D’Guzman Torpedo Colorado


D’Guzman

Torpedo

Colorado



D’Guzman Torpedo Colorado


Vous connaissez surement les très bons cigares D8 du Costa Rica, de Vegas de Santiago.
Et bien ce soir, j’ai testé pour vous une autre fabrication costaricienne, celle de D’Guzman.

Plus que jamais avec ce cigare, je ne peux que vous conseiller de faire plusieurs tests avant de vous prononcer, en effet je ne sais pas si c’est le transport ou le changement de région mais le premier test était vraiment pas top avec beaucoup de minéral, de bois vert…

Pour le deuxième, j’ai laissé le cigare quelques temps dans la cave avant de le déguster.



D’Guzman Torpedo Colorado


J’ai une cape assez claire avec assez bien de petites nervures, assez huileuse, elle est habillée d’une bague assez grande.
Toute de blanc, noir et or.
Elle porte un grand DG, avec dessous on peut lire D’Guzman et enfin en plus petit : Tabacos de Costa Rica.

Je coupe un petit morceau de la tête, et fais un premier test à cru : l’air passe bien, la tension du cigare est parfaite, des saveurs de chocolat, du poivre blanc.
Il est temps d’y amener le feu sacré qui va embraser le pied, cela se fait assez simplement et correctement. Le tirage est facile (attention quand je dis facile, je ne veux pas dire que le cigare est vide, mais qu’il n’est pas hyper serré ou bouché).
Le démarrage confirme les sensations à cru, j’ai du cacao, du pain toasté, du poivre blanc et du cèdre.
Le volume de fumée est assez important, ce début de dégustation me parait très agréable.
La suite sera dans la même veine de très bon moment. Les saveurs sont volatiles et passent du très doux au légèrement plus rond avec des aspects de poivre blanc, de clou de girofle mais ce que je retiens c’est surtout la douceur toastée, le café crème et le chocolat au lait.
Le volume de fumée ne va pas s’altérer mais rester assez régulier.

Vers la fin du 2ème tiers, mon cigare devient un peu plus terreux, plus fougère avec une hausse sensible de son acidité, je décide donc de le dégazer pour profiter de celui-ci jusqu’au bout.
La cendre est bien blanche et grisée mais très friable, c’est un peu dommage.

Le dégazage effectué, je retrouve les saveurs de départ avec une plus grande rondeur et tenue de bouche.
La bague s’enlève sans occasionner de problème à la cape, cela me réjouis car certains cigares ont vraiment beaucoup de colle pour fermer la bague.
Ma dégustation se poursuit tranquillement pas vite vers sa belle mort avec un apport supplémentaire d’amande.

Ma dégustation du jour s’est portée sur un cigare qui a une

Cape : Rép Dominicaine
Sous-cape : inconnu
Tripe : Rép. dominicaine, Nicaragua, Costa Rica

En conclusion : j’ai un cigare bien fait, une bonne construction avec des saveurs petit déjeuner assez toasté, chocolat lait, café crème. Donc vous avez compris, si vous me suivez, personnellement je le trouve trop doux mais pour le matin avec un bon café il serait parfait.
Je ne peux vous communiquer son prix puisqu’il n’est pas vendu chez nous, merci à celui qui me l’a fait découvrir.


Commentaires