Rocky Patel

Fifteenth anniversary



Rocky Patel Fifteenth anniversary


Quelques civettes seulement ont eu la chance de recevoir ce cigare, et j’ai réussi à en avoir 3 chez Christoff (De Kelle Cigars à Overijse).

J’ai un cigare dont la cape est assez claire, de bonne construction et qui est rehaussée par deux bagues de couleur gris argenté.


Rocky Patel Fifteenth anniversary


La première en partant de la tête reprend le sigle RP avec à sa gauche Rocky et à sa droite Patel.
Sur la seconde : FIFTEENTH ANNIVERSARY, ce cigare a été confectionné pour fêter le 15 ème anniversaire de RP dans le monde vaste et fabuleux du cigare.


Rocky Patel Fifteenth anniversary


Il est temps de voir ce qu’il a à m’offrir puisque je suis de ceux qui pense que Rocky Patel est capable du meilleur comme du pire. J’ai d’ailleurs eu une discussion avec quelques personnes à ce sujet; il en ressortit que les cigares Rocky Patel prennent une part de plus en plus importante sur le marché international, mais nous devons reconnaitre qu’à la vitesse de ses créations, il lui est impossible d’être toujours au top au niveau des saveurs et de l’appréciation de chacun.

Je palpe ma vitole, la compacité est bonne, la cape est très légèrement rugueuse. Je porte le pied aux narines, des odeurs de café et une légère dose d’épices.
Le rituel de l’allumage peut commencer, je choisis une coupe classique d’un petit morceau de la tête, et commence à allumer le pied. Au fur et à mesure des cercles compactes de ma flamme, le pied rougeoie et je me surprends même à imaginer une tête qui se dessine sur le pied du fifteenth. Je souffle sur celui-ci et réajuste l’allumage.
Je peux enfin porter mon cigare aux lèvres et aspirer mes premières volutes; j’en profite pour cocher la case allumage parfait. La fumée est dense et épaisse, les premières bouffées suffisent pour remplir la pièce d’un brouillard dense.

Rapidement les saveurs rentrent dans le jeu et forment un ballet acrobatique sur ma langue, les joues et le palais. Je retrouve du café strong, mais aussi du caramel, des toasts, une certaine amertume drapée d’un léger sucre. Le tout dans un équilibre parfait et rassasiant. Cette panoplie de saveurs a le don de rester longuement en bouche pour mon plus grand plaisir.
Je vous ai dit, mes chers lecteurs, que la fumée était lourde, au point qu’un moment, lorsque je reprends de l’air après une expiration, celle-ci s’engouffre également dans mes voies respiratoires et déclenche un toussotement.
Mis à part ce petit accident de parcours, mon cigare est un véritable moment de délice. Lors de ma 3ème dégustation, un arôme me titille la langue, celui de l’amande qui me fait directement penser à la galette des rois puisque nous sommes début 2018.

J’ai un cigare Toro de 16, 51 cm pour un cepo de 52

Cape : Habano Equateur
Sous-cape : Nicaragua
Tripe : Nicaragua

En conclusions : ce cigare est pour moi une très belle réussite. J’ai passé un long et très agréable moment avec celui-ci. Je n’attache pas trop d’importance au rating dans les revues, mais je comprends que le Fifteenth anniversary a été côté 93 dans Cigar Aficionado's ainsi que nominé 3 fois dans le top 25. Celui-ci a été également récompensé du titre de meilleur cigare du monde en 2011.

Si vous avez la chance de le trouver en civette, je vous conseille vivement de le déguster.

Commentaires