Accéder au contenu principal

Hiram & Solomon Shriner Toro


Hiram & Solomon


Shriner

Toro




Shriner


Encore un bien drôle de nom pour une gamme de cigares, mais si vous me suivez, vous avez entendu celui-ci dans l’article “Le Monde ducigare, une aide à la jeunesse”.
En effet c’est le nom des hôpitaux pour enfants que les francs-maçons américains aident partout aux Amériques.

Mais que sont exactement les shriners ou Ordre arabe ancien des nobles du sanctuaire mystique ?

Tout commence en 1870, à Manhattan. Les francs-maçons se retrouvent souvent au Knickerbocker Cottage, un restaurant de la ville, pour partager un repas. C’est lors d’un de ceux-ci que l’idée d’une fraternité axée sur le plaisir et la camaraderie va germer. Le médecin Walter M. Fleming et l’acteur William J. Florence prennent le projet particulièrement à cœur et décident d’y consacrer du temps.
William, qui voyage beaucoup de par son métier, est invité un soir à une fête luxueuse donnée par un diplomate arabe; le clou du spectacle est une sorte de comédie musicale dont le point culminant est un faux rituel d’initiation dans lequel les convives deviennent membres d’une société secrète imaginaire. De retour aux states, il va raconter ce qu’il a vécu à son frère Fleming qui va fortement s’en inspirer pour créer la nouvelle fraternité : The Ancient Arabic Order of the Nobles of the Mystic Shrine. Le rituel, les costumes et les symboles imaginés par Fleming et Florence ont tous un thème proche-oriental qui les distingue des rites maçonniques traditionnels. Les deux fondateurs s’initient eux-mêmes en 1870, et procèdent à l’initiation de 11 nouveaux membres en 1871.
En accord avec le thème arabisant, il ouvre le premier temple à New York et lui donne le nom de Mecca, en référence au lieu sacré de l’Islam. Les Shriners portent le fez, un chapeau traditionnel marocain. Les valeurs et croyances de la fraternité n’ont toutefois rien à voir avec la religion islamique.

Une fraternité qui grandit à vue d’œil et qui comptera 55000 membres en 1900. En 1919, le Potentat Impérial (la plus haute autorité des Shriners) Kendrick Freeland, visite un hôpital pour enfants souffrant d’infirmités à Atlanta. Bouleversé, il prend conscience des besoins en soins orthopédiques pour les enfants. Afin d’aider à financer les activités de l’hôpital, Freeland propose d’établir une cotisation annuelle de 2$ (5$ aujourd’hui) par membre des Shriners. Le projet de financer un seul hôpital se transforme rapidement en un projet beaucoup plus ambitieux, et les travaux débutent pour créer un vaste réseau d’hôpitaux spécialisés dans toute l’Amérique du Nord. Le premier hôpital entièrement construit grâce aux efforts des Shriners ouvre ses portes à Shreveport, en Louisiane, en 1922. Pour y recevoir des soins, l’enfant doit venir d’une famille qui n’a pas les moyens de payer les soins orthopédiques nécessaires et la limite d’âge est 21 ans. Dans les années 60, les hôpitaux Shriners développent une seconde spécialité : le traitement des brûlures sévères chez les enfants.
Aujourd’hui, le réseau des Shriners compte 22 hôpitaux à travers les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, avec un budget d’opérations de plus de 850 millions $ par année pour tout le réseau. Plus d’un million d’enfants ont jusqu’à maintenant été soignés gratuitement grâce aux Shriners.

Il n’en fallait pas plus pour que les créateurs de la gamme Hiram & Solomon développent une gamme de cigares qui portent le nom de Shriner.


Shriner


Ils sont commercialisés dans une jarre humidificatrice en forme de fez. L’intérieur de celle-ci se compose de 47 languettes de cèdre et comporte 20 cigares.


Shriner


Ma dégustation du jour se porte sur le Toro : j’ai une cape râpeuse qui porte une bague dorée et rouge bourgogne. Sur celle-ci, nous pouvons lire le nom du cigare : Shriner, avec en dessous le logo de l’ordre (tout en symbole), la date de fondation de celui-ci et enfin Hiram & Solomon.
A froid, la cape et le pied me donnent des sensations de noisettes, chêne, café au lait.
Après mon petit rituel de coupe et d’allumage, j’ai une belle quantité de fumée assez rapidement.


Shriner


La combustion est ondulée, je me force donc à le fumer lentement pour garder une régularité dans celle-ci.
J’ai toujours ces sensations de café, noisettes, poivre blanc, cannelle, cacao et toast beurré.
Lentement les noix et le café cappuccino prennent place dans ma dégustation, puis prennent carrément le dessus et ne quitteront plus ma vitole avec le poivre blanc et une terre grasse.
J’ai accompagné ma dégustation avec un vin Retsina ; son gout caractéristique de pin et épicé se marie super bien avec mon cigare.
La dégustation de ce Saint Graal, nom donné par les créateurs, est une belle découverte avec des arômes doux et une puissance moyenne, ma vitole mélange 5 pays dans une harmonie parfaite.

Mon cigare de type Toro de 15.25 cm pour un cepo de 52 se compose de :

Cape : Sumatra (Equateur)
Sous-cape : Indonésie
Tripe : Arapicara (Brésil), Jalapa et Ometepe (Nicaragua) et Rép. dominicaine.

En conclusion : un cigare qui m’a permis de me renseigner sur les Shriners et leurs actions, je ne peux d’ailleurs m’empêcher de partager avec vous la vidéo explicative.
Pas un grand voyage avec celui-ci mais un très bon moment de dégustation, de partage virtuel avec des frères et que je referai très certainement.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices