Accéder au contenu principal

L’Amateur du Cigare

L’Amateur du Cigare

Wavre





Dans le BW, et à Wavre plus particulièrement, il y a un super parc d’attraction et une très belle civette.
C’est une route barrée et un parking obligé sur la place à côté de la rue des Fontaines qui m’a fait découvrir ce magasin pour la première fois.
Puis lors de soirées de présentations de nouveaux cigares, j’ai fait la connaissance de Linda et Vanessa.
Chez les Vander Aa on a le cigare dans la peau, puisque c’est la maman qui a ouvert la boutique et puis sa fille est tombée dedans.




Aujourd’hui c’est Vanessa qui me reçoit dans son établissement, pour une petite visite et voir si je ne peux pas faire une ou l’autre bonne découverte.
J’adore le choc visuel de ce magasin, la façade me renseigne clairement que j’ai affaire à un spécialiste Habanos ; je rentre dans ce que je dirais une librairie, tabac, Lotto et enfin à l’arrière se trouve, le saint des saints, un très bel humidor.




La transition se fait agréablement puisque de chaque côté du couloir qui m’y amène se trouvent des armoires avec les accessoires pour fumeur : de splendides pipes, des bouteilles d’alcool… Très naturellement et rapidement j’oublie le Lotto et les cigarettes, je suis bien chez un spécialiste du cigare.
Pendant que je regarde les armoires, quelques clients entrent et sortent et Vanessa a à chaque fois un mot pour chacun. Elle m’expliquera après que malgré ses années de métier, certains clients la considèrent toujours comme la vendeuse et d’autres ne veulent être servi que par elle, c’est de bonne guerre. Je pense que nous avons en effet tous nos préférences dans les civettes que nous fréquentons.
Comme d’habitude quand je visite une civette pour vous en parler mes chers lecteurs, je soumets un petit questionnaire à Vanessa qui a gentiment accepté d’y répondre.

      1.    Peux-tu me donner un léger historique du magasin ?
Fin de cette année, nous fêterons les 30 ans du magasin puisqu’il a ouvert en décembre 1988. Plus sur le concept, tabac-librairie puisque c’est seulement en 1994 que nous nous sommes lancés dans le cigare. Un magasin de renom fermait ses portes et la patronne a vivement conseillé à ma mère de reprendre la partie cigare car il y avait de la demande dans la région, ce qu’elle a fait après un moment d’hésitation car le tabac à cette époque ce n’était pas trop son truc.

      2.    Comment es-tu venue dans le monde du cigare ?
Je faisais mes études quand ma mère a eu un accident qui a entrainé une incapacité de travail. Je suis donc venue au début en dépannage et très vite cela m’a intéressée et je me suis prise au jeu. J’ai eu la chance, à 18 ans, de partir à Cuba pour un voyage d’étude organisé par Cubacigar. Là, j’étais entourée de Jean-Pierre Petyt et de Basile, des grands Messieurs dans le monde du cigare. J’étais chouchoutée mais aussi très bien conseillée. D’ailleurs actuellement quand j’ai un problème concernant une pipe particulière, je n’hésite pas à téléphoner à Jean-Pierre Petyt. Lors de ce voyage, il est devenu clair pour moi que ce métier me convenait parfaitement.

      3.    Je vois que tu as un rayon alcool. Est-ce nécessaire dans le commerce de tabac ?
Comme beaucoup de mes collègues, nous cherchons à nous démarquer des grandes surfaces et de fournir à nos clients des marques ou des séries plus particulières. Je vais favoriser, si je peux, des marques belges et plus particulièrement francophones mais j’ai aussi d’autres terroirs. Tu sais l’alcool c’est un peu comme les cigares, il faut voyager. D’ailleurs toi qui es amateur de whisky, je voudrais te faire gouter ceci (elle sert un verre de Johnnie Walker Blenders’ Batch Espresso Roast); je sais que tu préfères les tourbés mais je voulais ton avis. (Pour mon avis, voir l’article qui s’y rapporte)

      4.    Tu es encore jeune donc je suppose que tu as des projets, des envies ?
Oui, je pense continuer ma vie professionnelle dans cette voie. Parfois je me dis pourquoi ne pas ouvrir ma propre civette dans un autre endroit et puis je me sens bien à travailler en famille et je pense donc reprendre l’entreprise familiale quand le moment sera arrivé. La boutique a déménagé il y a quelques années maintenant et on a une belle cabine à cigares, je suis reconnue par Cubacigar, Stg et aussi au niveau des cigares du Nicaragua. On peut toujours s’améliorer, s’adapter, apprendre mais je suis assez fier du résultat car comme tu l’as si bien dit, je suis encore jeune.
Tu sais, je pense que connaitre notre métier c’est mettre tout en œuvre pour que le client qui sorte de chez moi soit satisfait, qu’il ait été bien conseillé et qu’il ait envie de revenir. (Malgré son caractère bien trempé, Vanessa sait effectivement mettre de l’eau dans son vin quand il s’agit de son commerce). On doit aussi connaitre sa clientèle et je peux te dire qu’un cigare qui va faire fureur dans les civettes de Liège, ne se vendra peut-être pas ici.

Je remercie Vanessa de ses réponses franches et nous nous dirigeons vers la cabine: celle-ci est superbement arrangée et elle sait parfaitement où se trouve quoi et ce qu’elle a de stock.

Je repère un TATTOO ADIVINO, qui me fait de l’œil, il y a longtemps que je ne l’ai plus fumé. Je lui demande ce qu’elle me suggère que je ne trouverais pas dans ma région. Elle réfléchit un moment puis me dit : j’aime assez le TATUAJE GRAN COJONU mais il a son prix... (presque 19 euros, mais je me lance dans l’aventure).
Il est l’heure pour moi de reprendre la route vers une autre civette, mais je pense que je reviendrai chez Vanessa.

L'Amateur du cigare
Rue des Fontaines 50, 1300 Wavre
Téléphone et fax : 010 22 83 29

Horaire d'ouverture

Lundi et mardi : 08h00 - 13h00 et 13h30 - 16h00
Mercredi au vendredi : 08h00 - 13h00 et 13h30 - 18h00
Samedi : 08h00 - 13h00 et 13h30 - 17h00

Nous sommes également sur Facebook

Commentaires

  1. Je vois que vous avez visité cette belle civette,toujours un beau sourire ,un magasin bien en ordre,bien propre et rempli de très belle marchandise.
    Vanessa et Linda ont bien suivies nos conseils(Basile et moi).Si certains avaient suivis nos conseils je pense qu' ils seraient à leur hauteur.

    RépondreSupprimer
  2. oui très beau magasin et service au top

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices