Rocky Patel Grand Reserve


Red Label Toro





Mon ami Johan (maison Dhont à Tournai) a le même don que Christoff (DeKelle cigars à Overijse), ils ont l’art de dénicher des petites perles qu’on trouve rarement autre part.
Ce jour, Johan me conseille un RP que je ne connaissais pas. Renseignement pris auprès de l’importateur, nous sommes le deuxième pays au monde où ce cigare est distribué. Il n’y a pas encore de fiche technique et nous disposons de très peu d’informations. Je ferai avec, quitte à revenir plus tard sur cet article.
Tout ce que je peux vous dire c’est que c’est un blend avec assez bien de tabac du Honduras qui a subi une longue période de vieillissement. De plus une fois roulés les cigares reposent encore entre 2-3 ans avant d’être distribués. Comme dirait Johan : rien que cela mérite qu’on le teste et surtout cela se sent par sa rondeur douce et son manque d’agressivité.


Photo de Frédéric Saussez


La cape a un super aspect avec de belles nervures et une gigantesque bague qui se compose de deux parties. La première est identique au Rocky Patel Edition Spéciale et dans la seconde en lettre dorées sur fond blanc on peut lire GRAND RESERVE, le tout enveloppé de rouge.

Place à la première dégustation (elle sera suivie de 3 autres), je coupe délicatement dans la coiffe, à cru un tirage parfait des saveurs de cèdre, d’écurie et de humus.
L’allumage se fait normalement avec une bonne dose de fumée, la combustion est bonne. Je suis surpris par la suavité de ma vitole, je ne parle pas qu’il manque de puissance, mais plutôt que tout est arrondi, tout est en symbiose. 

Permettez-moi, chers lecteurs, de passer un court instant à ma deuxième dégustation, loin du bruit.




Seul dans ma bulle, avec un fond sonore tamisé, je décide de lire un passage de LE WHISKY, CE QU’IL FAUT SAVOIR ET COMMENT LE BOIRE et en même temps je prends un Red Label dans ma cave. Il ne me faut que quelques minutes pour déposer mon livre et me laisser emporter par la rondeur de mon cigare. Je suis simplement en état modifié de conscience, je ne suis plus dans mon living, je flotte lentement au son de la musique et mon esprit voyage dans les contrées visitées en réel. Je passe de la forêt boréale du Québec, à la plage d’Essaouira, aux fonds marins de l’ile de Hvar en finissant par cette fabrique de tapis près de Tunis.

Mais revenons aux senteurs de ce cigare, il y a une chose qu’on ne peut pas enlever à Rocky Patel, c’est qu’on aime ou pas le cigare on ne peut nier la complexité de celui-ci et le travail pour trouver un blend qui ne nous laissera pas indifférents.

J’ai du boisé, du végétal, du chocolat, du caramel, du miel… Toutes ces différentes saveurs font un ballet et me font penser au flux et reflux des courants marins, quand on pense en saisir une, elle disparait pour donner place à une autre et revenir par la suite encore plus intense.
Franchement pour moi ce cigare est un véritable bonheur.

Ma vitole fait 15,2 cm pour un cepo de 52 avec comme je l’ai dit plus haut des tabacs bien vieillis, principalement du Honduras

En conclusion : il n’y a que 22000 cigares qui ont été faits dans ce module, j’ai eu la chance de le trouver chez Johan mais je pense qu’en cherchant bien vous le trouverez dans d’autres civettes, sinon cela sera l’occasion pour vous de faire un tour à Tournai. Un cigare qui a perdu toute son amertume grâce au repos qu’on lui accorde avant la distribution. Il y a longtemps que je n’avais plus décollé de la sorte et je vous encourage à le déguster. Si vous le trouvez, cela serait bien de le mettre en commentaire de l’article. Prix au moment de ma dégustation 12 euros.

Commentaires

Publier un commentaire