AVO Syncro

Nicaragua Fogata Toro



AVO Syncro Nicaragua Fogata Toro


Encore un Avo, oui je suis vraiment fan de cette marque.

Ce soir, je déguste un cigare dont son fabriquant a favorisé un blend complexe du Nicaragua.
En plus avec son nom Fogota qui peut se traduire par feu de camp, je ne peux qu’être attiré.


AVO Syncro Nicaragua Fogata Toro


La cape est lisse et brillante, elle est rehaussée par deux bagues colorées, la première je ne vous la présente plus c’est la traditionnelle de chez Avo avec en supplément sur fond orange l’inscription Nicaragua, la deuxième quant à elle est rouge et porte l’inscription Fogata.

Je démarre ma dégustation, en coupant un morceau de la tête et à cru je sens du cuir, l’allumage se fait de façon parfaite avec une très bonne combustion.
Dans les premières bouffées je suis surpris de ne pas avoir plus de poivre que cela, j’ai du cèdre, du toast et du sel qui viennent tapisser l’intérieur de ma bouche.
Ce début de dégustation me fait penser à un moment de partage de douceur et de pâtisserie, c’est vraiment le tea time.
Je suis ± au milieu quand mon cigare prend un peu plus de puissance, le poivre est bien là cette fois, mais il est enveloppé de douceur et d’une légère fraicheur qui lui donne un côté acidulé. Il n’en faut pas plus pour qu’il m’emporte vers de lointains souvenirs entremêlés de feux de camp, de discussions entre potes, de cérémonies sacrées. Je me revois dans différents endroits où je me suis senti détendu et dans une bonne énergie, et accompagnés de frères : au bord de la piscine de Jamal, dans le fumoir de David ou le bar à whiskys de Roch.
Si je compare aux anciennes méthodes de construction, je dirais que le 3ème tiers dégage toute la fougue de ma volute du soir, comme si on venait de remettre une buche sur le feu, et qu’elle crépite allègrement.
Le noyau de poivre, qui a viré au rouge, est entouré d’électrons de cannelle, de caramel, de café crème, de sel et de sucre.
Avo Uvezian disait avoir confectionné ce cigare pour partager des moments inoubliables et intimes avec ses amis les plus proches. Je pense que c’est tout à fait cela : c’est un cigare qui est fait pour la convivialité.

J’ai un cigare de 15.2 cm pour un cepo de 54

Cape : Habano 2000 Claro, Equateur
Sous-cape : Negro San Andreas, Mexique
Tripe : Esteli Ligero (Nicaragua), Condega Visus (Nicaragua), Yamasa Visus, Piloto and San Vicente Ligero (Rep. Dom)

En conclusion : je pense que c’est le premier cigare que je n’ai pas envie de fumer avec n’importe qui ou n’importe où. Il peut être un cigare du matin avec un cappuccino ou un thé, comme il pourrait être le cigare d’un moment de relaxation avec une bonne bière brune. Comme je suis plus fan de blonde, je l’ai pris avec une Tripel Karmeliet, son côté crémeux et citronné s’est parfaitement associé avec le cigare.

Emballé par celui-ci, j’ai voulu le partager avec mon club cigare lors d’une réunion en petit comité.

Commentaires