de noix.
Le tirage est parfait, la combustion très bonne.
Je ne saurais pas décrire toutes les saveurs tellement son flot est important : cela va du café au chêne, en passant par le cèdre, les noix de cajou, le poivre noir…
Ma dégustation se passe très agréablement et la quantité de fumée est assez intense.
La puissance du poivre diminue légèrement et vire au blanc qui reste bien présent ; il y a du cuir et de la tourbe qui viennent se manifester.

Un moment, je suis perdu dans les saveurs et me demande à quoi cela me fait penser… J’y suis ! Je me retrouve devant la camionnette de ma jeunesse, où le marchand cuisait ses hamburgers épicés et ses oignons grillés juste à côté des cornets de glace. C’est ce mélange que je retrouve le sucré avec les épices et une petite odeur d’oignons frits. Pour la petite histoire, ici cela passe très bien ; mais dans les cornets, c’était une tout autre galère.
Je viens de bouger la bague et entame la dernière ligne droite, quand le poivre redevient noir ; la réglisse et un gout de chocolat à la noix de coco font leur apparition.
Je suis vraiment scotché par la quantité de saveur qui m’entrainent dans un ballet rythmé.
Franchement bravo ! Ce cigare me plait énormément.


Man O' War


Seul petit point d’ombre au tableau, la cendre qui reste ferme sur 2-3 cm puis tombe. Par contre, sa couleur renforce mon idée d’un cigare bien équilibré.

La dégustation du jour s’est réalisée sur un Robusto de 12.10 cm pour un cepo 52.

Cape : Ligero Sun Grown (Equateur)
Sous-cape : Nicaragua
Tripe : Ligero (Nicaragua, Honduras)

En conclusion : j’ai fait 5 tests de ce cigare avant de réaliser l’article ; ce cigare super bien construit a une palette de saveurs énorme, une belle quantité de fumée et une très belle construction.
La puissance est moyenne à forte. J’ai donc fait un test avec une coupe en V pour avoir une pleine puissance, mais j’ai dû dégazer plus souvent, donc je ne sais pas si j’ai gagné au change.
J’ai fait un test avec une bière Julius (bière spéciale à 9°) et le mélange était parfait.
Je vous conseille vivement de ne pas passer à côté de cette vitole qui se vend (au moment de la rédaction de l’article) 8.70 euros. Vous la trouverez facilement dans votre civette favorite, cherchez le casque.


Bière Julius


Commentaires