Plasencia Reserva Original

Plasencia

Reserva Original

Robusto et Toro 



Plasencia


Ce puros du Nicaragua est commercialisé en deux modules le Robusto et le Toro.
J’ai eu l’occasion de pouvoir acquérir les deux et de les tester, mais je ne ferai qu’un article puisqu’il n’y a pas de grande différence entre les deux mis à part bien sur la longueur, le cepo et que le Toro est un chouia plus puissant.
Ces cigares de Nestor Plasencia sont faits avec des tabacs de 5 ans 100% organique, ce qui m’amène à la réflexion comment peut-on faire des cigares bio à ce prix-là alors que pour des kiwis il y a presque une différence du double de prix entre bio et non bio. Mais je m’égare et cela est un autre discours.


Plasencia


Mes cigares ont une cape de noble apparence qui est dotée de trois bagues. Pour celles-ci le fabricant a opté pour du blanc et de l’or. La première, en partant de la tête, est une simple succession de P entouré d’un cercle (le logo de la marque), ensuite nous avons une bague plus imposante qui nous montre vraisemblablement un volcan du Nicaragua. Le logo parait sur la gauche comme le soleil levant qui passe lentement au-dessus de l’horizon, RESERVA ORIGINAL est repris deux fois et entoure PLASENCIA. Enfin une bague de pied qui nous rappelle encore une fois que nous avons bien à faire avec un RESERVA ORIGINAL.

Un tirage à cru après la Sainte coupure d’un petit morceau de tête me renseigne sur la douceur de ma dégustation : je suis dans un cigare aux saveurs chocolat au lait avec une pointe de café décaféiné.
Cela ne dure qu’un moment avant que l’humus, la praline au caramel et le café léger ne fassent aussi leur apparition. Nous sommes dans des tabacs du Nicaragua donc le poivre vient aussi compléter ce tableau, mais nous avons ici un poivre blanc qui rehausse légèrement et sans agressivité ma dégustation. 

Décidément je suis vraiment fan et conquis par les cigares du Nicaragua.


Placensia


Ces cigares m’apaisent, me placent en état modifié de conscience et je décolle vers d’autres lieux, d’autres temps.


Land's end


Un moment une saveur me fait penser aux toasts à la marmelade d’orange et je me revois dans ce Bed and Breakfast de Saint Yves, aux Cornouailles juste avant de partir à la découverte de Land’s End. Cette pensée me pousse à mettre la série Poldark pour me replonger dans les magnifiques paysages des Cornouailles. 

Ma dégustation touche lentement à sa fin et je laisse un très petit bout (plus prudent pour la moustache) de mon cigare mourir de sa belle mort. Vous l’aurez compris ce cigare est conçu de façon à être agréable du début à la fin et pour être fumé jusqu’au bout.


Plasencia


J’ai aussi fait un test du Robusto accompagné d’une cuvée des trolls, je dois dire que le côté agrume de ma bière s’est admirablement bien marié avec le floral de mon cigare.

J’ai donc testé le robusto, un cigare de 12 cm pour un cepo de 52 et le Toro qui fait 15,2 cm pour un cepo de 50. 

En conclusion : ces cigares puros nicaraguayens sont des cigares qui mélangent parfaitement la douceur avec une pointe de piquant. Je les conseille vivement aux débutants mais aussi aux fumeurs avertis qui voudraient prendre un bon moment de détente avec un cigare équilibré. En étant pas pro bio je n’ai pas gouté de différence marquante avec un cigare non organique, sauf peut-être que pour la santé il est certainement mieux de fumer le moins de pesticides possibles et comme le prix est raisonnable pourquoi s’en priver. Les prix au moment de la rédaction de cet article 8.5 euros pour le Robusto et 9 pour le Toro.

Commentaires