Accéder au contenu principal

Rencontre avec Robert Caldwell

Rencontre avec Robert Caldwell

De Kelle Cigars

Overijse



rencontre avec Robert Caldwell


Ce samedi 29 septembre, j’ai pris la direction d’Overijse pour aller à la rencontre du Stéphane Bern du cigares, Robert Caldwell connait toutes les familles royales…
Mais pas toujours dans de bonnes conditions : the king is dead, the last tsar, Anastasia, Long Live The King…

C’est la première fois que je participe à un meeting organisé par Christof et Nancy et j’ai hâte de les voir à l’œuvre ! Je sais que je ne serai pas déçu puisque Chris, on peut dire que le cigare, il est tombé dedans en étant petit, ce n’est plus une passion, c’est carrément une vocation.

Je suis tellement content d’être arrivé que je me fais remarquer dès le départ. Nancy a mis sur la porte et en 3 langues dont le français qu’ils nous reçoivent à l’arrière du magasin et il faut comme un benêt que je frappe à la porte. Me voici enfin dans l’antre du jour, une grande tonnelle avec mange debout et canon à chaleur. Un rapide coup d’œil et je retrouve des têtes connues et sympathiques : mon ami Yves accompagné de Mieke (et oui il sait vivre sans Michel), Daniel (président du club les Intras puros) avec son bras droit Christophe et une délégation de leur club, Hervé (de Epicure & Volutes), Alain et Chantal (Philbo Cigars, Vilvoorde), David L. (pilier du fumoir), Philippe Charlier (Ex Président du club Smoke is beautiful et bien d’autres.




Le maestro de la soirée fait son entrée dans la tente, il est accompagné de Juan Antonio Jaramillo, son associé et partenaire, plus tard celui-ci me dira que Robert fait la production, l’achat des tabacs… donc tout ce qui concerne les produits de Caldwell Cigar Company et que lui a en charge l’aspect financier et logistique : facture avec les distributeurs, livraison…




 


Pour cette visite belge, Robert est accompagné également de Philippe Van Wilderodyan et Marc D’Argembeau.




La soirée est lancée. Nous allumons un King is dead, et écoutons attentivement Robert. Sa société est jeune puisqu’elle a connu le jour en 2014, avec un programme très simple : créer des cigares spéciaux à partir de tabacs rares bien vieillis et profiter pleinement de ce que nous faisons. Nous sommes une entreprise fondée sur l'amitié et le plaisir. Nos objectifs seront toujours: Création, innovation et ambition. Il nous explique que le monde du cigare est divisé en 3 parties (pour lui) les cubains, les non-cubains qui sont des monuments : Arturo Fuente, Davidoff et les autres qui réussissent à faire de belles et bonnes choses avec leurs moyens.
Il nous explique aussi que le cigare que nous dégustons est assez crémeux et avec des saveurs douces, mais pour celui que nous prendrons après il nous conseille vivement de le fumer slowly, very slowly car les feuilles de tabacs qui rentrent dans sa composition ont un taux assez élevé de nicotine.
Après ces quelques mots très intéressants, nous sommes rentrés sous la tonnelle pour finir notre cigare avec un verre de vin. Christof nous a annoncé que le buffet était ouvert… 




Faut insister que Nancy et lui ont fait fort avec la complicité du Traiteur Barras : fromage à gogo,
U.S.A préparé, rillettes, jambon, saucisson… et j’en passe car rien que d’y penser je salive de nouveau.
J’en profite pour parler avec Daniel, Hervé et Yves de notre première dégustation et des achats que j’ai fait en passant. Dans l’ensemble, ce cigare a été apprécié de tous.




Il est temps pour nous de passer au deuxième cigare, The Last Tsar. Cigare plus robuste et plus dans mes envies du moment. Je profite aussi de ce moment pour échanger avec Robert et Juan. C’est ainsi que j’ai appris que celui-ci était non-fumeur, qu’il vivait près d’Orlando et donc qu’il faisait ses échanges principaux avec Robert via Skype. Mais qu’il voyageait souvent à travers le monde avec lui.
Pendant ce temps, Robert se pliait sympathiquement à la tradition de signature de boite de cigares.




Lentement les participants se sont retirés et il ne reste plus que les membres des Intra puros, 2-3 personnes et moi. Le club de Binche donne un coup de main pour débarrasser pendant que je vais m’asseoir un moment avant de reprendre la route. Je sais que je vais le payer d’être resté 4 heures debout mais le jeu en valait la chandelle. C’était vraiment une soirée agréable et enrichissante.
Merci à Christof et Nancy pour leur organisation, à Marc et Philippe d’avoir amené Robert et Juan et à eux de leur disposition, leurs échanges et partages.

D'autres photos sur ma page Facebook 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices