Plasencia Reserva 1898 Toro







C’est en amenant mon ami Cédric D. à la découverte de la civette De Kelle Cigars (à Overijse) que je dégusté cette pure merveille, il faut dire que le patron Christof connait mes gouts.




J’ai un cigare d’une belle longueur avec une belle cape, celle-ci est décorée d’une grande bague de couleur brun foncé et doré. Entre deux dorures, on retrouve Plasencia et Reserva 1898 avec entre la représentation d’une demeure.
Il faut savoir que Nestor Plasencia est le descendant d’une famille cubaine qui est dans le tabac depuis des générations. Après quelques révolutions et un voyage qui les a conduits de Cuba au Nicaragua en passant par le Honduras, la fabrique s’est installée à Esteli.
Mais c’est en 1898 que la première fabrique Plasencia a ouvert ses portes à Cuba. On peut dès lors supposer que la demeure est la représentation de l’entrée de cette fabrique, malheureusement je n’ai rien trouvé de concret là-dessus dans mes recherches. Je pense que c’est de l’architecture typiquement cubaine puisque le musée de la révolution et le palais présidentiel ont exactement le même genre de façade que celle reprise sur la bague.




Contre les dorures, une autre inscription attire mon attention, il me faut une loupe pour déchiffrer : FLOR DE TOBACCOS PLASENCIA * CUBA 1898.

Un dernier regard sur mon cigare, et je commence ma dégustation. Aux premières bouffées, il n’y a pas photo je suis bien dans un terroir du Nicaragua avec le poivre qui arrive sans crier gare, un bon poivre rouge comme je l’aime, bien piquant sur la langue, heureusement cela ne dure pas car un peu de piquant c’est bien mais tout un cigare piquant serait vraiment dérangeant, donc après quelques aspirations sur ma vitole, le panel de saveur arrive à son optimisation, d’abord classique avec le toast, le cuir, le cacao et le poivre en arrière-goût.
Puis je rentre dans la subtilité de cette panoplie de saveurs, le cacao vire à 180° pour devenir du café crème, le poivre devient du paprika et le chocolat fait son apparition ainsi que la noix de pécan.

A ce moment, je me souviens d’une conversation avec Scander Chida (Los Dueños Premium Cigar) qui me disait : ce qu’on aime savoir c’est si le cigare est bon ou pas, car les saveurs c’est du blabla qui ne veut rien dire. Et il a entièrement raison, comment peut-on avoir du café crème dans un cigare ? En fait, je relate juste les sensations, les souvenirs, le fait que cette odeur me fait penser à cela que je connais

Le cigare a une belle fumée abondante et la combustion est parfaite ainsi que le tirage.
Le seul point négatif à ce stade, c’est la cendre qui est légèrement trop friable.
Mon cigare est très équilibré avec une belle puissance agréable et je passe un bon moment lors de cette dégustation accompagnée d’un café.

Mon cigare fait 15,9 cm pour un cepo de 52

Cape : Nicaragua
Sous-cape : Nicaragua
Tripe : Honduras et Nicaragua

En conclusion : un bon cigare si on veut un peu de puissance non dérangeante, je pense que Christof a raison il vaut mieux ne pas le fumer à jeun. Il faut aussi prendre le temps de le déguster calmement pour avoir la satisfaction des différents arômes.

Prix au moment de l’élaboration de ce test : 6 euros 

Commentaires