Accéder au contenu principal

L’Homme, les cigares… Soirée du 9 juin



Il y a des soirées où tu te dis : Faut que je l’aime ce club. Après une organisation chahutée par un resto qui change sa carte sans prévenir et qui en profite pour augmenter ses prix, me voilà confronté à la météo. Il pleut comme vaches qui pissent, impossible de se retrouver en terrasse avec ce temps. Mais hors de question d’annuler notre rendez-vous mensuel, les Ptits Gars comptent sur moi.
L’avantage du blog, que vous suivez régulièrement mes chers lecteurs, c’est qu’il me donne aussi un superbe carnet d’adresses. Donc on se bouge et on trouve un petit endroit sympathique qui accepte de nous recevoir au pied levé.
Quelques coups de téléphone plus tard, nous avions un point de chute dans la périphérie liégeoise, La Potence, endroit calme et paisible pour des irréductibles épicuriens comme nous.
Le principe de la soirée est à l’image des fondations de notre club, 2 cigares de prévu et chacun prend en charge les frais de ses victuailles.




Pour l’apéritif, je fais découvrir aux participants le nouveau cigare Diesel D5, celui-ci a un vif succès au point que la réserve est vite asséchée, je n’ai même plus la belle boite qui cachait ses magnifiques cigares.
Les festivités et joyeusetés peuvent commencer, un rapide coup d’œil et je vois que tous les membres actifs sont présents, même notre Fred (qui crie au loin, oyez oyez brave gens, je suis à Bruxelles et tout va bien) est en pensée avec nous.




Dans cette cave voutée, la chaleur est assez élevée puisque la pluie a cessé de tomber, les bières circulent à un rythme cadencé et la pauvre serveuse n’arrête pas de descendre la volée d’escaliers pour nous réapprovisionner.
Les discussions sont variées et l’ambiance chaleureuse est fidèlement au rendez-vous, je dirais même que notre club a développé, au fil des réunions, un fameux Egrégore.





Les plats arrivent, principalement des pierrades, cela calme un moment les joyeux lurons, mais c’est sans compter sur Vince le roi de la rigolade, qui même devant son assiette, ne peut s’empêcher de faire des feintes et l’assemblée part dans un grand rire.




Il est déjà temps de passer au pousse café, oups je m’emballe il y a le deuxième cigare avant, pour celui-ci notre conseiller cigare, JPP à La Louvière pour ne pas le citer, a prévu le Diamond Crown Julius Caesar Robusto, un cigare très agréable.
Et oui, mes amis, notre club est Liégeois donc il a des membres de tout bord, de toutes communautés et come on aime se démarquer on va chercher nos cigares à La Louvière alors que nous avons de très bonnes civettes sur notre zone de bivouac.
Roulement de tambour, le patron offre un verre. Cela a le mérite de renforcer notre impression de Qu’est-ce qu’on est bien dans cette cave. On prend des contacts pour voir si on peut envisager d’y faire notre QG hivernal, et cela est sur la bonne voie.
Les premiers participants lèvent le camp et se dirigent vers leur tanière avec le sourire aux lèvres comme signe d’une soirée réussie.




La soirée touche donc à sa fin, que Nenni hein fi, le trio infernal va encore frapper. Pierrot le fou, Cédric le calme et Langue d’or se retrouvent en terrasse, ils ont entrainé dans leur sillage deux compères : Vince je croque la vie à pleines dents et Jacky la Soudure.
Aubergistes, remplissez les verres… un moment de vif étonnement me glace le sang, Cédric rallume un cigare, oufti le geste est tellement rare qu’il se devait d’être inscrit dans le journal de bord de nos soirées.
Cette fois c’est la bonne, après quelques échanges, blagues, rencontres et softs, nous levons le camp jusqu’à la prochaine aventure.
Par soucis de discrétion, les lieux et les personnages de ce récit sont imaginaires et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Par contre ce qui est vrai ce sont les cigares et la putain de bonne ambiance de nos soirées.
D'autres photos sur le groupe Facebook ou sur celui du club 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices