Alec Bradley Nica Puro


Diamond Rough Cut





C’est la 6 ème édition de la série Nica Puro qu’y est développée pour la marque Alec Bradley et la deuxième que je déguste, la première étant le Nica Puro Rosado. Chaque édition a sa particularité et celle-ci ne déroge pas à la règle puisqu’elle possède une feuille de ligero supplémentaire.
Je me procure donc 2 premiers cigares pour la réalisation de cet article : je place un dans mon humidor et dépose l’autre devant moi.




La forme particulière de ce cigare mérite que je m’y arrête un moment : elle a la forme d’un losange, d’un diamant taillé brut. C’est assez original et particulier, la cape a des angles parfaits et bien définis et malgré cela elle est assez lisse. Je pense immédiatement au Torcedor, qui comme mon ami Emmanuel E., a réalisé un magnifique travail pour façonner ce cigare comme un diamant.
Elle est mise en valeur par une bague de pied ocre et doré parsemée de fleurs et d’un blason rouge et noir, sur celui-ci nous pouvons lire : DIAMOND Rough Cut. Le Rough et le Cut étant séparé d’une ★ rouge. Elle a aussi la bague classique de la gamme Nica Puro. J’admire encore une dernière fois le travail d’orfèvrerie et je me décide à le couper délicatement. A cru, je constate que le passage de l’air est assez facile ainsi que des saveurs sucrées-acidulées et cacao. Une première constatation est l’absence de poivre pour un puro Nicaragua. L’allumage est parfait et ma dégustation me donne un beau lot de fumée.

Une deuxième constatation, le tirage s’est fortement resserré mais reste plus qu’acceptable, il y a juste une énorme différence entre le tirage à froid et celui à chaud. Ma dégustation prend des allures de chêne, de cuir, de poivre noir avec toujours cet arrière-gout de sucré acidulé. 




La fumée est bonne et la cendre assez blanche grisée, il est assez marrant de constater que celle-ci est aussi marquée par les arrêtes du cigare, on pourrait croire que cela va la rendre friable mais pas du tout elle est très compacte, même quand elle chute sur mon genou.
Ce cigare me donne aussi des impressions de bœuf grillé à la flamme, pour reprendre la phrase d’une célèbre marque de fast food, avec le poivre qui a viré au rouge.

Permettez-moi, chers lecteurs et lectrices, une petite parenthèse quand je parle de poivre rouge, je parle bien de celui arrivé à pleine maturité et qui est aromatisé (piquant, pain d’épice) mais surtout qui est très persistant et moins piquant que le noir, fin de la parenthèse.

Je me rends compte que j’ai commis une erreur de jugement dans ma deuxième constatation, où je vous disais que le tirage était plus serré, en fait c’est la combustion de mon cigare qui est particulièrement lente qui me donne cette impression.
Je continue donc ma lente et très agréable progression, dans un flot de fumée importante. La fin de ma dégustation va rester assez similaire, un cigare de forme particulière avec des saveurs qui m’étaient presque inconnues mais très appréciables bref une expérience unique. Un dernier test de rétro-olfaction me confirme, ce que je pensais déjà, oufti qu’il est bien équilibré.




Ma dégustation du jour se portait sur un Nica Puro Diamond Rough Cut de cepo 54 pour une longueur de 15.87 cm.

En conclusion : ce cigare avec une feuille de ligero supplémentaire commercialisé à 24000 exemplaires dans le monde (hors marché U.S.) m’a particulièrement scotché, j’ai déjà vécu de très belles expériences avec les cigares d’AB comme le Tempus, le Post Embargo, American Sun Crown… Mais à ce jour celui-ci est pour moi le meilleur de la gamme. J’ai un Nicaragua moyen + au niveau de la force avec des saveurs uniques. Il va convenir à deux types d’amateurs : les amoureux du terroir nicaraguayen et ceux qui veulent vivre une expérience unique. Je le recommande aussi bien aux débutants qu’aux fumeurs avertis. Il est rassasiant mais surtout par sa lenteur de combustion. J’ai refait une 3ème expérience devant un match de foot, et si vous me connaissez, vous savez comme je peux être nerveux dans ces moments. Ma dégustation a duré 115 minutes. Lors des deux dégustations pour le test, le temps a varié de 130 à 150 min (et je suis connu pour fumer vite).

Prix au moment de l’élaboration de cet article 11 euros.

Commentaires