White Walker Edition Limitée Johnnie Walker


White Walker

Edition Limitée Johnnie Walker



Johnnie Walker


Fan de Game of Thrones de HBO, je ne suis pas étonné que Johnnie Walker surfe sur la vague du succès de cette série et nous sort une édition spéciale inspirée de celle-ci. Si vous suivez GOT, vous savez que la menace la plus grande est Les Marcheurs Blancs, leur crainte parcourt tous les Royaumes au cri de : Winter is coming (l’hiver est là).




C’est par cette courte vidéo que les deux sociétés ont dévoilé leur partenariat, le texte est simple, précis et attirant : De l'autre côté du Mur, il existe un whisky, pour ceux qui vont faire face à la tempête à venir et ne s'arrêtent jamais de marcher. L'hiver est là


GOT


Et c’est Nikolaj Coster-Waldau (Jaime Lannister) qui en a fait la promotion.

Je me suis procuré une bouteille de ce blend, juste pour le plaisir. Celle-ci est recouverte d’un emballage aux allures glacières, qui par un procédé spécial change de couleur en fonction de la température (grâce à une encre thermochromique spéciale).
Pour l’occasion, notre bon Striding Man de Johnnie Walker a revêtu une armure qui fait polémique auprès des nombreux fans de la série.
GOT
La société la présente comme celle de la garde de nuit alors que certains la voient plus comme celle du Roi de la Nuit, je vous laisse vous faire votre propre idée. Ce n’est pas la première fois que JW adapte son Strinding Man puisque pour le Women’s History Month, il avait été remplacé par une Jane Walker sur une édition limitée de Black Label Il est conseillé de mettre la bouteille et le verre au congélateur, c’est donc ce que je fais. Pendant ce temps je discute via le net avec Frédéric Muller qui me dit on peut toujours s'amuser avec les températures, évidemment ... Surtout en food pairing où la sensation d'alcool est parfois limitante...Mais, sur le plan organoleptique, le congélo limite immanquablement la palette aromatique d'un whisky s'il est riche et complexe... Maintenant, quand le whisky est plutôt jeune, le grand froid peut lui conférer "artificiellement" et momentanément un profil plus fruité/crémeux... Le froid jouant sur la densité et donc le "toucher de bouche". C'est d'ailleurs un des pièges à la sélection de fûts en warehouse, ... Tu goûtes dans le froid et ils te paraissent tous super fruités et crémeux. Mais un rien linéaires et manquant de complexité.
Johnnie Walker
Et quand je lui dis que le verre n’est pas adapté à une dégustation, la réponse est tout aussi directe : Ahhh Diageo et leurs verres à confiote !


JW
Il est temps pour moi d’aller rechercher ma bouteille, en effet la différence sur l’emballage est frappante et donne un aspect de grand froid sur ma bouteille.
JW
Je l’ouvre et me sers une dose d’eau de vie. Le froid de la boisson suivi d’un réchauffement en arrière bouche dû à l’alcool me font repenser à mon expérience avec le
Blue Label. J’ai la même sensation de chaleur mais avec une douceur. J’ai des sensations de miel et de pêche, avec aussi un côté crème sucrée (ce qui rejoint les explications de Fred), je pense que cet aspect crémeux et sucré est apporté par le Cardhu qui rentre dans sa composition. Pour faire ce whisky, le master blender a aussi utilisé des whiskys de la distillerie Clynelish, située dans le nord des Highlands. Les amateurs de Johnnie Walker savent que ces deux whiskys rentrent dans la composition de tous les blends de JW. Et qu’ils associent ainsi le crémeux sucré au frais fruité. Mais comme Clynelish connait les grands froids des longs hivers écossais, il rejoint parfaitement l’inspiration de cette édition limitée : The Winter Is Coming. De plus il semblerait que cette fois, seule Cardhu et Clynelish rentrent dans l’assemblage. J’ai aussi un aspect de fruits rouges, et de caramel mou qui vient compléter le tableau. Je décide de laisser la bouteille revenir à une température ambiante, avant de faire une deuxième dégustation. Pour celle-ci, je retrouve moins de pêche mais la vanille est bien présente avec un côté plus terreux et bois sec. Contrairement au Dalwhinnie Winters Gold, je ne dirais pas que j’ai deux whiskys totalement différents mais que certaines saveurs sont cachées et d’autres mises en valeur par l’action du froid.En conclusion : j’ai un blend écossais, qui tient la route sans être transcendant, je ne regrette pas de l’avoir dégusté mais je n’en reprendrai plus. J’aurai au moins le plaisir de garder la bouteille.Je suis quand même surpris par sa longueur de bouche. Je le placerai entre le black et le double black. Prix au moment de l’élaboration de cet article 36 euros.

Je termine par un petit cocktail trouvé sur le net 
JW
WHITE WALKER HIGHBALL


  • Remplir un highball verglacé avec des glaçons
  • Verser 50 ml de White Walker par Johnnie Walker 
  • Ajouter 150 ml d'eau gazeuse 
  • Décorer de menthe fraîche et d'un zeste de citron et d’un petit morceau de gingembre


Commentaires