La Flor Dominicana Double Ligero Chisel Maduro


La Flor Dominicana

Double Ligero

Chisel Maduro



LFD


J’ai un faible pour cette gamme double ligero et quand mon fournisseur attitré me propose ce cigare en bec de canard, je me laisse tenter. Je devrais plutôt dire avec une tête en forme de burin ou d’instrument à vent.
Pour la petite histoire, ce cigare est né d’une anecdote que je vais vous raconter. Alors que Litto Gomez conduisait en République dominicaine et que le trajet était très long, il était perdu dans ses pensées tout en fumant un torpedo de sa gamme LFD. Il était tellement pris par la route, ses pensées et le trajet, qu’il ne se rendit pas compte qu’il mâchouillait son cigare. Si bien qu’à son arrivée, la tête avait vraiment pris une autre forme et qu’il a décidé de faire ce module.
À ma connaissance, c’est le seul module de ce genre dans le fabuleux et de plus en plus grandiose monde des cigares.

Après le Dl 600 et le Dl 700, je vais donc me lancer dans la dégustation de ce ciseau, le chisel est aussi la machine agricole qui sert pour le travail du sol sans retournement de la terre.


LFD


Ici plus que jamais, une coupe minutieuse s’impose. Je coupe donc délicatement mais d’un geste ferme une petite partie de la tête, à cru je retrouve les odeurs des autres modules à savoir : chocolat, poivre blanc, cèdre, cuir.
Je l’allume, cela se fait de manière très correcte, j’ai un bon volume de fumée et les saveurs ne se font pas prier pour venir embaumer ma bouche : chocolat au lait, café crème, poivre blanc, vieux cuir, cèdre.

Je continue à fumer tranquillement et je me retrouve subitement envahi par une sensation de poivre rouge qui disparait tout aussi vite derrière un côté plus ouaté.
Malgré que cet effet a été de courte durée, la puissance de mon cigare se fait sentir de façon plus importante que lors du premier tiers, je suis conquis une fois de plus par cette belle gamme double ligero.

L’ami qui m’a initié aux plaisirs de la dégustation m’a appris qu’il avait l’habitude de tourner son cigare en bouche, cela lui procurait du plaisir mais aussi l’a aidé à avoir une combustion plus harmonieuse. Vous avez déjà essayé de tourner un bec de canard dans votre bouche ? Ce n’est pas pratique du tout.

Je me contente donc de lui faire faire de temps en temps 180 degrés avant de le remettre en bouche.
Ma dégustation va se poursuivre tranquillement pas vite avant d’être rendu à sa belle mort.


St Feuillien Grand Cru


Je l’ai accompagné d’une bière St Feuillien Grand Cru et l’association était une belle réussite.

Ma dégustation du jour portait sur un cigare de Litto Gomez d’un cepo de 54 pour une longueur de 15.24 cm
Pour les explications sur la bague, je vous invite à relire l’article sur le DL 600 (ce qui m’a fait revoir ce que je rédigeais en 2016, c’était un peu faible).


Cape : Maduro de l’Equateur
Sous cape : République dom.
Tripe : République dom.

En conclusion : je n’ai jamais été déçu par cette gamme double ligero, j’ai un cigare de construction particulière qui a répondu à mes attentes, aussi bien dans son équilibre que sa puissance de moyen-fort. De plus je pense que celui-ci a reposé longuement dans l’humidor de mon fournisseur, ce qui l’a rendu encore meilleur à mon humble avis.

Commentaires