Patoro Brasil Gordo


Patoro

Brasil

Gordo



les passions de Ker


Une marque un peu méconnue chez nous et pourtant son créateur, ses partenaires et son équipe commerciale sont dans le monde du cigare depuis très longtemps, voir leur première jeunesse pour certains.

Un peu d’histoire s’impose, nous sommes en 2001, en Suisse. Qui dit Suisse, dit évidement Davidoff.

Patrick Martin, qui développe les cigares Avo et Griffin’s depuis 13 ans, décide de lancer sa propre marque au nom de Patoro.

Après réflexions et diverses recherches approfondies, il décide que sa marque serait développée en Rép. Dominicaine et plus spécialement dans la société Reyes.

En 2014, il s’associe au Dr. Pablo Richard Schneider, petit-fils du Dr. Ernst Schneider qui avait dirigé l’achat de l’entreprise à Zino Davidoff en 1970. Pablo rejoint le conseil d’administration mais devient aussi le responsable des ventes internationales et lance avec succès la marque Patoro aux Etats-Unis.

Pour clôturer ce petit historique, il me faut ajouter que depuis 2019, le responsable marketing et ventes de la société en Europe n’est autre que Vincent Krembel, ancien ambassadeur de la marque Davidoff au niveau mondial, et qui a travaillé pour la marque pendant presque 30 ans.
Quand je vous dis qu’on a affaire à des connaisseurs du monde des cigares, je pense qu’avec leur carte de visite, cela se confirme.

Ce soir je me lance dans la dégustation du Patoro Brazil Gordo.


Les Passions de Ker


J’ai une cape marron mi claire avec une bague très simple mais recherchée, chez Patoro on va à l’essentiel, celle-ci est dotée d’un P et d’une étoile à 5 branches, comme sur toute la marque.


Les Passions de Ker


P pour Patoro et l’étoile pour les 5 émotions positives ressenties lors de la dégustation de chaque cigare Patoro: joie, sérénité, inspiration, admiration et satisfaction.

Alors comment reconnaitre facilement le module ?

Il suffit de regarder la couleur de la bague, dans la gamme Brasil elle est verte mais pas n’importe quel vert, il s’agit du British Racing Green. Si vous êtes fans de courses automobiles, vous devez savoir que jusqu’à la fin des années 60, les voitures devaient arborer leur livrée nationale respective pour la Formule 1, les courses d'endurance, les courses de voitures de tourisme, et les autres compétitions internationales. L’Angleterre a pris le vert et vu ses nombreuses victoires à cette période, celui-ci est vite devenu symbole de pouvoir, volonté, efficacité et victoire. A ce jour, cette gamme est considérée par Pablo Schneider comme le chef d’œuvre de la marque Patoro, certains amateurs l’ont même déclaré : le meilleur assemblage qu’ils aient eu la chance de déguster ! Le vert BRG s’est donc imposé naturellement pour la bague.


Les Passions de Ker


Place à la dégustation, après une coupe, j’aspire quelques fois avant de l’allumer, le tirage me semble parfait. Je craque une allumette et la dirige vers le pied. Cela ne sera pas suffisant, mon cigare a besoin de plus de chaleur pour s’embraser. Je complète donc mon allumage par un coup de chalumeau.

Ma vitole libère sa fumée comme si elle attendait un feu vert du pied incandescent, une petite palette de saveurs se dégage avec du café crème légèrement sucré, du cèdre et du poivre blanc. Un soupçon de cannelle fait son apparition, enveloppe le tout comme dans une tarte aux pommes, avant de libérer les saveurs découvertes précédemment. Je constate que le poivre est passé de blanc à noir.
Dans le 2ème tiers, le café crème diminue sensiblement, le cèdre disparait et je rentre dans une forêt de Chênes ancestraux, pour filer vers une petite parcelle de menthe poivrée. Quelle plaisir cette ballade campagnarde.

Alors que mon cigare monte légèrement en puissance, il perd au même moment ses aspects crémeux et café sucré, il me laisse en lévitation dans un flot de chêne, de poivre noir et de noix sèches.


Les Passions de Ker


Ma dégustation du jour s’est portée sur un Gordo de 13.9 cm pour un cepo de 58.

Cape : Cubra (Brésil), c’est une graine hybride cubaine et brésilienne qui est cultivée au Brésil.
Sous-cape : Rép. Dominicaine.
Tripe : Rép. Dominicaine.

En conclusion : ma dégustation avait une superbe construction et un tirage parfait avec une cendre qui tenait parfaitement, la cape Cubra lui donnait un côté moins sucré que les autres tabacs venant du Brésil que j’ai déjà eu la chance de déguster.
Ma vitole m’a procuré beaucoup de plaisir jusqu’au 3 ème tiers avec une petite perte de qualité (dans ce que je recherche dans un cigare) à la fin.
J’y reviendrai très certainement avec plaisir.

Commentaires