Plasencia Cosecha 146


Monte Carlo Gordo





En route pour un nouveau test dégustatif, avec ce nouveau sur le marché, le Cosecha 146. Il a déjà un nom intriguant qui mérite quelques recherches. La récolte 146, un champ particulier, un lieu très connu comme la route 66, dois-je me tourner vers la numérologie et le nombre sacré 1 ? Non mes chers lecteurs, rien de tout cela. Il s’agit juste d’un cigare qui a été fait à partir de la 146ème récolte des tabacs honduriens et nicaraguayens cultivés dans les meilleures régions pour Plasencia. Ce cigare, fait à base des récoltes de 2011 et 2012, célèbre la 1ère récolte de 1865 à Cuba.

J’ai une cape assez claire avec des reflets rouges, elle est sertie de 3 bagues.


Plasencia Cosecha 146 Monte Carlo Gordo


La première en partant du haut, est une classique de la marque avec sa répétition de logo Plasencia, ensuite on a une bague qui est mise en valeur par deux larges bandes argentées et qui reprend PLASENCIA, 146, COSECHA.




Et enfin une bague de pied avec COSECHA PRIVADA.
Vous retrouverez souvent Alma (qu’on pourrait traduire par âme) ou Privada sur les cigares de la marque Plasencia, vous devez savoir que Néstor Plasencia est un énorme fabricant de cigares (plus de 35 millions de cigares par an) pour des clients comme Alec Bradley, Rocky Patel et bien d’autres. Donc il veut marquer le coup avec ces termes quand il fait un cigare pour sa marque personnelle.
Je prépare mon attirail et je commence par une coupe de quelques millimètres, à cru j’ai des sensations d’agrume, de cèdre et de humus.
Une bonne dose de fumée accompagne ma dégustation qui prend une tournure de fougère, cacao, cèdre et café crème.
Néstor a misé sur un bon équilibre et sur la douceur pour la réalisation de sa vitole.
Douceur, je parle au niveau de la palette des saveurs car le 2ème tiers ma vitole monte un peu en puissance, c’est le moment de faire le test de retro-olfaction. Celui-ci est satisfaisant avec quand même une légère brulure au niveau des narines.




J’apprécie de la même façon les deux tests de dégustation que je pratique sur ce module et je constate dans les deux cas que la cendre est très ferme et assez blanche grisée, ce qui renforce ma conviction d’une bonne combustion des feuilles.
Il dépose une sensation saline au niveau des lèvres et un léger piquant qui n’est pas gênant.

Malgré que je ne retrouve pas une charge importante de nicotine, il est assez rassasiant pour une soirée. Franchement j’ai hâte d’avoir l’avis des membres du club à qui je vais le faire découvrir.

Cette vitole Monte Carlo fait 15.2 cm pour un cepo 58

Cape : Habano Jamastran (Honduras)
Sous-cape : Habano Estelí (Nicaragua)
Tripe : Condega (Nicaragua), Olancho et Jamastran (Honduras)

En conclusion : un agréable moment avec un cigare rassasiant, tout en douceur (saveurs) et une puissance moyenne, le seul point sombre (et là je rejoins mon ami Johan d’Hondt) ce cigare assèche fortement la bouche et la gorge, il vaut mieux prévoir une grande boisson pour le déguster pleinement.
Je le conseille aux débutants comme aux amateurs avertis qui souhaitent passer un moment de plaisir à n’importe quel moment de la journée.
Le prix de celui-ci au moment de la rédaction de l’article est de 14 euros





En Belgique nous avons aussi le modèle La Vega qui est un Robusto Gordo de 13.3 cm pour un cepo de 52 au prix de 12 euros.

Commentaires