Furia Alecto


L’Implacable



Furia Alecto
Photo de Raphaël Moska


Ce soir, je choisis de déguster un autre cigare de la gamme Furia, et je m’attaque à l’Implacable Alecto.

Je me sers un café et m’installe confortablement, la musique d’Ennio Morricone résonne dans la pièce, je regarde ma vitole avec sa ficelle. Cette cape Oscuro me fascine avec ses nervures, son côté luisant et sa souplesse sous les doigts.


furia Alecto


Je décide de ne plus attendre et de lui donner le coup fatidique pour libérer ses arômes à cru, le tirage me semble plus que correct, les épices sont bien présentes.
Je prends mon temps pour embraser l’entièreté de son pied et aspire quelques bouffées, le volume de fumée est impressionnant, l’obscurité du crépuscule s’installe. Il n’y a pas de temps mort, l’eau mercurielle fait son ouvrage et la puissance prend possession sans fléchir. Heureusement que j’étais prévenu car l’effet est assez surprenant, je n’ai pas cette sensation de poivre mais plutôt un mélange d’épices complexe de girofle, gingembre…Ajouter à cela un côté mielleux et boisé, et vous avez l’Alecto.

Je suis heureux d’avoir réduit la vitesse de mes dégustations depuis un moment car cette dégustation mérite une douce lenteur pour donner pleinement satisfaction. Ce mélange épicé, crémeux et boisé n’est pas étouffant, écrasant mais je pense qu’il faut une cadence correcte pour l’assimiler.
Pendant que l’homme à l’harmonica joue dans mes oreilles, je me sens enveloppé par la fumée et la puissance de mon cigare, le tout dans un ballet gracieux et parfaitement équilibré.


Furia Alecto


Je suis comme dans un état modifié de conscience, mon corps est bien ancré dans mon fauteuil mais mon esprit est ailleurs. Il gambade dans les Grandes Prairies à la recherche des fantômes en marche.

La combustion parfaite de ma vitole ainsi que son tirage magistral renforcent mon état de bien-être et je commence à regretter que mon cigare ne fait que ± 12 cm.
Après un long moment, je suis littéralement happé par un retour sur terre, fumer plus serait signe de brulage des moustaches.

Dans une autre vie, je pourrais dire que ce puros du Nicaragua est juste et parfait.

En conclusion : ma vitole de 11.43 cm pour un cepo de 56 décoré de la célèbre ficelle bleue m’a apporté pleinement satisfaction et je ne peux que vous recommander de foncer dans votre civette pour le découvrir. Je suis curieux de connaitre vos impressions. Je pense qu’il n’est pas fait pour tous les palais et comme dirait mon Ami David M. : il ne faut pas le fumer le ventre vide.
Prix 14.90 au moment de la rédaction de cet article

Commentaires