Accéder au contenu principal

L’Homme, les cigares…


BBQ annuel





Ce samedi 4 août, Cédric et Jessica avaient mis leurs talents et leur efficacité dans la façon de recevoir au service du club. Le jour de notre 3ème bbq était arrivé. C’est un peu la grande fête du club.

Après l’échange de quelques mails, une réunion, un doodle… Je suis tombé d’accord avec Cédric qui est également un peu notre trésorier sur la teneur de cette soirée.
3 viandes, un flot de crudités, des patates au thym, des boissons à gogo, deux cigares auquels sont venus s’ajouter des brochettes de scampis et des dos de saumon, bref une soirée Pantagruel comme on les aime.

Des 13h30 Jess & Cédric étaient à pied d’œuvre pour que tout soit prêt pour nous recevoir royalement, je suis arrivé un peu avant 19h30.




Nous nous sommes confortablement installés sur la terrasse à côté du jacuzzi, et Jean-Pierre (Maison Demoulin) a distribué le premier cigare : un Furia Tisiphone.
Vous pourriez penser que Jipi a vu grand comme cigare d’apéritif, mais je connais mon club et le gosier en pente que certains peuvent avoir, le président en tête.
Nous en avons brièvement discuté en le dégustant, puis nous avons remis les chèques cadeaux pour les anniversaires de deux de nos membres et remercié nos hôtes.





Pendant ce laps de temps, Cédric nous a fait goûter un Jambon sec et le punch fait maison par Jess, cela avec quelques Jupiler par ci par là.

Qui dit soirée Bbq club dit soirée réservée aux membres mais nous avons quand même ouvert nos portes à Eduard, car voilà un moment qu’il voulait nous rejoindre. Il a très vite été mis dans l’ambiance et je pense qu’il se souviendra ainsi que Fanny, la compagne d’Alexandre.




Petit à petit, quelques personnes comme Angelo, Pierre… se sont activés derrière les feux pour que nous puissions passer à table. Une bonne odeur de fumet s’est répandue dans le jardin. Nous savions déjà, que nous allions encore nous régaler.
Les maîtres des lieux nous invitent à passer nous servir puis de nous installer.




Pierre se charge des boissons, Angelo et Jipi servent la viande et le poisson et nous passons à table. On entendrait une mouche voler… et bien non, on voit qu’il y a une femme à la manœuvre cette fois, car Jess a même prévu l’anti mouche (pour ceux qui ne connaissent pas nos amis, ils vivent dans une ancienne grosse ferme, avec beaucoup de vaches tout autour). Evidement avec la bande de joyeux lurons, le silence ne dure que quelques minutes et les blagues, les échanges, les dju que c’est bon… ne tardent pas à revenir.
On pourrait croire que la chaleur va calmer nos appétits, il n’en est rien. Faut dire qu’il faut déjà beaucoup pour calmer JiPi, Angelo ou moi.
L’esprit club fonctionne parfaitement et après le dessert, tout le monde met la main à la patte pour débarrasser, ranger, laver le plus gros.




Retour sur la terrasse pour le second cigare, un Cao Anaconda, c’est avec plaisir que nous retrouvons ce cigare qui avait eu un grand succès comme cigare du mois.
Eduard fait l’impasse, il faut dire qu’il est débutant et qu’il a commencé avec du lourd en fumant le Furia. Comme l’assemblée va de 57 à 22 ans, nous éprouvons une certaine difficulté à nous mettre d’accord sur la musique de fond mais cela ne dure pas car la rigolade est notre priorité avec un moment de recueillement pour la dégustation.

Alex et Fanny sont les premiers à lever le camp, ils seront suivis d’Eduard, Pierre, Vincent & Fred. Une mention spéciale est décernée à Angelo qui a tenu le coup jusqu’à ± minuit, cela est tellement rare qu’il a voulu le souligner en me disant un clair, net et précis : Tu as vu, je ne suis pas fatigué.
Jipi quitte à son tour et je reste donc le dernier pilier avec nos hôtes. Je les remercie encore pour cette superbe soirée, je vide une dernière Jup. et je reprends la route à mon tour.

En chemin, je pense que j’aime ce club, où on ne se prend pas la tête, où les cigares sont la base ainsi que la camaraderie. Le reste on s’adapte, on brode, on se débrouille mais qu’est-ce qu’on se marre.
Seule ombre au tableau : Sylvie était retenue au boulot, Saïd & Jacky, j’espère que vous avez profité de vos vacances mais vous nous avez manqué.

D'autres photos sur la page Facebook ou la page du club 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices