Accéder au contenu principal

Macanudo Vintage


Maduro 1997



Cigare Macanudo


Si vous êtes fan de Macanudo, arretez votre lecture et foncez dans une civette Partnership de STG, car il y a seulement 100 boites de cette édition très limitée en Belgique.

Ma dégustation de ce soir se porte sur ce cigare au nom particulier : Macanudo Vintage Maduro 1997.

Macanudo est certainement une marque que vous connaissez, avec sa gamme Inspirado que l’on trouve chez nous en Orange, Black et White.
Mais Macanudo c’est aussi la vallée de Farmington au Connecticut (U.S.A), c’était un pari audacieux que d’y planter du tabac il y a plus de 50 ans mais on peut dire que c’est un pari réussi avec cette caractéristique d’un tabac assez sucré.
Vintage... il y a vintage et vintage, dans ce cas c’est la feuille de cape qui est très ancienne et qui va donner une certaine rondeur à la dégustation. Donc quand certains disent que les vieux cigares perdent de leurs arômes, ils parlent d’un cigare que vous laissez longtemps dans votre cave ou quand vous dénichez une boite que votre patron de civette a oublié sur une étagère. Ce qui ne peut pas s’appliquer ici.
Maduro simplement parce que cette cape Broadleaf du Connecticut est une cape maduro et enfin 1997 parce qu’elle a 21 ans de vieillissement.


bague macanudo vintage


Qui dit cape exceptionnelle, dit aussi bague particulière. Ma dégustation du jour est dotée de deux bagues, une de pied assez classique toute en noir, or avec un liseret rouge et qui porte les inscriptions MACANUDO MADURO VINTAGE 1997 et le clou du spectacle une bague en métal argenté avec les inscriptions MACANUDO MADURO VINTAGE. Assez originale cette bague, mais comment la retirer sans abimer la cape du cigare ?


Macanudo Vintage Maduro 1997


Je verrai cela plus tard, au moment voulu, en attendant j’ai un beau cigare dans les mains avec sa cape sombre et de belles nervures. Je ne tiens plus et décide d’enfin commencer la dégustation. Je coupe mon cigare et à cru j’ai des notes de noisettes, de cèdre, de sucre et de poivre blanc. L’allumage se fait normalement et c’est tout naturellement que je dépose mes doigts sur la partie conique de la bague. La fumée est assez généreuse, la cendre est blanche, légèrement grisée et compacte. Je fais un test de rétro-olfaction et celui-ci est positif: ce cigare est vraiment bien équilibré.
Le coté sucré est rejoint par l’odeur caractéristique du clou de girofle avant de muter en un côté plus mielleux avec des fleurs fraiches (vous voyez ce que je veux dire, c’est fameux pot de miel avec du trèfle ou de l’eucalyptus...).
Ma dégustation se poursuit au point que je suis presque à la bague, alors que je fume assez lentement, je sens quand même que celle-ci commence à chauffer au fur et à mesure que le point de chaleur s’en approche. Pour la petite blague : cela est un bien car la bague va se dilater légèrement et permettre ainsi de la retirer sans abimer la cape. Plus sérieusement, c’est un risque cette bague métallique, par ce que si le cigare gonfle légèrement avec l’humidité, la retirer va s’avérer compliqué. Je pense que le mieux est de faire cette opération le plus délicatement possible.
Lentement, ma dégustation arrive à sa fin avec des saveurs d’amande. Je suis très satisfait du résultat.

Ma dégustation du jour portait sur un cigare de 15.2 cm pour un cepo de 54.

Cape : Broadleaf Connecticut (U.S.A)
Sous – cape : Honduras
Tripe : Nicaragua, Brésil, Rep. dominicaine

Conclusion : un cigare édition limitée pour les Partnership de STG, avec une bague originale (en attente de brevet). Une dégustation qui a été bénéfique avec tout ce que je cherche dans un cigare : complexité, équilibre, bien construit et du caractère.
Le seul point qui me manquait était le décollage et le vagabondage dans mes souvenirs. Mais comme dit un début de l’article, je vous conseille de foncer le chercher, il y en a peu et il change vraiment des autres Macanudo.
Prix au moment de la rédaction de cet article : 17.5 euros (rare chez STG, mais il le mérite amplement), je dirais un cigare pour une grande occasion.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices