Perez-Carrillo Encore Majestic & El Primero

Perez-Carrillo

Encore

Majestic & El Primero



EP Encore


Même si EPC Cigar Co. est une jeune entreprise crée en 2009 par Ernesto Perez-Carrillo et ses enfants, celui-ci est actif dans le monde du cigare depuis 1976.
Chez nous ce sont des cigares comme : la versionCabinet, les versions Inch et les El Credito.

Ce soir je m’attaque à un cigare qui devrait me faire décoller puisqu’il s’agit du meilleur cigare pour 2018 d’après la célèbre revue Cigar Aficionado (la version Majestic). Même si je ne suis pas trop pour ces récompenses, cela fait plaisir aux fabricants, aux distributeurs et devrait être un plus pour les amateurs. Wait and see.
Si Ernesto travaille souvent avec des tabacs du Nicaragua, c’est la première fois qu’il fait un puros nicaraguayen. Et qu’il a recours à une méthode ancestrale qui consiste à laisser les feuilles vieillir deux ans. Elles sont mises en ballot puis enveloppées d’écorce de palmiers.


EP Encore


Mon cigare a une cape assez sèche et lisse avec sa forme box pressed, elle est décorée de pas moins que de trois bagues : une de pied et deux autres.
La bague de pied est une bande de tissus couleur blanc cassé et qui protège le pied mais donne aussi un aspect luxueux à la présentation.
Pour les deux autres, vous prenez la gamme La Historia E-III, vous changez les couleurs et vous avez les bagues de la gamme Encore.
Je vais quand même vous en parler brièvement, elles sont de couleur brun terracotta, blanc cassé et or.


EP Encore


La principale reprend des images de la famille d’Ernesto dont sa fille Lissette qui est très impliquée dans l’entreprise, il suffit de regarder son compte Instagram, des armoiries de la famille et enfin les inscriptions Perez Carrillo Encore.
Et enfin la dernière reprend encore Perez Carrillo.

Un dernier coup d’œil sur ce cigare et je me décide à le couper. A cru, je reste sur ma faim, je n’ai pas de saveurs spéciales, je ne me sens pas happé par le cigare.
A l’approche de l’allumette, le pied s’enflamme et me donne une belle fumée, je suis dans des saveurs de chêne, de toast et de fruits secs.
Le tirage est parfait et la fumée est assez volumineuse, ma dégustation prend maintenant des saveurs plus fruitées et épicées, je distingue bien des agrumes et du poivre blanc.
Je suis agréablement surpris par ce changement de saveurs, car je viens de passer dans une poivrière remplie de poivre rouge enrobé d’une nappe de caramel mou.
Malgré cette relative douceur, le bois noble, le poivre et la terre grasse sont bien présents. La fumée a l’air aussi de s’intensifier et de devenir plus épaisse.
Je reste les pieds bien ancrés dans le sol mais ma tête est dans les nuages, je passe un moment super agréable et très méditatif.
Ce cigare est simplement parfait aussi bien au niveau des saveurs que de la puissance moyen-fort (voir fort par moment).
La cendre est compacte et très blanche striée de gris clair.
Je pense que ce cigare est un pari gagné pour EP et que son statut dans la revue américaine n’est pas usurpé.


EP Encore
Photo de Johan Dhondt, Maison Dhondt à Tournai


Mes dégustations se sont portées (comme le titre le dit) sur deux modules le Majestic et le El Primero.

Le premier de 13.4 cm et de cepo 52 et l’autre de 17.2 cm avec un cepo de 54.

Cape : Nicaragua
Sous-cape : Nicaragua
Tripe : Nicaragua

En conclusion : un cigare d’une construction parfaite avec une belle puissance et des saveurs multiples et qui donne une fluctuation dans la linéarité de ces dégustations.
Il a un tirage aisé et une combustion parfaite, avec une belle enveloppe de fumée et une cendre parfaite.


EP Encore


La version El Primero est légèrement plus douce que le Majestic qui a été reconnu meilleur cigare de 2018.

Commentaires